AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresRechercherGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Sam 29 Nov 2008 - 18:12

Prologue.


    « Le chateau est bien par là, mais...
    - Merci, madame ! »


La femme n’eut guère le temps de lui dire qu’en ces temps troublés, le château avait été récupéré par les Koorijins et en était devenu le centre de réapprovisionnement, surveillé par des gardes. Cette petite semblait animée par tant de choses que même si elle le lui avait dit, elle se serait jetée dans la gueule du loup qui l’attendait béatement tout de même, sans rien espérer plus que le devoir qu’elle semblait avoir. Cette fille était assez jeune, elle devait à peine fêter la fin de son adolescence. Humaine, également, ce qui était devenu rare à présent, hormis les soldats… Tous étaient enfermés à Koori, en train de suivre aveuglément leur reine Yuu. Durant la conversation, la femme l’avait citée, et à la vue de l’expression de la jeune fille, elle ne devait pas beaucoup l’aimer. Elle ne savait pas pourquoi la jeune fille voulait s'y rendre, et à vrai dire, celle ci ne semblait pas non plus savoir ce qui l'y poussait.

Nebulis se torturait sur son cheval. Elle était très mauvaise cavalière et aurait préféré faire le chemin à pieds. Cela aurait été plus long, certes, mais elle n’aurait pas eu à souffrir le martyr sur sa selle. Elle se tenait n’importe comment et changeait de positions toutes les dix secondes tant elle n’arrivait guère à s’habituer à la dure vie des chevaliers.

Sa boite en fer qui contenait l’onguent n’avait pas été utilisée depuis son départ, qui remontait à déjà plusieurs semaines. Elle la gardait précieusement pour ne pas la gaspiller, bien enroulée dans une ceinture pour ne pas qu’elle puisse malencontreusement s’ouvrir et se vider dans son sac. Qui contenant d’ailleurs plusieurs livres. Elle en feuilletait un, celui sur les sceaux. Elle l’avait volé dans la bibliothèque royale, et ne trouvait rien de concluant. Pourtant, cela faisait bien des jours qu’elle le lisait afin de trouver un moyen de briser le sceau de « protection » que la reine Yuu lui avait apposé. C’était peine perdue, elle le savait, mais avait ouï dire que seule une personne à la puissance magique très forte pourrait le détruire, ou du moins le sceller. Sceller un sceau, c’était ironique, tout de même…
La personne qu’elle espérait capable de faire ça avait son nom d’inscrit en relief sur la lettre qu’elle transportait dans son livre sur les différentes formes de magie afin de l’empêcher de se froisser. Comme le lui avait demandé son maître, elle ne l’avait pas lue, même si elle en mourrait d’envie. Elle comptait la lire discrètement quand Hideki l’ouvrirait, elle l’espérait devant elle. Enfin il fallait déjà qu’elle le retrouve, ce blondinet qui l’intriguait tant. C’était l’ancien élève de son maître, de ce qu’elle savait, ainsi que le plus puissant traceur de son époque. Donc, de la sienne, et donc de maintenant.

Elle raffermit ses prises sur le cheval, et sourit. Un jour, elle aussi, elle pourrait caracoler en tête comme lui.

Elle se redressa lorsque le château commençait à se profiler devant elle, par delà les arbres de la forêt qu’elle traversait. Elle était en bien piètre état, et la moitié semblait calcinée. Le chemin autrefois pavé était par moment complètement boueux et parfois même taché de sang. Elle ne semblait pas vraiment s’en alarmer, elle savait que ce pays était en guerre, ce n’était pas tellement étonnant. Et puis ce pouvait être des animaux qui s’étaient battus, tout simplement… ?

Les dégâts des guerres ne s’étaient pas effacés. Même si les feuilles se renouvelaient peu à peu sur les arbres meurtris par les horreurs dont ils avaient été les témoins, elle se dit, se rallongeant sur son cheval, que malgré tout ça, la nature ne recouvrerait peut-être jamais totalement ses droits d’existence. Pas tant qu’ils existeraient.
Pas tant que des personnes comme la Reine Yuu existeraient. Pas tant que des femmes comme elles seraient réduites à de l’espionnage envers son propre camp pour les autres, pour les ennemis. Pas tant que certains seraient forcés de trahir leurs propres allégeances, leurs convictions, leurs croyances.
Pas tant que les gardes ne seront pas là pour la protection du peuple mais pour l’exterminer. Pas tant que ce monde tournerait à l’envers.

Elle serra les dents et lorsqu’elle vit la forêt s’estomper, elle fit stopper net le cheval, manquant de tomber.
Ainsi, voila donc ce fameux château, théâtre des batailles et des pertes. Elle le regarda, lui qui se tenait fièrement devant elle, comme s’il n’attendait plus que sa visite en son sein. Mais un détail attira bien vite son regard. Un mouvement, à l’entrée. Elle n’arrivait pas à bien voir ce que c’était.
Elle fit reculer son cheval dans l’ombre de la forêt, et se pencha vers son sac, attrapant son livre sur les traits. Elle le feuilleta rapidement, sachant très précisément ce qu’elle cherchait. Elle s’arrêta à la page qui l’intéressait, et saisit le crayon gras qu’elle avait acheté durant son voyage. Elle déposa le livre sur ses genoux, et tandis que sa monture se nourrissait de l’herbe jaunie, elle recopia le trait sur son avant bras droit. Elle mit plusieurs secondes à faire ce travail, ne souhaitant pas se tromper ne serait-ce que d’une courbe afin de ne pas subir d’effets indésirables.
Un trait oblique, une courbe qui serpente autour de lui…

Et voilà.

Elle ferma les yeux et, pressant sa main gauche sur le trait, l’activa. Elle attendit quelques secondes avant de rouvrir ses yeux, et faillit sursauter. Elle voyait désormais deux fois plus gros, comme si elle avait eu des jumelles (ce qu’elle avait bien sur vendu pour s’acheter le crayon qui était hors de prix, naturellement, et elle avait gardé le stock de bougies. On ne pouvait pas dire qu’elle était particulièrement futée, après tout.). Elle vogua son regard en vagues vers d’autres endroits que celui qui l’avait interpellée en premier, chatouillant le haut du clocher comme si elle était à côté. Puis lorsque ses yeux commencèrent à la piquer, elle s’arracha à la contemplation des fenêtres et se concentra sur la porte. Des gardes ?
Comment ça, des gardes ? Il n’avait pas été détruit ? Elle qui n'était venue ici que par pure curiosité, il semblait se passer quelque chose d'intéressant ici...

Elle porta la main à sa bouche, et désactiva son sort, closant de nouveau ses paupières. Elle les rouvrit et recouvrait sa vue habituelle, tandis qu’elle étalonna son cheval et lui fit fait un quart de tour, s’enfonçant dans les bois vers le côté, ne voulant pas, comme elle venait de le faire, déboucher juste devant l’entrée principale. Elle surveilla les manœuvres des petits points blancs au loin et, avec sa monture grise, se faufila entre les bois de bois neufs ou calcinés, s’arrêtant lorsqu’elle était hors de vue des gardes de l’entrée.


    « Ben c’est pas gagné… »


Elle soupira, et rangea rageusement le livre dans son sac.

    « Bien sur que non, ça pouvait pas être facile, c’est trop demander ! »


Elle cru entendre le ricanement sarcastique de la maudite reine qui lui avait violé la joue, et se renfrogna, titillant la broche aux armes de son maître épinglée sur sa poitrine – aux vêtements renouvelés d’ailleurs, les siens étaient vraiment dans un trop mauvais état, et en plus ils lui tenaient extrêmement chaud dans ce climat doux, comparé au froid glacial de Koori…

Nebulis descendit et attacha sa monture au plus gros tronc plus ou moins intact qu’elle trouva, et se retourna vers Neiran. Croisa les bras, et avisa l’entrée, se demandant ce qui pourrait bien servir de diversion pour qu’elle s’y faufile.
Elle allait être servie, car comme elle le pensait, elle ne serait pas la seule à vouloir s’inviter à l’intérieur de ce grand palace.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 19 Avr 2009 - 0:10

Disons que... Tout cela ne serait pas facile. Le jour ne pointait même pas l bout de son nez que Lethao avait signalé le départ de leur petite expédition. Hideki eut tout juste le temps de prendre les quelques affaires de secours qu'il avait préparées la veille au cas où avant de devoir s'en aller de ses appartements. Heureusement pour une fois, il avait à peu près bien réussi à dormir. Le jeune homme s'ébroua, encore un peu ensommeillé, se demandant quelle heure il était lorsque l'elfe l'avait réveillé. Trois heures, peut-être? Hideki émit un long bâillement en s'habillant et s'apprêtant après sa toilette. Il lui fallait être rapide, où Naa risquait encore de lui faire subir de terribles "vengeaaances" et tout et tout, et ce n'était pas tellement dans ses priorités. L'aveugle était un peu nerveux. Cette attaque serait décisive et il conviendrait de ne pas la rater. Hideki n'était plus aussi sûr de lui qu'auparavant, en tous cas. Le blondinet sourit légèrement, un peu inquiet. Depuis que la voix l'avait quitté, c'était ainsi. Il cultivait la peur d'échouer, de mourir une nouvelle fois sans avoir pu faire quoi que ce soit pour se repentir... Le regard morne de l'aveugle s'égara dans tout le vide qu'il voyait et son esprit se brouilla. Et si il se passait quelque chose? Et si ils échouaient, et si leur cachette était découverte ? Hideki déglutit. Avec des si, on pouvait mettre Koori en bouteille, et il lui fallait éliminer ces pensées parasitaires. Une longue inspiration, une longue expiration, et nous voilà reparti sur un meilleur pied. Il sourit à son reflet, ne se voyant pourtant absolument pas dans la glace qui lui tendait son double. Tout se passerait bien, de toutes manières Lethao avait toujours un plan de réserve et il n'y aurait pas de problème qui ne trouverait solution à son pied. Hideki quitta donc sa chambre d'humeur plutôt guillerette et mangea avec les deux Ombres avec un certain entrain. Ils seraient presque seuls contre tous, afin de ne pas ameuter trop de personnes et pouvoir agir en toute discrétion. Il avait confiance en ses deux compagnons plus qu'il n'avait confiance en lui, lui le pauvre aveugle impuissant incapable de maîtriser ses émotions et ses doutes comme semblaient pouvoir le faire l'elfe et la lutine.

Naa semblait d'ailleurs en pleine forme, étant donné la masse de sottises qu'elle disait à la seconde, toujours appuyées d'un clin d'oeil ou de réparties piquantes envers l'apprenti ou le maître. Elle semblait d'aplomb, oui. C'était certainement la perspective qu'ils l'aideraient à soutenir les siens qui l'avaient mise d'humeur si guillerette, quoique cela ne change pas grand choses a l'habitude. Les jours de repos que lui avait accordé Lethao s'étaient également montrés fructueux, et les rencontres qu'il avait faites étaient une motivation de plus pour ne pas mourir aujourd'hui. Faraell comptait sur lui, non? Leur rencontre dans les confins de la grotte des réfugiés, leur danse sous la pluie, son inquiétante personnalité cachée aux confins d'elle-même... Tout cela ne compterait pas si il disparaissait maintenant. Il s'était promis de l'aider et surtout d'essayer de toutes ses forces d'éliminer le fantôme qui s'insinuait en elle comme un serpent glacé qui étouffait sa bonté. Et la petite Drako, pourrait-il la revoir aussi? Si vive et si fragile, pourrait-elle résister aux mouvements qui faisaient trembler Fabulya depuis son coeur le plus profond? Et si les soldats de Koori... Non, elle ressemblait à une humaine elle ne risquait ri... Quoique... Si elle se montrait trop téméraire, jamais les soldats ne se montreraient plein de pitié. Et le coeur du magicien se serra de nouveau. Ah qu'il était lunatique, tenta-t-il de plaisanter avec lui-même. Même pas capable de tenir une même émotion une demie heure de suite. Tous les repères avaient disparu, que ce soit Yox, Warui ou la Voix. Il n'avait plus qu'à se cramponner à Lethao comme le parasite répugnant qu'il était. Se mordillant la lèvre, il ne put manger quoi que ce soit d'autre, son appétit ayant beaucoup de mal à revenir malgré la part d'âme qui lui avait été restituée par son aimée. Il se leva bien avant l'elfe et la lutine, prétextant devoir préparer quelques petites choses, et partit s'égarer du côté des écuries.

Hideki eut beau vérifier deux ou trois fois que toutes ses affaires étaient là, il ne trouvait rien d'autre à faire que de vérifier à nouveau avant de brosser sa monture avec une appréhension perceptible. L'animal semblait l'avoir compris et essayait de se faire calme. Heureusement que Lethao lui avait assigné une monture pour débutant, qui savait se montrer douce et faire attention à ses mouvements. Le magicien abhorrant être sur quelque monture que ce soit, cheval, licorne ou autre, il regrettait presque les dragons d'Omlid qui avaient un je ne sais quoi de rassurant (ah?) et sursautait au moindre geste brusque que pouvait effectuer l'animal. Hideki finit par s'échauffer un peu, en désespoir de cause. Cela lui serait bénéfique pour ne pas avoir de crampe ou de courbature après la course qu'ils feraient à travers le pays. Il calcula rapidement le temps qu'il leur faudrait pour arriver au château et il arriva, malgré ses piètres connaissances en géographie de Nelta, à l'estimation d'environ trois heures. Trois heures de cavalcade.. Génial.

Après s'être échauffé les muscles, se dégourdissant un peu les membres après le réveil, Hideki s'assit en observant la marche et la ronde des gardes et des magiciens chargés de maintenir la cachette secrète. C'était du très bon travail, et Hideki ne savait pas si il serait capable de prendre leur place, tant il fallait d'endurance magique. Il observa leurs gestes, nota dans un coin de sa tête leurs incantations, voyant en effet que toute cette pratique était bien différente des magiciens de Koori. Normal, ces magiciens là avaient la magie dans le sang, comme Lethao ou Naa, alors que ceux de Koori cristallisaient simplement les flux autour d'eux par des gestes, des paroles ou des signes. Koori se trouvait d'ailleurs sur un gigantesque noeud de flux de magie, et exercer son art là-bas équivalait à multiplier sa puissance. Au contraire, Nascarian était un puits sec en matière de flux magique utilisable par les humains, et seuls les Zafaras semblaient y trouver leur compte. Cela expliquait en un certain sens sa faiblesse face à Arielle et sa quête d'âme pour pallier ce vide. Cela expliquait en un certain sens sa mort. Hideki déglutit, et avant que ses souvenirs ne le fassent remonter plus précisément encore jusqu'au sang chaud qui s'était écoulé de sa poitrine ou à son coeur affolé qui battait de plus en plus vite à ses tempes pour finir par s'arrêter, ou pire encore aux hoquets spasmodiques, à la quête éperdue de souffle, au froid aveuglement ou au glacial souffle de la mort contre sa peau pâle, il frappa violemment du pied la paroi de la grotte, singeant un échauffement maladroit, se réveillant de ses pérégrinations insensées par la douleur. La nervosité était le pire ennemi de la raison, et il cessa de s'agiter pour faire quelques exercices de souffle comme Lethao lui conseillait de faire.

L'elfe parut d'ailleurs peu après cela, accompagné de la lutine. Cela devait signifier qu'ils devaient partir. Hideki baissa la tête, le regard un peu perdu. Il n'était pas certain des résultats. Il ne savait pas si la nouvelle peur qu'il ressentait serait utile. Lethao devait y avoir pensé. Le magicien serra la main de l'elfe en une nerveuse superstition que l'on apellait communement peur de la mort. Certes, il n'était pas atteint de cette peur comme le commun des mortels et n'en resterait pas tetanisé ou handicapé durant la combat mais... c'etait plus une inquietude qui lui rongeait le coeur, ou le peu d'ame qu'il avait encore. Sans dire un mot, il se dirigea tout de suite vers sa monture et écouta Lethao dire les éventuelles notices ou un éventuel dernier rappel du plan à suivre avant de monter sur le cheval d'un geste mal assuré. Le jeune homme tapota en tremblotant le cou du solide animal qui s'ebroua, avant de se mettre à suivre Lethao. Les procédures de sécurité terminées, le magicien se cramponna a la criniere de son cheval ainsi qu'a la selle, se cripsant tellement qu'il en etait malade, sous le regard certainement moqueur de la lutine qui allait encore lui assener quelques piques lorsqu'ils seraient au calme.

Le voyage fut une nouvelle fois eprouvant, et il tomba meme de sa monture suite à un saut un peu perilleux de sa monture dans les sous bois, qui ne lui valut que des egratignures. Il faudrait qu'il pense serieusement à faire quelque chose pour cette faiblesse. Il demanderait certainement à Lethao ou a un autre maitre de lui enseigner l'art de la cavalerie, mais il lui faudrait certainement un bon bout de temps avant qu'il n'accepte de monter aisement et posement sur un cheval ou sur toute autre monture. Heureusement, le reste du voyage se passa sans probleme majeur. Et le chateau se profila soudain à leur vue, masse noire devenant presque inquietante. Hideki n'y avait pas ete tres souvent, mais la derniere fois remontait a une bataille contre Koori, il etait avec Yox a ce moment la... Hideki deglutit en repensant a son ami et secoua negativement la tete. La gorge du garçon se noua, alors que les cavaliers descendaient tour a tour de leur monture. Ils avaient protege ce chateau. A present, venait le temps de le detruire. Un coup dur, surtout pour les Nelteins. Mais les souvenirs, eux, etaient imperissables.

Hideki posa donc le pied a terre, chancelant encore. Il dut se reprendre tres vite. Il n'était pas temps d'hesiter ou de faiblir. Le plan de Lethao etait presque reglé à la minute près et un faux pas pouvait faire capoter tout le plan. Apres avoir ecouté les eventuelles indications de Lethao, le magicien lui adressa un demi sourire et murmura, tapotant du doigt son arme


« S'il te plait Lethao pourrais tu... Une derniere fois... Rapeller l'ensemble du plan, afin que je ne fasse pas d'erreur? »

Hideki rougit de honte, il s'etait repete plusieurs centaines de fois le deroulement du plan dans sa tete et s'etait imaginé tous les scenarii possibles afin d'y trouver solution a leur pied, mais voulait une derniere confirmation. Une repetition finale, pour mettre un point a ses idees tarabiscotees. En ecoutant ce que disait Lethao, le magicien mit en veille son corps, laissant tomber tous ses sens afin de les delasser un peu. Bientot, ils devraient tous etre en eveil, alors il fallait qu'ils soient infaillibles, or il était un peu trop nerveux a son gout. Il ne garda que son ouie en eveil, s'impregnant des paroles de son maitre. Regulant les flux de magie en lui, arrivant a se detendre completement, ce fut en ce moment qu'il crut encore a peu pres securitaire qu'arriverent les ennuis, comme d'habitude. Plus rapide que les reflexes des assassins et surtout que ses propres reflexes mis entre parentheses, l'ombre fondit sur lui à une vitesse impressionnante. Sans doute une sentinelle, la perle des entrainements intensifs de Koori, mais il n'eut pas tellement le temps de se poser la question, etant donné la rapidite des evenements. Hideki se decala legerement, mais le mouvement rapide lui aurait valu la perte d'efficacite de son bras si un certain evenement n'en vint pas a paraitre.

En effet, Hideki eut a peine le temps d'apercevoir l'ombre qui fondait sur lui qu'elle implosa. Le magicien fit un bond en arriere afin d'eviter que l'eventuel souffle de la deflagration soit trop puissant, mais visiblement la force de l'explosion se limita a la personne visee, et une pluie de sang arrosa vite l'herbe ainsi que les personnes presentes. Hideki risqua ses sens magiques plus loin. Ils devaient etre reperes, avec ce bruit ! Une presence se forma dans son champ, et il allait lui lancer un rapide sort pour faire taire a tout jamais cette silhouette lorsqu'il remarqua par les residus magiques en l'atmosphere que c'etait elle qui avait fait exploser la sentinelle. Si c'etait elle qui l'avait empeche alors... Peut-etre... Mais peut-etre aussi... Lethao ne serait pas aussi indulgent... Mais il ne fallait peut-etre pas... Enfin...


Le magicien ne reflechit pas plus longtemps, il fallait agir au plus vite. L'aveugle sonda les alentours, verifiant que personne d'autre n'avait remarque la presence, et se jeta sur la presence qu'il avait ressentie. Une aura feminine, plutot forte... Il etait incapable de prevoir ce qu'elle pourrait faire. Autant la neutraliser. Il attrapa a l'aveuglette son poignet et d'un geste vif lui bloqua l'epaule et la plaqua a terre, dos au sol. Il l'immobilisa au possible tel qu'on lui avait appris et posa une seule question, braquant ses yeux fixes sur la figure anonyme de la vieille adolescente, ses cheveux blonds tombant a moitie sur sa pale figure, cachant a moitie ses iris inutiles. Il n'avait a poser qu'une seule question, certainement universelle. Et c'est celle-ci qu'il prononca a voix basse, d'un ton calme inapproprié a la situation tendue et amorcant un sourire poli.

« Que nous voulez-vous ? »

Il aurait pu demander qui elle etait.. Mais d'apres lui, cette question allait avec la precednte. Il se detendit legerement, restant neanmoins sur ses gardes, la laissant respirer en desserrant legerement son etreinte. Son arme etait prete a etre utilisee, et si elle amorcait quelque mouvement hostile... Tout le monde pourrait deviner ce qui pourrait arriver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 19 Avr 2009 - 1:01

BAOUM.
Mais revenons en arrière.
Elle s’était faufilée à travers les fourrées, mettant en pratique les sortilèges de camouflages dont elle avait pu avoir l’enseignement, et rampa jusqu’à voir le garde le plus proche à une dizaine de mètre. Elle plaqua sa main au sol, et traça habilement avec son crayon son sortilège pour les lianes dans la paume de sa main. Elle l’activa et un filament vert coula doucement vers le garde, avant de remonter en douceur sur sa jambe, tel un serpent. Puis il grimpa sur son torse et serra la gorge d’un coup sec, l’étranglant, avant de le laisser tomber. Elle traça de nouveau et fit pousser de l’herbe sur le cadavre afin de le dissimuler, et reprit sa route silencieuse vers l’entrée dérobée.
Sauf que quelqu’un entrait déjà par là. Elle fronça les sourcils et l’observa. C’était un grand blond, aux yeux bleus. Elle parvenait à sentir une vague effusion de magie. Elle n’était pas encore assez forte pour la préciser, mais elle était sure qu’elle venait de cet homme ; selon les descriptions de son maître, c’était sans doute lui, Hideki. Il était accompagné de deux personnes, dont une toute petite. Elle continua à ramper doucement vers eux, évitant le moindre bruit. Si jamais elle les faisait repérer, sa mission tombait à l’eau. Son cœur commença à s’emballer doucement à cette idée, et elle tenta de contrôler sa respiration devenue haletante, s’arrêtant une fraction de seconde pour reprendre ses esprits. Bien l’en pris, car ce fut grâce à cette seconde qu’elle vit les mouvement du soldat du coin de l’œil. Il se dirigeait vers eux.

Elle se redressa, en se mettant prête à se lever brusquement, et traça sur sa main son trait favori, celui de l’explosion ; il risquait d’ameuter un ou deux gardes, mais au moins elle était sure de son coup. Et c’était rapide, pas comme la liane. Elle respira une fois, deux fois, puis se releva brusquement, tapant sa main contre le dos de l’homme, activant son sort.

BAOUM.

Il explosa sous ses doigts, dans une effusion de sang. Elle grimaça et essuya sa bouche avec le revers de la manche, tandis que le sortilège qui lui donnait l’aspect d’un caméléon se dissipa.
Elle vit l’homme hésiter, le blond, à l’épargner. Elle se mit instinctivement en position de combat, une jambe légèrement en retrait par rapport à l’autre, et le regarda attentivement.
Néanmoins, lorsqu’il eut pris sa décision, elle n’eut pas le temps de réagir qu’il la plaquait déjà au sol. Elle eut un hoquet de surprise, avant de tourner légèrement la tête dans les deux sens pour trouver une issue de secours… Au cas où. Toujours ce même instant de fuyarde, de criminelle, qu’elle n’oublierait sans doute jamais. Puis, elle braqua son regard sur l’homme qui était au dessus d’elle. Elle observa son visage, pour ne jamais l’oublier ; c’était son idooole kyah omgwtfbbq !!!11 ! après tout. Ses pupilles… elle ne les voyait presque pas. C’était bien lui, alors.
Il lui parla, ensuite. Il lui posa la question la plus simple qui soit : que nous voulez vous ?


« Vous êtes Hideki, nop ? » fit-elle. « J’ai un message pour vous. »

Elle glissa lentement sa main dans son sac afin qu’il ne la tue pas pour un geste malheureux, et en ressortit la lettre avec le nom de traceur en relief dessus.

« C’est de la part de mon maître, Hatsuyuki. Et puis y’a aussi une autre raison, ajouta-t-elle. J’ai envie d’arracher la tête de Yuu. C’est possible ? »

Rien qu’à l’énonciation, même si ce fut elle, de ce nom, elle sentit ses muscles se contracter et sa tempe battre. Elle eut un frisson et serra le poing qui était à terre. Cette sale vipère, elle se promettait de lui exploser la gueule avec un bon trait d’explosion, ça lui fera du bien. Un petit ravalage de frimousse, ça lui irait bien. Avec un œil en moins et la moitié des dents pourries, elle serait sublime. Ah, et aussi avec la plupart des cheveux calcinés, elle serait follement sexy. Sans oublier qu’elle sera morte vu qu’elle l’aura tuée. Cool comme perspective, non ?
Comme il était bon de rever. Cela dit ce n’était pas les rêves qui allaient lui permettre de réussir. Quoi que… A quoi bon vivre sans rêves ?
C’était son self-motiv. Crève, Yuu, bordel.




Je reprends doucement T___T""

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 19 Avr 2009 - 15:43

Et voila, une nouvelle fois il etait honteux. C'etait une habitude, non? Mais a chaque fois, il faisait une erreur qu'il ne devrait pas faire. Afin de ne pas se laisser avoir durant le combat, il avait delassé ses sens, et voilà qu'il se laissait aller et se faisait attaquer par une sentinelle, rien que ca ! Certes, comme toujours, sieur Hideki etait invulnerable, comme toujours il se faisait sauver. Cette fois, ce n'était meme pas par Lethao, ni meme par Naa. Non, cette fois, la présence salvatrice n'était autre qu'une inconnue qu'il venait de plaquer au sol avec une etonnante facilité. Son regard vide restait fixé sur son visage par mesure de politesse tandis que ses levres s'etiraient en un mince sourire aussi creux que le reste de sa personne. Et au fond, il fulminait de rage et d'incomprehension. Pourquoi etait-il toujours aussi dependant des autres, et surtout pourquoi n'était-il jamais capable de se debrouiller seul? Sangsue miserable ou parasite royal, c'etait toujours la meme histoire.

La fille ne semblait pas tres forte. Du point de vue de Lethao du moins, elle ne semblait pas tres forte. Bien qu'il ne veuille pas aller plus loin dans sa recherche de l'aura jusqu'a decouvrir ses pensees, il remarqua la terrible agitation qui s'emmelait dans l'esprit de la demoiselle. Un peu brouillon, non? Mais au vu des organes qui jonchaient certainement le sol tout autour d'eux, il valait mieux s'abstenir de toute conclusion hative. Elle avait ete assez forte pour dejouer une sentinelle, dont le corps d'armee est pourtant connu dans tous le pays. Ou la sentinelle avait-elle assez obnubilée par son desir de promotion pour ne pas remarquer la magie a l'oeuvre sur sa personne. Hideki sentait sous ses doigts de longs fils constituant certainement la chevelure de l'inconnue et ressentit presque instantanement une certaine gene d'econduire ainsi celle qui venait certainement de lui empecher bien des peines.

Le pauvre garcon tiqua en entendant son prenom dans la bouche d'une parfaite etrangere. Etait-il donc si connu que cela? Certes, il était recherché dans tout le pays mais... Hideki deglutit, et considera l'enveloppe qu'elle lui tendait. Ses doigts febriles mirent un temps a se serrer autour du papier, que ce soit a cause de sa cecité ou du temps qu'il mit a sonder la dite enveloppe pour verifier que ce n'était pas un piège. Il referma ses doigts autour du message et frémit. Une image se forma dans son esprit, tandis qu'il reconnaissait l'influx magique qui l'avait créée. Ses levres formerent le nom de son ancien maitre, sans qu'aucun son ne sorte de sa gorge etranglée. Il était un temps ou il ne semblait plus rien y avoir autour de soi, c'était un moment comme cela. Il resta une petite seconde ailleurs, avant de cligner des yeux, retournant a la realité. Il etait censé etre a Swilyara. A Swilyara, il n'y avait pas beaucoup d'humains... Et surtout aucun qui maitrisait la magie des... Traits... Le raisonnement fit rapidement son chemin, et ses levres chuchoterent l'incantation magique lui permettant de percevoir son environnement. Certes les images que son esprit recevait etaient floues et souvent deformees de part son manque de pratique de la magie des Reciteurs, mais il en vut assez pour mettre un point final a son raisonnement.


Il ne se focalisa pas sur le visage de la jeune fille, certes atypique, avec ces cheveux d'ebene bordant son visage ovale a la couleur opaline et ses yeux noirs rehaussant le blanc de son teint. Il remarqua surtout... La couleur de l'equipement. Les brodures d'or. La broche. Hideki empoigna Nebulis par le col et la leva presque brusquement, faisant tout de meme attention de ne pas lui faire mal, et se tourna vers Lethao et Naa.

« Je dois absolument lui parler, accordez moi un moment.»

Sur ce, il lui prit la main et l'entraina quelques dizaines de metres plus loin. Hideki semblait assez nerveux et ses doigts dessinerent finalement. Statue a la beauté viciée par la fatigue, le magicien gardait la dexterité propre a son art et en une dizaine de seconde il finit le sort complique qu'il venait de tracer a meme l'air comme une incantation mystique dans une langue inconnue. Ses doigts glacés activerent le sort, et une vague de froid investit la peau du jeune homme qui ferma ses yeux inutiles en attendant l'accomplissement du sort. Un dome d'environ trois metres cube venait de se tracer autour d'eux, les rendant invisibles et indetectables a la magie. Ils en avaient bien besoin, pour parler de tels sujets dans un pays infesté de fouines en tous genres. Ici, elle n'avait rien a craindre. Lui non plus. Il ne fallait pas qu'il s'attarde afin de ne pas epuiser sa magie, mais il prendrait le temps qu'il faudrait, cette affaire etant de la plus haute importance pour lui. Le magicien s'inclina elegamment en cette posture noble qui trahissaient son education par Hatsuyuki puis a la Cour royale, avant de s'excuser humblement comme beaucoup de nobles le faisaient. Mais si ils le faisaient avec une certaine hypocrisie, il etait fort sincere, essayant de ne plus se mentir. Sa voix posee accompagnait son delicieux sourire sur son visage emacié par la fatigue et les mois passés à se cacher. Si la splendeur de la cour de Nascarian etait encore loin, il gardait cette etincelle de charme en son etre qui faisait parler de lui.

« Excusez moi d'avoir été si brusque. On ne sait jamais à quoi s'attendre, et je suis le premier à l'affirmer aujourd'hui ! »

Son ton guilleret n'était finalement que mensonge a son tour. Lui qui tentait d'etre sincere... Un echec de plus ou de moins... Il continua, sanglant son arme contre sa hanche et au niveau de son epaule opposee pour ne pas etre embarassé.

« Je vous dois une fière chandelle.. Mais pour votre vœu, je crains qu'il ne soit pas exaucé avant longtemps. Et je suis avant vous dans la liste d'attente. »

Il emit un rire bref, avant de s'adosser contre la paroi du dôme et de reprendre plus serieusement

« Pour repondre à votre question... Oui, je suis bien Hideki, suis-je si reconnaissable? Je devrais m'en inquieter... Et vous, aurai je l'honneur de connaitre votre nom ?»

Il inclina la tete, intrigué, serrant entre ses doigts la lettre d'Hatsuyuki qu'il n'avait pas encore lue. Il murmura, un sourire amusé etirant ses levres minces

« Alors une apprentie d'Hatsuyuki.. Lui qui se jurait de ne plus en avoir, et lui qui n'est pas Traceur de formation... Il changera jamais, celui-là... Car vous etes bien une Traceuse, non? J'aurais peur de m'avancer etant donné que je n'y ai pas fait tres attention lorsque vous avez jeté votre sort, cependant... Votre crayon.»

Il lui tendit le batonnet de bois entourant la mine de plomb, qu'il avait ramassé lorsqu'ils s'étaient relevés.

« Mais... Que faites vous ici... Nous suivez vous, avez vous eu un renseignement comme quoi je viendrais, ou ne serait-ce qu'une rencontre fortuite, ce dont je doute fort?...»

Il laissa le silence enfin s'installer afin de la laisser répondre, tout son ne pouvant pas filtrer au dela du dôme aux reflets irisés.

[Letha: En attendant Naa sur l'autre topic, nous faisons le dialogue entre les deux, en plus cela fera un peu plus d'elements de reponse]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 19 Avr 2009 - 16:52

Ses mains tremblèrent lorsqu’elles empoignèrent la lettre qu’elle lui tendait, et elle demeura immobile. Elle avait la respiration saccadée, et narguait Yuu dans sa tête. Elle avait très bien compris qu’elle était amoureuse de lui dans le passé, pourquoi pas maintenant ? Et puis, de toutes façons, si jamais elle la punissait pour avoir pensé ça, ce serait déjà un indice sur la nature de ce maudit sceau. Hideki était le traceur le plus habile de son temps, c’était sans doute le seul capable à l’enlever. Il lui fallait trouver un moyen de communiquer sans que Yuu s’en rende compte, elle le savait. Néanmoins.. trouver ce code sans que Yuu en ait connaissance serait le plus ardu.
Elle sursauta lorsqu’elle entendit les mots d’Hideki, et frissonna en sentant la magie opérer. Elle se senti gênée en voyant que c’était sans doute un sort de vue, étant donné qu’il ne la regardait plus du tout de la même façon. Brusquement, après avoir remarqué son uniforme et sa broche, comme si c’était une confirmation de la personne qui était son maître, il l’empoigna avec peu de douceur et l’entraîna plus loin, la prenant par la main après l’avoir relevée. Elle frétillait intérieurement de joie, et s’empêcha d’observer les visages des personnes qui accompagnaient Hideki. Si jamais, parmi eux, il y avait l’elfe dont Roze lui avait parlé… Elle ne ferait pas la joie à Yuu de lui montrer son visage.
Une petite dizaine de mètres plus loin, il se mit à tracer. Elle retint son souffle, et observa ses doigts, puis le dôme qui se forma autour d’eux. Instinctivement, elle posa sa main sur les parois, avec un sifflement d’admiration.


« Wow. »

Il s’inclina ensuite, comme pour se faire pardonner, ce à quoi elle se sentit gênée, ne sachant pas vraiment quoi répondre. Elle hocha vaguement la tête, se mains tremblant. Elle avait enfin réussir à LE rencontrer, celui qu’elle devait absolument dépasser, quel qu’en soit le coût. Et en plus, elle pouvait faire rager Yuu, quoi de plus merveilleux en somme ?

« C’est pas grave. J’ai rien senti. »
fit-elle, souriante.

Il répondit ensuite à son vœu, ce à quoi elle l’accompagna dans ses rires. Tiens, on lui avait pourtant décrit comme quelqu’un d’assez froid…


« Ha, non alors, faut m’en laisser un bout ! Et puis t’façons vous avez une dette, je veux passer direct première ex aequo dans la liste ! » fit-elle, gardant son grand sourire, consciente qu’elle l’écoutait.

Mais que diable, de toutes façons, ses intentions avaient toujours été aussi claires que l’eau du bain de la reine lorsqu’elle ne l’avait pas encore bourrée de produits débiles. Il s’adossa ensuite contre le dôme, tandis qu’elle restait droite, s’étant avancée jusqu’au centre. Elle mit ses mains dans ses poches, rangeant elle aussi sa dague. Elle la laissa toutefois à portée de main, car s’il y avait bien quelque chose qu’elle avait appris de Yuu, songea-t-elle amèrement, c’est que les humains étaient tout, sauf loyaux.


« Je vous avais déjà rencontré lors de la reconstruction de Koori… Mais, c’est vrai que vous êtes tout de même très reconnaissable, une fois qu’on sait à peu près à quoi vous ressemblez. » expliqua-t-elle, avant de marquer une pause pour écouter sa seconde question. « Nebulis. »

Ce nom la fit frissonner. A chaque fois qu’elle y pensait, elle revoyait les flammes qui l’avait incitée à en changer… Elle s’interdit néanmoins de songer à son véritable prénom, de peur que Yuu le surprenne. Hors de question. Il faudrait d’ailleurs qu’elle découvre celui de la charmante reine qu’elle était obligée de servir….
Elle fut interrompue dans ses pensée par une nouvelle phrase d’Hideki, aussi releva-t-elle les yeux qu’elle avait inconsciemment baissés. Elle l’accompagna dans son sourire lorsqu’il parla de son maître.


« Hm, ouaip, traceuse. »
Elle laissa passer quelque secondes, écoutant la suite, puis elle eut un léger rire. « Il a même dit que ça ne lui apportait que des ennuis de s’occuper de traceurs, auriez vous été un élève difficile ? » persifla-t-elle, en toute connaissance de causes, vu qu’elle connaissait à peu près son histoire. « Ah, merci ! »

Elle récupéra son crayon HORS DE PRIX comment avait-elle pu le lâcher lorsqu’il l’avait plaquée au sol ?! et le plaça dans sa bourse, afin de ne pas tâcher ses vêtements blancs qui n’étaient déjà plus vraiment immaculés.
Elle écouta ensuite sa réponse, et prit son temps pour répondre, pesant le pour et le contre.

« J’ai entendu parler d’une attaque sur le château ouaip… Mais je savais pas que ce serait vous qui y serait. Mais y'a aussi autre chose... »

Peut-être était-il temps d’essayer de le mettre sur la voie…
Elle ferma les yeux, et se mit à réfléchir, sans doute pour la première fois de sa vie. Cette fois, tout dépendrait de ce qu’elle allait faire. Si jamais elle se plantait, ou si jamais Yuu comprenait, tout était foutu. Elle prit une profonde inspiration, et mit tout ce que Hastyuki avait pu lui enseigner en pratique : calme toi et réfléchis. Quel était le moyen le plus sur pour communiquer, sans que Yuu ne puisse comprendre ?
Elle avait beau se creuser la tête, rien ne venait. Elle n’arrivait pas à trouver une idée, ou du moins une idée qui lui permettrait d’empêcher la reine de s’inviter dans leur conversation… Cette maudite signeuse…

Signeuse ?
Elle redressa soudainement la tête, frétillante. C’était ça, la solution ! Prendre tout d’un angle différent. Ce n’était pas d’Hideki à elle qu’elle allait communiquer, mais de traceur en traceur. Or, les traceurs utilisaient des signes, qui signifiaient tous quelque chose de particulier !
Elle s’agenouilla, et sortit son carnet. Elle prit son crayon à papier, pas le gras, et commença à tracer. Elle devait coder le tout pour pas qu’un débutant ne puisse comprendre, et surtout pour pas que Yuu ne capte ce qu’elle disait. Elle inversa les signes, les traçant à l’envers, et en rajouta des inutiles. Elle commença à droite par le dernier mot de la phrase pour aller jusqu’à la gauche au premier mot.

Elle tendit la feuille à Hideki, la machoire serrée.


« Est-ce que vous pouvez lire ça… ? »


J’ai besoin de votre aide. Contre Elle.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 19 Avr 2009 - 18:36

Et bien sur malgre ses precautions, Hideki ignorait ce que Yuu avait formenté. Il ignorait que malgre toutes ses precautions, elle etait la, quelque part, l'observait peut-etre, avec un sourire mesquin, se moquant de tout ce qu'il mettait en oeuvre afin de ne pas l'avoir aux trousses. Le magicien tait encore insouciant mais quelque chose en cette jeune fille le mettait mal a l'aise. Il semblait certes assez detendu avec elle, bien que tout son etre ne soit que froideur inextricable. Le magicien blond souriait alors que tout en lui grimacait, et tout passait comme un humain dans le gosier d'un dragon. Il sonda un peu plus son esprit, curieux de voir ce qu'il s'y tramait. Visiblement, elle ne pouvait pas faire de meme avec lui, ou elle lui aurait fait la remarque... Elle n'était pas aussi perspicace que Lethao ou la lutine, qui lisaient tout en lui malgre le peu de temps qui s'etait passé entre leurs rencontres respectives. Elle ne semblait pas extra lucide comme Hatsuyuki et n'avait pas le regard oppressant de la Reine, il ne se sentait pas menacé par sa puissance ou sa présence meme... Quelque part en lui les decombres de la Voix qu'il avait ingurgités en l'eliminant lui susurraient que c'etait rassurant, d'etre avec une ignorante. Et avec son charmant sourire habituel, semblant sincere tant il avait ete travaillé, il repondit

« Enchanté de vous connaitre Nebulis, mais je soutiens que c'est a moi de l'achever, vous pourrez en faire ce que vous voudrez apres. »

Hideki était d'autant plus terrifiant du temps ou il oeuvrait pour son bonheur personnel par son calme et sa gentillesse apparents. Dix ans a jouer les parrains bienveillants a Nascarian avait faconne son visage a toujours etre le plus avenant possible, meme lorsqu'il pensait le contraire de ce qu'il disait. En ce cas, il ne trouvait pas deplaisante la compagnie de Nebulis, bien au contraire, mais n'en restait pas moins plutot caustique et sur de lui. Elle ne presentait aucun risque pour lui, deux gestes lui suffiraient a l'anéantir. Allons, soyons gentil, trois. Le magicien fut surpris de sa propre arrogance, et tiqua legerement. Mais la voix n'était plus la, et il lui fallait a present assumer sans honte les penchants qu'il pretait auparavant a sa chere amie de toujours. Il prit un air legerement attristé, n'aimant pas paraitre comme cela, et detestant oblier ce genre de details qui pouvaient etre extremement embarassants dans une conversation comme celle ci

« Vous m'avez rencontre? Je ... Oh... Pardonnez moi je ne me souviens pas... »

Penaud, il baissa legerement la tete, son regard vide se heurtant au sol humide et mousseux des sous bois. Il tritura ses doigts. Quelque chose le genait toujours, et visiblement c'etait le cas pour son interlocutrice. La situation, la lettre qu'il n'avait pas encore lue, la crainte qu'Hatsuyuki aille mal ou soit porteur de mauvaise nouvelles... Le magicien rit un peu plus franchement, decontenancé par ce qu'elle lui disait. Visiblement, le maitre allait bien, si il avait la force de debiter pareilles sornettes ! Sornettes, pas si sur, au fond... Plus sincere, il pouffa un peu avant de répondre

« Oh, vous n'imaginez pas a quel point. J'espere que vous serez un peu plus raisonnable que moi... Mais a ce que je vois, vous etes une vraie... tete brulée. »

Aussi insolente que deraisonnable, voila a peu pres comment on pouvait qualifier la jeune fille. Hideki sentit une petite bouffee de nostalgie. Elle lui rapellait un peu l'enfant fier de ses prouesses qu'il etait, meme si il ne lui souhaitait pas son parcours. Desordonnée et pleine de vie, elle etait neanmoins son contraire le plus total, et cela fut demontré lorsqu'elle prit le crayon, et que la chaleur de la main de la jeune fille se confronta a la froideur de la sienne. Ses doigts etaient un phenomene, il avait tant usé de la magie que le simple fait de froler la peau de quelq'un pourrait presque faire descendre sa temperature interne, c'etait un glacon, un iceberg, c'etait simplement le reflet de son caractere introverti et associal. Il perdit un peu son sourire lorsqu'elle evoqua l'attaque sur le chateau. C'etait censé etre secret, cependant il reflechit assez vite. On avait aussi dit qu'un sondage avait ete effectué parmi la population pour savoir ce qu'ils penseraient du chateau detruit. Peut-etre avait-elle ete dans les parages et avait-elle malencontreusement entendu la conversation, peut-etre meme avait-elle ete interrogée. Et elle aurait fait le lien... Elle n'était pas aussi bete qu'il ne le pensait, cependant l'inquietude le rongea, se demandant si les sentinelles n'avaient pas aussi ete mises au courant du mecanisme forgé par Lethao. Tandis qu'elle tracait quelque chose sur une feuille de papier, il se mit a parcourir des doigts la lettre d'Hatsuyuki, le regard perdu dans la foret, au loin. Son regard s'assombrit. Ainsi, il avait été pris... Hatsuyuki ecrivait ensuite en quelques mots que la jeune fille était foncierement de leur coté mais qu'elle avait un probleme qui la contraignait d'etre a la botte de Yuu, sans specifier lequel. Il leva le regard, reflexe stupide de voyant, comme si Nebulis allait lui sauter dessus a la premiere occasion. Mais si son vieux maitre faisait confiance en cette jeune fille... Il lui ferait confiance aussi. L'homme remarqua qu'elle lui tendait un bout de papier, qu'il prit dans ses mains, brulant negligemment l'autre lettre d'un trait. La magie traversait les traits traces sur le papier, et il ne mit pas longtemps a comprendre ce qu'elle attendait de lui. Elle etait loin d'etre completement stupide, en fait. Elle venait de lui faire comprendre plusieurs choses. Yuu l'epiait, certainement par un systeme implanté en elle par magie comme les puces magiques qu'il y avait avant le regne de la Reine. Et c'etait par ce biais qu'elle devait lui obeir. Ses doigts repondirent en un geste fluide

| Je vais voir ce que je peux faire. |

" Non, je ne vois pas trop ce que vous voulez dire, vous faites mal votre sort, regardez c'est plus comme cela"
ajouta-t-il afin de brouiller les pises

Il lui prit le poignet, meme si cela lui faisait presque mal de ressentir pareille chaleur tout contre lui. Le magicien posa une main sur son front, et repera presque instantanement ce qu'il cherchait. Comment n'avait-il pas remarqué plus tot ?! En verite, le systeme devait etre indetectable pour qui ne le cherchait pas, mais maintenant qu'il avait deduit son existence... Le probleme serait surtout de lui enlever, ce qu'il ne pourrait faire pour le moment afin d'economiser des forces.


| Je ne peux pas y remedier completement pour le moment. |

Son regard dur rencontra les pupilles de Nebulis

| Et vous serez un poids a notre expedition |

Et le reste de son visage, souriant, ajouta, toujours aussi enjoué

« Voila, des courbes plus gracieuses. »

Et c'est ainsi qu'il lanca un sort qui s'enroula autour de ses oreilles tels des serpents ondulés avant de s'y introduire, s'impregnant dans le crane de Nebulis, lui flanquant un mal de tete effroyable selon ses calculs. Il ajouta, a voix haute, d'un ton leger

« J'ai momentanément coupé le lien entre le sort qui est sur votre nuque qui s'étendait visiblement a vos oreilles pour ecouter nos conversations et... Ah mince j'avais oublié, ca rend sourd. »

Il expliqua par Traits que sans l'ouie, elle ne sera pas une menace pour l'expedition etant donné que la plupart des ordres de Lethao seront donné a voix haute et qu'elle pouvait meme leur donner un coup de main. Et bien sur que cela serait momentané. Gentil le Hideki, dis donc. Le magicien aveugle, la traceuse sourde, avec la lutine muette. Quelle belle bande de bras cassés... Et ca allait attaquer le chateau.

Et ca allait gagner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 19 Avr 2009 - 20:19

Elle frissonna. La main du traceur… elle était glaciale. Il lui avait pris le poignet juste après avoir lu son bout de papier, et après y avoir répondu. Elle cligna des yeux et le regarda. On lui avait toujours dit que les mains d’un traceur témoignaient de son caractère. Les siennes, c’était des glaçons. Elle battit des paupières lorsqu’il posa sa main sur son front, et éternua.
Une petite déception lui pinça le cœur lorsqu’elle lut qu’il ne pourrait pas l’enlever tout de suite. Bon, elle s’en doutait, mais voilà… Si il avait pu l’en débarrasser, elle aurait pu faire ce qu’elle voulait sans penser à cette maudite petite chochotte. Puis, son regard croisa le sien, et elle eut un nouveau frisson, non pas à cause du froid cette fois, mais à cause des mots qui se formaient devant elle. Elle les avait redoutés, et les voilà. Elle se mordit la lèvre inférieure, et observa l’homme qui se tenait devant elle. Elle avait eut beaucoup d’espoirs qu’il puisse l’en débarrasser… Quoi qu’il n’avait pas dit qu’il ne pouvait pas, mais qu’il ne le ferait pas pour le moment.
Sa phrase la tira de ses pensées, et elle sourit. Sauf qu’elle ne s’était pas attendue à ce qu’il active le sort. Le trait s’enroula autour de ses oreilles… puis elle hurla. Sauf qu’elle n’entendait même pas son cri. Elle avait tellemtn mal qu’on aurait dit qu’un concert de métal se déroulait entre ses deux oreilles, faisant battre ses tempes et son cœur à une vitesse prodigieuse, tandis qu’elle haletait. Elle voyait les lèvres du blond bouger, mais elle n’entendait rien. Son sort l’aurait rendue sourde ?
Oui, effectivement. Elle lut ce qu’il lui expliqua, et elle hocha la tête. Tant mieux. Elle supporterait, même si sa technique de combat serait bien moins performante sur le second moteur de sa vie ; l’ouïe et l’instinct, elle ne marchait quasiment qu’à ça, c’était d’ailleurs sans doute pour ça qu’elle avait autant de problème.
Elle reprit la feuille des mains d’Hideki, et recommença à écrire.

| Le chef des ombres est-il là ? |

Elle désigna ses yeux, et recommença à écrire.

| Yuu veut savoir à quoi il ressemble. |

Elle préférait ne pas parler, car elle devrait penser à ce qu’elle dirait. Or, là, en écrivant, il lui suffisait de penser aux signes, et ainsi Yuu ne pouvait pas comprendre ce qu’elle disait.

| Est-ce qu’elle peut voir ce que je vois ? |


Si il avait réussi à détecter le sort qui allait jusqu’à ses oreilles, pourquoi pas celui qui irait jusqu’à ses yeux… hypothétiquement parlant, bien sur. Et il y avait de grandes chances pour qu’elle puisse, étant donné que c’était sa mission première : voir le chef. D’autant plus que c’était justement maintenant qu’elle allait être la plus attentive, si jamais elle observait, car après tout elle était avec HI-DE-KI ! songea-t-elle le plus fort possible, afin de bien mettre la rage à la jolie petite reine. Bon, il fallait dire que même un peu âgé pour elle, il était quand même pas mal, hein. Dans le genre glaçon, cela dit… Rien que de penser ça la fit de nouveau frissonner. Ses mains, elles étaient tellement froides qu’on pourrait surement refroidir quelqu’un qui avait de la fièvre en moins de deux…
Tiens, justement, si il voulait bien lui prêter une main ça serait bien aimable à lui, elle transpirait comme une tranche de jambon au soleil dans le grand canyon.

« Euh, j’peux vous emprunter une main deux secondes ? J’ai très mal à la tête… » marmonna-t-elle, pas gênée du tout vu que c’était lui qui lui avait flanqué ce mal de crâne de tous les diables, nanméoh. Elle tenait son crâne avec sa main droite, et de sa main forte elle saisit celle d’Hideki, mettant son dos sur son front.

Elle eut un soupir de soulagement, et ses yeux brillants de fièvre se redressèrent vers Hideki tandis qu’elle relâchait la main de l’homme, sa fièvre calmée tant il était glacial.
Elle plaqua ses mains sur ses oreilles, les tripotant un peu. C’était assez effrayant de ne plus entendre quoi que ce soit à part ses propres pensées… Heureusement qu’elle pouvait encore parler, cela dit. Même si tout ça n’allait pas faciliter la communication.

Bon, elle allait prendre les commandes pour une Yuu empaillée, parce qu’elle commençait à en avoir franchement marre de ce putain de maléfice. Nan mais.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Lun 20 Avr 2009 - 0:16

Le magicien osa se demander si son choix rendait Nebulis folle de rage ou pas . La perte d'un sens etait chose douloureuse et qui rendait parfois certaines personnes folles, pour ne pas se citer. Heureusement qu'il avait ppuye sur le caractere momentane de la chose. Quoique, il n'aurait vraiment pas grand chose a craindre d'elle si elle s'enervait contre lui, a son avis. Elle hurla plusieurs fois durant l'operation et il crut comprendre que cela tait douloureux pour elle - o rly? - et compatit a sa douleur - merci Hideki c'est tres utile tout ce que tu fais - tout en verifiant au dehors que les deux autres etaient toujours bien la a les attendre, se desinteressant soudain totalement de la pauvre forcenee a qui il faisait subir des miseres en la traitant de poids pour le reste du groupe qu'elle etait censee aider. Lorsqu'elle fut calmee, elle sembla neanmoins apte a comprendre ce qu'il lui disait et cela le rassura un peu, elle serait operationnelle pour le combat, c'etait au moins cela. Elle prit le papier de ses mains pour lui poser une quesion fort utile, a laquelle il n'aurait peut-etre pas pense. Intelligente, cette enfant. Il attendit un moment, hesita, puis repondit affirmativement a sa question par un trait tarabiscoté qui voulait dire la meme chose qu'un trait simple, en moins accessible pour les neophytes des Traits. Cependant quelque chose embetait un peu le magicien, et il savait que cela se produirait tot ou tard... Il finit par ajouter

| Elle peut voir ce que vous voyez, en effet |

Il hesita un instant avant d'ajouter un deuxieme trait pour expliquer son geste precedent, qui englobait donc le sortilege qu'il avat lancé

| J'aurais pu vous en debarasser a la place de votre ouie mais briser un lien qui traverse de part et d'autre votre crane... Je crains que cela ne fut une mauvaise idee pour votre santé|

Le jeune homme gardait toujours l'air avenant qui assombrissait paradoxalement ses paroles de part son incongruité dans la situation qui suivait. Il parlait de ce qui pourrait la tuer, mais il s'en fichait apres tout elle n'était pas morte, non? Hideki etait assez detache des personnes qu'il ne connaissait que peu, et bien qu'il ressente une certaine tendresse envers la jeune adulte de part sa position vis a vis de son maitre, il fallait dire qu'il ne partageait pas la meme complicite qu'il avait ressentie instantanement avec Faraell. Le magicien finit par ajouter au compte de Lethao, afin de preserver son identité secrete pour le moment

| Vous pouvez fermer les yeux lorsqu'il sera pres de vous, mais si elle entrapercoit ses traits ce n'est pas une catastrophe nationale, etant donné que celui-ci compte envoyer son portait a la Reine peu apres l'attaque, en guise de provocation. Cela ne serait que gacher son effet, et de toutes manieres, etant donné que nous nous separerons duant la mission, il suffit pour vous de me suivre, surtout que seul ce moyen de communiquer est sur... Quoique.|

Le magicien pencha legerement la tete sur le cote, pensif. Elle en profita pour lui demander d'une voix faible si il pouvait lui preter sa main. Il hocha la tete, un peu deconcerte par la demande un peu saugrenue a son gout, et se laissa faire, sur ses gardes. Finalement, tout ce qu'elle fit fut appliquer le dos de sa main contre sa tete bouillante, ce qu'Hideki apprecia beaucoup moins qu'elle. Il grimaca, n'etant jamais habitué aux contrastes de temperatures et abhorrant plus que tout la chaleur. Mais si c'etait pour soulager la peine qu'il avait lui meme causee, alors il n'avait qu'a laisser passer le temps et a oublier la peine que cela lui causait. Il fut meme rassure de la voir un peu soulagee et reprit enfin le dialogue en lui confiant ses craintes

| Ne parlons plus autant, je crains qu'a force, Yuu trouve un moyen de dejouer le stratageme en faisant appel a un traceur pour decrypter ce qu'elle voit a travers vous, economisons au possible. |

Le magicien finit par dire, regardant au dehors

| Je crois qu'il va falloir y aller... Le plen ne doit pas etre plus retardé.|

Il tendit la main a Nebulis, en lui demandant par traits

| Vous allez mieux, au moins? Si vous voulez, au debut je vous protegerai, le temps que vous reprenniez vos esprits. |

Il fit disparaitre le dome et s'avanca un peu dans la foret. Avant de rejoindre Lethao et Naa, il ajouta, son sourire plus que jamais brillant sur son visage

| Et si vous me retardez trop, sachez bien que je vous laisserai vous debrouiller. Et n'imaginez pas le scenario d'une possible trahison. |

Hideki trottina jusqu'aux deux espions, Nebulis a ses trousses, et lorsqu'il arriva a portee de Lethao, posa une main a son epaule et lui glissa quelques mots sur la situation, sans lui donner plus de details. Il savait ce qu'il devait savoir, voila tout. Le magicien s'inclina et s'excusa une demie douziaine de fois de les avoir retardés, changeant bien de l'arrogant magicien qu'il semblait avoir ete jusqu'alors. Tout etait pret, il ne restait plus qu'a tout lancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mar 21 Avr 2009 - 2:25

L’heure était enfin venue. Dans la caverne secrète, lentement, une marche silencieuse se créait. La plupart des assassins et apprentis se levaient, et une fois lavé, vêtis et échauffés, ils partaient vers la cantine. Lethao lui avait dormis une partie de l’après midi, tout comme son fils, et ils étaient levés bien avant tous les autres, dans la salle de guerre avec Naa. Ils avaient revus le plan ensemble, histoire de ne rien laisser de coté.

Et quant enfin vint l’heure, l’elfe alla réveiller son apprenti. Le seul et unique apprentis de l’ombre, mais aussi une des personnes ayant rejoint la guilde le plus tardivement. Il était une des clé les plus importantes a la réussite du plan, et Lethao savait qu’il n’échouerait pas.

Bien sur, comme a son habitude Naa ne se retiens pas de taquiner notre grand dormeur, histoire de le réveiller au plus vite. Il allèrent ensuite manger avec les autres assassins, un vrai petit déjeuné de roi : Salé, sucré, il y avait la des mets des quatre coins de Févlia, en grande quantité. L’ombre savait que le moral était une chose importante dans ce genre de situation, et ce petit déjeuné en « famille » avait aussi pour but de remonter celui de tous les participants de l’opération. Après une bonne tasse de thé, un ou deux gâteau, il se leva sur une table au milieu de la salle, et il fit un petit discours :


« Mes amis, nous sommes les derniers assassins de Nelta encore en vie, vous le savez ! Mais vous savez aussi que nous sommes une force sur laquelle il faut compter ! Dès demain, nous seront sans doute une priorité a abattre pour nos ennemis, qui ignorent notre identité !

Vous avez tous aussi que celle-ci cessera d’être secrète cette nuit, et que ma tête sera mise a prix pour détourner l’attention sur moi, et vous rendre moins visible aux yeux de l’ennemi. Yuu en personne devrait d’ailleurs avoir reçu en personne mon avis de recherche, créé par nos soins et aussi réaliste que possible !

Cette nuit est la plus importante pour notre mouvement de rébellion, car il ne tardera pas a être connu dans tous les pays, et pourras redonner courages aux créatures de tous genres et de tous poils qui sont opprimés ! Allons-y !

POUR LA LIBERTE ! »

Après des cris de joie de la part des personnes présentent, ils se dirigèrent tous vers l’écurie. Les couloirs, malgré l’inactivité due a l’heure, semblaient remplis de couleurs vives, les flammes des torches du groupe dessinaient des arc en ciels sur les bas reliefs piégés des galeries, et les ombres semblaient danser au rythme d’une musique tzigane.

L’odeur des chevaux vint aux narines de cette assemblée, signifiant qu’ils étaient arrivés a destination, et ils furent accueillit par le Hennissement de la Licorne qui dormait là, celle la même qui avait aidé l’ombre quelques semaines auparavant a peine. Il la monta a cru, comme la plupart des assassins. Leurs montures étant toute dressées a disparaître dans la nature une fois laissés sur le lieu des opérations. Pour chacune d’entre elle, un appeau était donné, dont le bruit discret était différent et qui ne faisait réagir que la monture voulue. Aucun de ces chevaux n’acceptait d’être monté a moins que cet appeau ne fut utilisé peu de temps auparavant.

Pour son élève, qu’il savait peu adroit une fois a cheval, il avait personnellement désigné un cheval dont la croupe était douce, et le galop gracieux. Un cheval qui devait en principe limiter les douleurs subies par un débutant en équitation. Enfin, ils partirent, et dans cette nuit noire, l’ont pouvait entendre résonner le galop régulier des montures adroites.

Juste avant, il avait rappelé une dernière fois les rôles de chacun, prenant le temps pour chaque petits groupes, formés a l’occasion avec une chose bien précise a faire.


« A vous, groupe d’assassin magicien, vous devrez vous disposer comme prévu aux arbres marqués. Vous êtes 5, il y a 5 arbres, et vous savez tous comment vous y rendre discrètement a partir du lieu d’attaque. Votre rôle est de faire un bouclier anti teleportation, qui devra durer 1 heure, moins si le signal est envoyé. En cas de problème, votre priorité est de rester en vie, si l’ennemi vous repère appelez Sephire grâce aux 2 boules magiques que vous avez dans votre poche. Une fois celles-ci épuisée, utilisez le sort de teleportation, le votre vous même juste dans volky, dans une maison vide.

A toi, Sephire, mon fils, tu dois surveiller le périmètre, que personne non assassin n’entre ou ne sorte. Tu as la permission de tuer si besoin est, dans le cas contraire, blesse pour handicaper ou assomme, mais en aucun cas une personne ne dois pouvoir aller chercher de l’aide. Tu partiras aussi en éclaireur, étant donné que tu es bien plus rapide que nos chevaux pour voyager. Sécurise le périmètre autant que faire se peut, sans te faire repérer bien sur, installe autant de piège que tu le souhaite. Nous savons tous ici comment les désamorcer.

A vous, petits groupes d’assassins, surveillez vos apprenti s’il s’agit de leur première mission, et tuez tous soldats de Koory que vous trouverez. Commencez par une attaque groupée, ou vous devez être repérés et l’alerte donnée. Ainsi, le château sera en partie vidé de ses gardes. Par la suite, restez discret, faites disparaître nos ennemis comme tous assassin doit le faire, proprement, efficacement et discrètement. Si votre sécurité est menacée, battez en retraite pour un temps. Vous savez ou se trouve le camp pour ramener les blesser et, j’espère qu’il n’y en aura pas, les morts. Sephire aura installé des pièges et de faux assassin a l’orée de la foret, donnant l’impression que vous êtes deux a trois fois plus nombreux qu’en vérité, profitez en. Vous n’êtes que 25 en vérité, et il y a plus de 200 soldats postés au château, ainsi qu’une petite dizaine de magiciens combattant. Vous devez être prudent, leur surnombre peu être un désavantage pour eux, ils seront un peu trop confiant et se sépareront facilement, mais n’attaquez pas un bloc trop soudé, harcelez les, faites les craquer, tomber dans des pièges. Vos sac contiennent tous une dizaine d’arbalètes automatique, vous savez tous les armer, et vous disposez de 20 carreaux. Il contient aussi un arc et dix flèches, en plus de votre matériel habituel. Je le rappelle pour les apprentis : deux dagues courtes, une ration de nourriture, des bandages et du désinfectant, une barre de fer magique, pouvant devenir incandescente, servant a cautériser les plaies trop dangereuses, ne vous en servez en arme qu’en dernier recourt, les enchantement pour qu’elle chauffe et refroidisse aussi vite sont très complexe, et il faut plusieurs jours pour en faire une. Vous avez aussi une cape de protection, a mettre sur les blessé ou a sortir en cas de pluie.

Dernier rappel a tous, la plupart d’entre vous se servent d’armes dites conventionnelles, n’oubliez pas qu’une lance sera plus efficace contre un ennemi armé d’une épée, mais que contre une hache pour pourriez avoir des problèmes, et que l’épée justement est plus maniable qu’une hache, sachez utiliser vos avantages tactiques en tous genre. Nous affrontons des soldats entraînés, ils sont dangereux, et de brave combattants, nous leur offrirons aussi une cérémonie des morts. Ils le mériterons, ce ne sont que des pions qui agissent pour leur pays, n’ayons point de haine pour eux. »

Enfin son discours était finit. Tous avaient leur instruction, et ils chevauchaient a présent dans la foret. Elle était a la fois silencieuse et bruyante, pour qui savait écouter parler ces arbres millénaires. Une vieille capacité elfique, leur langage avait beau être presque incompréhensible, de temps en temps, un mot pouvait sortir du lot. Mais surtout des émotions palpables… Et celles que ressentait l’elfe n’étaient pas extrêmement positives. Les arbres savaient que cette nuit il se passais quelque chose, et Lethao espérait que cela ne compromettrait pas l’opération.

Puis, quelques heures plus tard, ils mirent tous pieds a terre, les cheveux et la licorne se dispersèrent, et chacun se dirigea vers son objectif. Pour l’instant, Lethao, Hideki et Naa devaient rester en attente du signal qui signifierais que la diversion a commencé. C’est le moment que choisit son blondinet pour lui redemander ce qu’ils allaient faire.


« Bon, je te le redis, mais c’est la dernière fois : Pendant que nos amis feront diversion, nous allons entrer discrètement, éliminer tout ennemi sur notre passage, nous frayer rapidement un chemin jusqu'à la salle gardée par les « généraux », nous devront les vaincre tous en a peu de chose près 30 minutes, pour téléporter tous le contenu de la salle dans nos réserves. C’est aussi simple que cela. »

L’elfe eut a peine le temps de finir son explication qu’une ombre inconnue sauta sur son apprenti, mais explosa avant de pouvoir le blesser. Un ennemi ? Ici ? Et plutôt rapide, ainsi, comme il le craignait, quelques renforts avaient atteint le château en avance. L’avant garde d’élite des renforts qui devaient arriver seulement le lendemain. Il observa autour, tandis qu’Hideki s’était emparé de la pyromane. Une fois celle-ci maîtrisée, il se mit a part avec elle, Lethao se doutait que l’évènement devait avoir touché directement Hideki, pas physiquement, mais mentalement, aussi il le laissa avec cette petite quelques instant, le temps de gronder Sephire, qui venait d’arriver, alerté par le bruit.

« Je crois que tu n’as pas été assez rapide dans la préparation du terrain, fiston, il faudra faire mieux la prochaine fois. »

Sephire mit un genoux a terre, devant l’elfe, et le regard vers le sol dit :

« Oui, père. L’avant garde a eu vent d’une possible attaque, et est venue en renfort. Je les ai mis en déroute, mais quelques uns sont parvenus a m’échapper. Vous avez tué le dernier que je pourchassais, les autres se sont réfugiés a l’intérieur du château, seuls quelques téméraires ont tentés de rejoindre l’armée de remplacement. J’ai pus voir que les hommes gardant le château sont éreintés, aussi nous sommes avantagés par leur état. »

L’ombre inclina la tête, approuvant ainsi l’attitude de son fils, puis lui fit signe de continuer sa mission. La nuit serait longue, et ils ne devaient plus perdre de temps. Hideki revint lui faire un compte rendu rapide de la situation de son coté. Ainsi il s’agissais d’une jeune traceuse de Koory, ayant une haine bien particulière pour Yuu. Et bien tant mieux pour nous, se dit l’ombre.
D’ailleurs, il fit quelques geste, fouillant une poche secrète, pour envoyer une pierre qui sembla s’évaporer dans les airs. Ainsi, le signal pour envoyer a Yuu son avis de recherche fut lancé, et que son visage soit vu ou non importait peu. La petite fille pourrait donc le voir sans craindre quoi que ce soit.


* Mon nom est Lethao, ombre de Nelta. *

Il avait envoyé ce message dans le langage des signes, qu’elle ne comprendrait sans doute pas, mais la lutine et Yuu le comprendrait sans doute, étant donné la culture de leur ennemie cela n’étonnerais pas l’elfe.

* Naa, je crois que malgré tous nos efforts, trouver une personne plus petite que toi pour participer a cette mission est impossible, comme tu peux le voir. *

Il savait que sa collègue pourrais l’agresser suite a ceci, et a vrai dire, il comptait la dessus, cela aurait pour effet de faire chuter la tension, et d’intégrer plus vite la nouvelle naine a cette mission, car ils ne pouvaient pas la laisser la après ce qui venait de se passer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mar 21 Avr 2009 - 2:26

Soudain, il se retourna. Le signal était lancé, l’attaque venait de débuter. Dans 5 minutes, le début de la mission des ombres, du traceur blondinet et de la nouvelle chose de l’équipe incongrue, allait s’enclencher.

La charge des assassins vers les portes du château fut une surprise, pour les pauvres gardes, qui se relâchaient en pensant que demains ils rentreraient chez eux. Malheureusement, ce soir, des familles perdraient père, fils et même mère ou fille. Jamais ils ne reverraient leur maison. La petite garnison censée donner l’alerte ne fit pas long feu, seuls dix soldats étaient ici aux aguets, et ils n’eurent pas la chance de voir ce qui les tua. Les assassins avaient déjà ouvert la porte, laissant juste un garde s’enfuir a toute jambe pour donner l’alerte.
Bientôt des cloches résonnèrent, dans tout le château, et toutes les lumières furent allumées. Les assassins avaient déjà bien entamés leur tache, les premières salles étant mal gardés. Une trentaine de soldats avaient déjà périt, et aucun membres de la guilde n’avait été blessé. L’éclaireur du groupe fit le signe de replis, l’ennemi s’étant regroupé, et s’apprêtait a charger. Ils arrivèrent alors dans une pièce vide, puis ils ouvrirent la porte refermée du couloir, ce qui fit périr 5 soldats supplémentaires, des fils ayant été attachés a cette porte, et ayant envoyé des épées et hache sur l’avant garde avec autant de force qu’ils avaient enfoncé la porte.
Ces mêmes épées qui avaient appartenus a leurs frères morts, tués sans pouvoir résister. Le groupe recula, puis chargea de nouveau, se demandant sur quoi ils tomberaient. La réponse fut simple : le couloir était assez grand pour laisser passer 6 personnes , 10 assassin se trouvaient a 100 mètres, bien organisés, 5 devant avec des grand boucliers protecteurs, encore une fois ramassés sur les cadavres, et derrière 5 archer d’élite, qui envoyèrent une salve a peine les ennemis sortis. 4 morts de plus, et 5 autres, le temps que la cinquantaines de soldats en face s’organisent. Ils se mirent en formation, pour se protéger au mieux des flèches avançant protégés par de grand bouclier, qui ne pouvaient bloquer le tout, mais au moins limiter le nombre de morts. A chaque salve, les assassin reculaient d’une dizaine de mètres, les soldats en face ne souhaitant pas mourir en craquant pas face a la pression, avançant doucement et prudemment. Malheureusement, les archers étaient bon, et parvenaient a en blesser et a en tuer quelques uns, surtout lorsque les ennemis furent déstabilisé par les quelques pièges installés. Le premier, classique, fut les armes de deux armures de décoration qui tombèrent sur le coté des soldats, en tuant un sur le coup, l’autre ayant échappé a son funeste sort grâce a un bon réflexe.
Le deuxième piège se révéla plus dévastateur, un fil invisible qui une fois tendu se coupait, laissant brûler deux petits fils relier a des explosif au plafond, explosif de faible envergure, mais suffisant pour faire s’effondrer tout ce qui se trouvait sur l’étage du dessus, et de gros bloc de pierre de près de 50 a 100 kilos. Et ainsi de suite. Aussi, quand les assassins arrivèrent au bout du couloir, leurs adversaires n’étaient plus que 19. Mais ils virent du renfort au bout du couloir arriver, et il sortirent donc du château comme ils étaient rentrés. Se cachant derrière les arbres, ils tirèrent sur les premiers soldats sortis, toujours aussi chirurgicaux dans leurs gestes, jusqu'à reculer dans la forêt. Le harcèlement contre les 100 et plus soldats partis débusquer l’ennemi allait commencer. Tout comme la mission de Lethao.

5 Minutes s’étaient écoulés, meurtrière, 1 / 4 de la garnison était morte sans quasiment offrir de résistance. Et presque aucuns soldats de Koory ne survivraient a ce carnage… Nous suivront pas a pas, en parallèle aux cheminement de nos amis, la mort de ces valeureux soldats…

Lethao avançait, calmement, et Naa prenait de temps a autre la tête. Ils devaient entrer par les cuisines royales, peu défendues, voir pas du fait de l’attaque. Mais ils préféraient ne pas se faire repérer, ils avaient confiés au grand traceur la sécurité de la petite, et il devait s‘assurer de la discrétion de celle-ci autant que de la sienne. Avançant au fur et a mesure des signes. Le premier soldats sur lequel ils tombèrent n’eu guerre le temps de dire un mot, ni de finir son poulet par ailleurs. Ce noble glouton avait préféré laisser la tache de chercher les aiguille dans la botte de foin au petit peuple. Sans doute un bon combattant, mais lorsque l’ont a pas le temps de dégainer, ce genre de chose ne peut se vérifier. Le cadavre blond fut caché dans un tonneau, et les assassin accompagnés de la petite chose avançaient a bon rythme dans les couloirs, rencontrant peu de resistance. Un groupe de soldat faillit sonner l’alarme, mais les deux magiciens du groupe se montrèrent bien utile, et l’elfe nota que la naine n’était pas dénuée de pouvoir.

Enfin, ils arrivèrent devant la salle recherchée, et quant l’elfe ouvrit la porte, il fit la moue :
En plus des 4 généraux qui se trouvaient la, une dizaine de sentinelles d’élite de Koory, l’avant garde ayant pus échapper a Sephire. Mauvaise nouvelle…

Il étaient a présent a 4 contre 14, et l’ombre souffrait depuis 2 minutes d’un mal de tête dont il ignorait la cause…

Au même moment, Sephire venait d’être appelé au secours d’un des assassin magiciens, repéré par 6-7 soldats qui tentaient de le tuer a l’aide d’arcs et de flèches, lui qui était perché dans un arbre. Il évitait celles-ci tant bien que mal, et quant son sauveur fit son apparition, il venait de se retrouver blessé a la jambe, une blessure certes superficielle, mais douloureuse…

Le démon sortit du sol, faisant hurler de surprise et d’horreur les deux soldats a coté desquels il apparut. Ils se retrouvèrent aussi vite enterrés que l’autre était sortit, et décédèrent, étouffés. Deux autres tirèrent leur épées, mais ils furent tranché avant de comprendre ce qui venait de leur arriver. Les fils de diamant enchanté d’une longueurs de trois mètres de longs accrochés a chaque doigts du démon avaient fait leur office. Les archers lâchèrent leur flèche en direction de cet ennemi terrible et effrayant, mais aucune ne fit mouche. L’espion les trancha a l’aide des deux lames que formaient dés a présent les fils sur ses avant bras. Mais les deux autres archers, qu’il n’avait pas repéré, se préparaient a lui tirer dans le dos, et il ne dû son sauvetage… qu’a deux dagues qui vinrent se planter dans la tête de ses assaillants.
Et ces dagues furent suivies d’une voix qui déstabilisa énormément le jeune homme.


« Attention jeune homme, ces soldats de Koory ont failli vous trouer le dos… Heureusement que je passais par la. »

La, devant lui, dans des habits pour le moins inhabituels, mais non dénués de charme, se tenais une femme qu’il connaissais depuis plus de 15 ans : sa mère… elle semblait ne pas l’avoir reconnu, mais lui savais que c’était elle, Elindwë, disparue depuis trop longtemps, se trouvait la tel un miracle. Sans le vouloir, des larmes coulèrent sur ses joues, et il la serra dans ses bras, mettant la jeune elfe dans l’embarra :

« Hein, mais que, reprenez vous, je n’ai fais que vous sauver la vie, je ne mérite pas autant de… »

Puis, elle s’arrêta un instant, comme figée..

« Je vous connais ? »

Sephire comprit alors la raison de sa disparition suite a la fuite de celle-ci des donjons de la voyante de Koory. Les traumatismes subits là bas l’avait rendue amnésique, et a moins d’un miracle elle n’aurait pas dû se retrouver ici…

« Oui, mère, vous me connaissez, mais je ne sais comment vous avez pus faire pour nous retrouver ici, en pleine opération avec père pour la résistance… »

La jeune femme ronde eu un sursaut de surprise avant de se reprendre :

« Vous… Vous êtes mon fils ?! Et l’homme dont vous parlez, votre père, est mon… ?! Je ne sais pas non plus pourquoi je suis ici, tout ce que je peux vous dire est que j’étais attirée par ici, et j’en ai mal a la tête, je sais que je dois entrer dans ce château, et je ne sais pourquoi je le sais ! »

Elle semblait presque en larme, aussi malgré la gravitée de la situation, Sephire se relâcha et la pris plus doucement dans ses bras :

« Oui, mon père est votre fiancé et ami d’enfance, avec lequel vous partagez un lien psychique très important, qui vous relit l’un a l’autre. Ce doit être la raison qui vous attire ici. Rejoignez le, la douleur, a ce moment la, s’estompera, du moins je l’espère. Mais soyez prudente ! »

Déstabilisée, elle disparut tout de même en direction du château, avançant avec la plus grande des discrétion, instinctive. Elle n’avait donc pas tout perdu, et elle semblait se rappeler qui étaient ses ennemis, et comment les combattre… Un autre personnage venait donc de se mêler a cette attaque…

[ Désolé, j’arrive pas a faire plus long que ça pour l’instant, c’est la reprise… et avoir 3 OC, ça aide XXD. ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Lun 8 Juin 2009 - 11:15

Naa s'était levée assez tôt le matin et avait vaqué à diverses occupations de relaxation dans sa chambre. Elle n'était pas vraiment nerveuse, et ne sentait pas tellement l'attaque du château de Neiran comme une attaque particulièrement effrayante. Certes, elle était assez décisive, mais Naa était confiante, surtout depuis qu'elle avait vu les pouvoirs du jeune magicien, particulièrement effrayants. Naa était même certaine de pouvoir vaincre avec assez de facilité certains des hauts dignitaires de Koori, mais elle était également certaine qu'elle tomberait certainement sur le pire des quatre, comme sa chance le voulait. La lutine s'étira ensuite longuement, ses muscles encore fatigués du long voyage qu'elle avait fait au travers des terres de Fevlia, des confins de Swilyara jusqu'ici. Les trois jours que Lethao lui avait alloués lui avaient cependant suffit à se délasser assez pour supporter un combat de longue haleine. Alors quand Lethao vint la réveiller, elle lui sauta tout de suite dessus, lui signifiant que cela faisait un bon moment qu'elle attendait son signal. Ils prirent comme d'habitude leur bain ensemble, avec l'apprenti en prime, qu'elle taquina une nouvelle fois en s'amusant à frôler de sa peau nue le visage ou les bras du magicien aveugle, visiblement assez embarassé en compagnie de femmes. Mais la camaraderie innocente allait vite s'estomper pendant la journée... Il fallait se concentrer sur la bataille qui se profilait, sur le sang qui coulerait, sur les mouvements à faire pour éviter de se faire tuer... Tout cela serait forcément assez prenant. Au déjeuner, Naa écouta Lethao en silence, se faisant ombre au creux de l'ombre de l'Ombre, avant de lever son verre comme les autres. Elle ne fit aucun discours, celui du chef étant suffisant et ne voulant pas embêter les assassins avec son langage des signes moins percuant que les élancées lyriques de l'elfe. Beaucoup de monde la connaissait dans l'assemblée et elle aperçut beaucoup de regards approbateurs sur son passage. La présence même de l'Ombre de Swilyara était plus éloquente que mille discours. L'opération avait l'aval de Swilyara, et l'aide d'une grande unité. Mais par sa présence, elle soulignait également le caractère grave de la situation. Malgré leur grande amitié, ce n'était pas souvent qu'ils intervenaient dans les affaires des uns ou des autres. La situation était grave.

Ils gagnèrent les écuries et Lethao expliqua aux groupes ce qu'ils devaient faire. La chevauchée fut assez silencieuse. Il s'agissait de ne pas se faire attraper par un détachement de Koori, mais selon les pronostics, ils ne passaient pas dans des endroits très fréquentés par l'armée du pays humain. Naa était assez à l'aise sur le dos d'un cheval, et elle s'amusa un peu des difficultés de l'apprenti. Lethao, lui, semblait toujours un peu songeur. Bien qu'il tente de paraitre assez detendu à ses troupes... Il était quand même bien loin de celui qu'elle avait connu bien des années auparavant. Lorsqu'il était encore apprenti, qu'il était plein de candeur.. Presque tant que Naa n'imaginait pas une seconde qu'il arrive à ce poste un jour. Le temps cangeait bien des choses, les circonstances de la vie aussi. Que ce soit les problèmes qu'il avait vécu avec sa part d'ombre, la mort de certains de ses compagnons les plus chers ou la disparition d'Elindwë, tous les évènements l'avaient façonné et il semblait bien plus mature que des elfes ayant le double de son âge. La petite lutine se pencha sur ses 79 ans et son apparence d'enfant. Oui, la vie façonnait... Et donnait des responsabilités auxquelles ils devraient une nouvelle fois faire face. La lutine mit pied à terre et sonda le terrain du regard tandis que l'apprenti, toujours aussi nerveux, voulut avoir de nouveau des renseignements sur le déroulement de la mission. Elle soupira. Lui, la vie avait beau n'avoir pas été très douce avec lui, il restait tout de même assez incertain. Peut-être n'avait il pas encore beaucoup hérité de ses propres responsabilités... D'après ce qu'on lui avait dit, il n'avait fait qu'obeir à celui quie le hantait, alors forcément, sans cette entité...

Lorsque le bruissement se fit sentir, Naa était trop éloignée pour tenter quoi que ce soit, mais visiblement, cela ne fut pas un problème, vu que la menace fut maitrise.. par une inconnue. Et Naa n'eut pas à intervenir pour la matriser, Hideki s'en chargeant de lui-même. La lutine regarda le magicien partir avec elle, sans rien y comprendre. Elle voulut demander à Lethao mais celui-ci était occupé avec Sephire. Décidément, la vie était trop injuste. Elle shoota dans un caillou en tournant les pouces. Quand ils revinrent, Lethao se présenta à Yuu indirectement, vu ce qu/Hideki leur avait raconté. Elle scruta les yeux vides de l'aveugle pour y déceler une trace de mensonge mais ses iris clairs comme du verre ne laissaient rien transparaitre, sinon de la franchise. La demoiselle fronca ses larges sourcils lorsque Lethao fit une blague sur sa taille, et tira d'un coup sec les longs cheveux de Lethao d'une main en disant de l'autre


[ Tu vas voir en tous cas du groupe c'est toi qui va avoir la couleur de cheveux la plus originale quand je m'occuperai de toi ! ]

Mais la mission n'attendait plus, et elle devait remettre sa vengeance a plus tard, quel dommage. Mais la vengeance était un plat qui se mangeait froid, il en serait donc meilleur encore après la mission. Naa emboîta donc le pas à Lethao sans mot dire de plus, jetant un dernier regard à la fille que Hideki avait ramenée. Elle se tenait assez tranquille, mais dans ses yeux brûlait une flamme que Naa n'aimait pas tellement : la flamme de l'impulsivité, qui poussait à l'erreur et aux problèmes. Sachant qu'elle ne comprendrait très certainement pas la langue des signes et préférant ne pas se confronter à Yuu en utilisant la télépathie, elle se tut, mais lui jeta un regard éloquent qui lui sommait de se tenir tranquille. Elle fit au magicien en passant par ses pensées

* Veille bien sur elle, surveille la, surtout. Peut-être que Yuu peut prendre possession de son corps, ou quelque chose de cet acabit... Et elle à l'air très jeune, empêche la de faire des faux pas. Je te fais confiance, blondinet. *

La lutine se retourna et détacha ses armes de sa ceinture. La femme à la taille d'enfant suivit donc Lethao en deuxième position, et le relayait lorsqu'il semblait avoir quelque chose à finir en arrière, un soldat à achever ou un coup d'oeil à jeter à son apprenti. Au fil des combats qu'ils menèrent, Naa remarqua tout de même que Lethao allait de moins en moins bien. Certes, son style de combat n'en était pas vraiment altéré, mais elle remarqua qu'il faisait des faux pas qu'il ne se serait pas permis de commettre habituellement. Elle ne put lui demander ce dont il s'agissait, ses mains étant particulièrement occupées et son esprit devant se concentrer sur le combat, mais elle garda un oeil sur lui, au cas où il se mette en danger.

Naa bougeait avec souplesse, ses mouvements coulant comme si c'était de nature, l'Ombre montrant son habileté au combat liée au grand nombre d'années qu'elle officiait déjà à ce poste. Le kriss duquel elle se servait perçait la surface des armures adverses comme un couteau dans du beurre au soleil. Ou plutôt, la lame trouvait chaque petit interstice qu'il fallait pour passer et attaquait au niveau des articulations ou du cou des soldats. Naa ne put que remarquer que les soldats qu'elle combattait en ce moment étaient tout de même plus résistants que les eclaireurs que l'on envoyait à Swilyara. Plus entraînés, aussi. La lutine ne se laissait cependant pas toucher. Tout cela n'était rien, comparé à ce qu'ils devraient battre ensuite. C'est alors que Lethao et la lutine virent, à peu près au même moment, ce qu'ils devraient combattre. Les quatre généraux, plus une dizaine de sentinelles. Là, cela deviendrait compliqué. Naa plissa les yeux. Avec Lethao migraineux et Hideki devant garder un oeil sur sa protégée... Il lui fallait les protéger, mais comment ? Comment ? Naa reflechissait à toute vitesse, en garde. Les sentinelles étaient bien entraînées, et restaient à distance. Ces unités pouvaient être comparées à des assassins, en parlant de leur niveau. Elles n'étaient donc pas à sous estimer... Heureusement, ces unités ne maîtrisaient pas la magie, en règle générale. Naa était immobile, devant Lethao, Hideki et l'enfant humaine. Elle esquissa un geste bref


[ A tout à l'heure. ]

Naa fit un pas, puis deux, des pas chaloupés, parfaitement mesurés, rendant compte de l'équilibre de l'Ombre. Les sentinelles étaient en garde, et il ne serait pas aisé de les attaquer de front. Surtout pas seule. Mais qui avait dit qu'elle prendrait à parti toutes les sentinelles? Naa détacha tranquillement le tissu à sa manche, le long tissu replié attaché par des sangles rouges et qui semblait si lourd sur ses minces épaules, sur ses petits bras. Un garde crut bon d'attaquer à ce moment, vu qu'elle ne semblait pas focaliser son attention sur le combat. Naa évita aisément l'attaque, s'effaçant pour laisser passer l'energie de la sentinelle, tournant sur son pivot. Elle attrapa le bras de l'adversaire et guida le mouvement de la sentinelle selon une trajectoire circulaire qui finit dans des tonneaux de marchandises entreposés plus loin. n'utilisant que la force de son adversaire. Avant que d'autres ne profitent de ce mouvement, elle profita de l'effet de surprise pour détacher entièrement les sangles qui maintenaient ses tissus et les fit tourner autour d'elle comme une danseuse utilise un ruban, pour disparaitre entièrement. Bien entendu, elle n'avait pas disparu, mais l'effet de poudre aux yeux que ce genre de mouvement faisait restait toujours efficace. Naa s'était simplement dissimulée sous les lourds tissus, qui possèdaient la faculté de se fondre dans l'environnement, et allongée par terre, invisible aux yeux des autres. Alors que quelques sentinelles, d'un consentement commun, s'approchèrent prudemment pour s'occuper des autres, Naa fit trébucher l'un, tomber l'autre, les achevant une fois relevee, et se jeta sur l'un des quatre généraux qui anticipa de justesse son mouvement pour le parer de son épée. Elle lui fit un joli sourire, avant d'utiliser une fiole fumigène accrochée dans sa ceinture. L'effet ne servit pas du tout à tuer le général entouré d'autres sentinelles, bien sur. Elle s'en servit simplement pour les faire basculer par dessus la rambarde, la pièce où ils se trouvaient donnant sur les étages inférieurs, les précipitant un ou deux étages plus bas. Elle adressa un dernier regard a Lethao avant de se précipiter à leur suite. Ils n'étaient pas morts, mais ils étaient isolés. A eux de jouer, maintenant. Elle ne prit pas l'escalier, descendant la muraille en s'accrochant au mur comme une petite araignée.

Arrivée en bas, elle remarqua que dans leur chute, une sentinelle s'était brisé le cou. Les autres avaient réussi à amortir d'une façon ou d'une autre la chute. Elle compta combien d'adversaires elle devrait combattre. Une, deux sentinelles, plus le général qui se relevait, toussant. Naa acheva vite l'une des sentinelles qui s'était cassé la jambe en tombant, et alors que l'autre voulait aider son compagnon, elle frappa d'un coup sec du tranchant de la main contre la tempe du combattant, ce qui l'étourdit un peu plus qu'il ne l'était et lui permit d'en finir avec lui aussi. Cependant, le dernier ne serait pas facile.

Le guerrier blond était assez jeune, il lui faisait un peu penser à Hideki. Ce n'était visiblement pas le vampire, ni l'ange déchu, mais plutôt l'un des deux magiciens. Restait à savoir de quelle sorte de magie il était détenteur. Elle ne connaissait pas beaucoup la magie humaine mais était à peu près capable de discerner les différentes sortes de magies qu'ils utilisaient. Le magicien ricana, en fouillant dans sa sacoche. Il en tira une petite sphère de verre qu'il lanca sur les escaliers, qui explosa dès qu'elle se brisa. La deflagration fit sauter les marches et une partie du pan de mur qu'elle avait utilisé pour descendre, laissant un trou béant. Elle ne pourrait que difficilement rejoindre ses coéquipiers, cela la retarderait bien... Elle se mit en garde. Le magicien aussi. Il marmonna quelquechose qu'elle ne comprit pas, n'arrivant pas à lire sur ses lèvres. Mais elle comprit bien vite à quel genre de magicien elle avait affaire lorsque les sentinelles qu'elle avait abattu un instant auparavant se remirent sur leurs pieds, le regard vide, l'épée en main.

Un sonneur, hein... Interessant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Lun 8 Juin 2009 - 11:16

« Merci de m'avoir facilité la tâche, mademoiselle. Morts, ils sont tellement plus obéissants... »

La philosophie de Koori lui échappait parfois un peu. Naa fronça ses larges sourcils et dût se défaire des sentinelles, attaquant en utilisant la force surhumaine et irréelle de ses adversaires. Visiblement, le magicien connaissait son affaire, et les mouvements des sentinelles ressemblaient fort à ce qu'elles auraient fait de leur vivant, en pleine possession de leur capacité. Le mort marchait sur sa jambe cassée comme si elle ne comptait pas, et celui à la nuque brisée attaquait sans sembler regarder ou il allait, la tête pendant sur le côté. Normal, ils n'étaient plus que des marionettes du nécromancien. Et elle avait beau faire, elle ne parvenait pas à s'en défaire, d'une part parce qu'ils étaient très puissants, d'autre part parce qu'ils ne ressentaient ni douleur, ni peur, ni hésitation. Lorsque l'épée de l'un d'entre eux entama profondément la chair de la lutine, elle grimaça. Il fallait attaquer le mal à la racine, mais le sonneur restait hors de portée de toute attaque, les sentinelles s'interposant toujours entre eux. Elle finit par trancher la tête de l'un d'eux. Le sang jaillit, mais le corps continua de bouger, c'en était écoeurant. Elle détestait la nécromancie... Naa attaqua une fois, deux fois, trois fois, elle finit par se défaire des sentinelles en leur coupant les membres. Ce travail l'avait épuisée. Essoufflée, elle prit une grande inspiration, posa la main sur son coeur affolé, comme pour le calmer, pour prendre une pause, restant sur ses gardes. Le necromancien à qui l'on avait retiré ses marionettes ne l'entendait pas de ses oreilles, aussi avait-il sorti un couteau à sa ceinture et s'était-il jeté sur elle. Visiblement, en plus d'être un amgicien de haut niveau, il était aussi un excellent combattant... Le combat dura une bonne dizaine de miutes, s'éternisa, dans la cour déserte. De temps en temps, un garde arrivait, très vite tué. Naa s'épuisait, mais le général aussi. Elle crut perdre plusieurs fois, elle crut gagner plusieurs fois, mais ils restaient toujours au même point desesperant. La fin du combat se trouva être dans une dernière attaque de Naa. Elle réussit à percer sa garde et lui attrapa le visage avec sa main nue.

* C'est terminé. *

Le magicien ne comprit pas de prime abord, et voulut se dégager en enfoncant sa lame dans l'épaule de Naa, mais celle-ci ne broncha pas. Le visage du magicien rougit, devint écarlate, sembla presque fondre. Ses yeux se révulsèrent alors qu'il hurlait de douleur et des paroles incompréhensibles jaillirent de sa gorge alors que Naa fiasait monter la température de son corps. Son pouvoir elfique résidait en cette capacité, particulièrement effrayante en duel. Naa laissa enfin le magicien lorsque l'eau de son corps commençait à porter à ébullition, ne laissant qu'un cadavre sec, difforme et figé dans une expression ignoble. Elle détestait tuer de cette manière. Naa jeta l'arme du magicien au pied de l'amas de corps qu'elle avait demantibulé durant la bataille, en signe de respect et de condoléance pour ces corps rendus à l'état de simple marionettes et atrocement utilisés au lieu d'être laissés en paix.

Naa regarda ensuite l'escalier explosé, et soupira. Comment était-elle censée faire quoi que ce soit, là? Et comment s'en étaient-ils sortis, les autres? La lutine pencha la tête sur le côté, pensive. Mais elle ne devrait pas s'attarder ici. Elle sortit donc dans la grande cour, où la panique semblait règner. Naa ausculta le bâtiment, tentant de savoir comment elle pourrait rejoindre l'étage où étaient Lethao, Hideki et son amie auparavant. Elle leur avait laissé cinq sentinelles et trois généraux, s'en étaient-ils sortis? Le vampire promettait d'être fort ennuyeux à vaincre, déjà qu'elle avait eu un peu de mal avec le sonneur... Naa pressa son épaule, constatant avec soulagement que le couteau du magicien ne l'avait pas blessée très profondément. Il restait que c'était douloureux, et elle profita de cet instant de répit pour se faire un bandage de fortune avec ce qu'il lui restait dans la sacoche. Le plan se passait plutôt comme prévu, visiblement... Yuu serait folle de rage et.. hein, c'était quoi ca, ce qu'elle venait d'aperccevoir?

Naa fronça les sourcils et s'approcha. Non ce n'était pas.. Si, c'était bien elle ! Naa ouvrit des yeux ronds. Si elle s'attendait à la voir ici ! Elle s'approcha davantage. Aucun doute, c'était bien Elindwë. Lorsque Lethao apprendrait cela... Vite, il fallait l'attaper, et surtout le prévenir ! Naa prit le poignet d'Elindwë, s'écriant télépathiquement


* GROGNASSE ?! *

Elle garda une main libre et lui posa mille questions, sur la façon dont elle était arrivée ici, sur ce qu'elle pouvait bien foutre sur un champ de bataille etc. Cependant, elle semblait encore plus perdue que la lutine... Naa finit par lui faire un petit signe de la main pour interpeller son attention, suivi de centaines d'autres.

[ Ehooo ici Nelta, nous apellons Koori, ah non la connexion est coupée dûe à un trop grand nombre de blonds ténébreux, ca perturbe les ondes.. Eho ? Je te cause, brunasse d'elfe, t'as perdu ta voix? Ou ta voie, alors (ahah je suis trop drole) ? Elindwë...? C'est Naa, tu me reconnais pas ou quoi? Naa Kiotopú ! Arrête de me faire ces yeux d'illuminée, c'est vexant. Bon, viens. ]

Elle la tira brusquement, ne lui laissant pas le choix. Les deux femmes cherchèrent longtemps leur chemin, mais Naa reconnut enfin l'endroit où Lethao et les autres étaient. Et lorsqu'elle les retrouva ...

[Desolee du retard 'o']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 12 Aoû 2009 - 17:18

Le magicien esquissa un sourire mal assuré, ne sachant pas trop quelle attitude adopter envers Lethao, sachant surtout qu'il avait bien retardé son organisation, et que si tout ratait à cause d'une erreur d'organisation, cela serait certainement de sa faute. Un peu penaud, oubliant les airs assurés qu'il prenait avec Nebulis, il pensait à la mission, une fois de plus, se remémorant tous les détails. Lethao ne semblait pas lui en vouloir, et adopta une attitude un peu étonnante face aux détails qu'il lui avait donné. Il libéra une pierre qui passa tout de suite à l'état gazeux lorsqu'il la lança, et fit quelques signes. Son handicap ne lui permettai pas de distinguer ses gestes en détail. Il en conclut seulement qu'il était en train de parler en langage des signes face à Nebulis. Yuu comprendrait peut-être, quoiqu'il n'était pas sûr de l'utilité que ce langage pouvait avoir dans un pays où l'infirme était tout de suite relegué aux plus basses sphères de la société. La seule utilité que ce langage pouvait avoir dans ce pays devait être liée aux opérations secrètes comme langage codé, comme ce que venait de faire Lethao. Il se demandait un peu ce qu'il pouvait bien lui dire. La provoquait-il, ou lui donnait-il des informations, vraies ou fausses, sur leur identité à tous? Un pincement au cœur lui fit détourner la tête, imaginant la Reine le contempler par les prunelles de Nebulis, trépigner de rage ou de joie d'avoir retrouvé sa trace et de pouvoir amorcer son processus de vengeance. Un pincement au coeur un peu particulier, étant donne qu'il ne savait pas trop à quoi il était dû exactement, et que sur son visage se lisait pour une fois très clairement ses émotions contradictoires, mélant tant amertume qu'incertitude. Mais lorsque le signal fut lancé, il effaça toute trace de questionnement. Il devait être fort. Du moins, le paraître, et surtout devant Yuu. Pour la mettre en garde, pour lui montrer que sa tête ne serait pas aussi facile à obtenir qu'elle ne l'aurait souhaité. Elle voulait jouer au chat et à la souris? Il partait gagnant, n'osant imaginer le sort qui l'attendait si il perdait. Il avait trouvé son but, et même si il en finirait lorsqu'il aurait fait tout ce qu'il avait à faire, il n'en démordrait pas.

L'ordre de mission étant lancé, ils s'élancèrent peu après. La marche arrière n'était plus possible, à présent. Il emboita le pas aux deux Ombres, et cala Nebulis entre lui et Naa afin qu'elle ne ferme pas la marche, car la queue de la file pourrait être attaquée par d'éventuels soldats venant de derrière et puis... N'oublions pas qu'elle pouvait à tout moment se retourner contre eux, et chercher à les abattre dans le dos. Ainsi, même si son sens de l'aura était développé sur 360°, il percevait bien mieux ce qui lui faisait face, focalisant souvent inconsciemment son attention dessus, et pouvait plus facilement maîtriser la petite traceuse impertinente. Et les ennuis leur tombèrent dessus bien plus tôt que prévu, étant donné qu'après seulement quelques minutes de marche après leur infiltration par les cuisines - ou ils avaient honteusement abattu un noble qui prenait une pause - ils se confrontèrent aux ennemis qui semblaient être leur cible. Leur aura en disait long, à savoir que les deux magiciens de Koori, qu'il avait vite identifié de part leur nature humaine, étaient remplis du patriotisme propre aux humains de Koori plus qu'a nul autre pays et qu'ils ne laisseraient tomber pour rien au monde, pas même pour leur propre survie. Les autres étaient bien évidemment l'ange déchu et le vampire. Rien que sentir leur attention sur leur groupe le fit frémir. Non seulemnt il avait été traître à Koori, mais aussi à Omlid, région d'où ces mercenaires venaient sans doute envoyés par Amos.

Hideki contempla vaguement la pièce, la sondant de ses sens magiques pour en comprendre la teneur. Trois grands murs, plus un balcon sur cour au fond. Derrière eux, un couloir, sur les côté, des arches donnaient sur des autre pièces. C'était de toute évidence des appartements de luxe plutôt qu'une partie du château reservée à la défense. Peut-être la résidence de l'ancien roi. Naa fut la première à agir, Lethao semblant assez mal au point, son aura se tordant et s'embrouillant pour devenir une masse de pensées confuses et le magicien retenant Nebulis par le poignet pour ne pas qu'elle se lance tête baissée dans la mélée comme elle devait si souvent le faire. La situation méritait un tant soit peu de reflexion. La lutine en avait montré la preuve en emberlificotant les gardes, les quatres gradés restant de marbre, sur leurs gardes. Hideki dégaina simplement son épée pour embrocher le garde que Naa avait envoyé sur les marchandises, ne tournant pas la tête pour focaliser son attention sur les quatre generaux, impassibles à ce qu'il arrivait à leur garde, ne faisant attention qu'à ce qui pouvait leur arriver. Naa arriva néanmoins grace à ses fumigènes à en faire basculer un quelques mètres plus bas avec deux autres gardes, et le magicien compta rapidement ce qui restait. Deux tués par Naa, deux envoyés en bas par la lutine, plus un qu'il venait de neutraliser pour de bon, ce qui faisait encore 5 gardes et trois généraux, génial. Hors de question que Nebulis s'occupe de l'élite, il refléchit rapidement et signifia d'un geste discret à l'apprentie de son ancien maître qu'il lui fallait neutraliser les gardes pendant qu'ils s'occupaient du reste. Profitant de l'effet de surprise et du reste des fumigènes, il réussit à se frayer un passage, dégainant l'autre épée qu'il portait sur l'épaule. N'étant pas très à l'aise à deux épées, il les joignit par le pommeau comme Lethao le lui avait montré pour en faire une lance à double tranchant, bien plus pratique pour ce qu'il avait à faire. empoignant le manche central de ses deux mains, il poussa violemment le vampire sur le côté, espérant l'isoler dans une salle comme Naa avait fait. Il prendrait le plus de risques pour éviter au Lethao migraineux et à la novice d'affronter cet être terrifiant. Néanmoins, le vampire fut plus rapide que lui, et lui mordant à pleine dents la main pour lui faire lacher son arme, il se défit de son emprise. Légèrement pris de court, le magicien aspira vite le sang sur sa main pour le cracher, pour éviter tout risque de contamination même mineur, et ne put éviter à Nebulis d'être menacée, l'arme effilée du vampire sur la gorge blanche de la magicienne. Il s'arrêta, et dût en prime contenir un assaut de derrière de l'ange noir qui l'avait pris pour cible, tandis que le magicien s'interessait plus à Lethao, imaginant sans doute une bonne prime pour ce qui semblait être le chef de la petite troupe.


« Tu bouges, je la tue,compris? »

Hideki n'eut d'autre choix que de contenir tout assaut sans attaquer, ni sans tenter quoi que ce soit dans la direction du vampire. Celui-ci, comprenant que la situation n'était pas en sa faveur, allait s'eclipser avec son otage, quand le magicien, tentant le tout pour le tout, fit s'ecraser l'arche d'un trait sur le vampire, lorsque Nebulis sembla être hors de portée de la chute des pierres. La créature sembla esquiver mieux qu'il ne l'avait pensé, en lâchant son otage, mais il ne vit rien, étant donné que l'arche ecroulée, les deux protagonistes étaient dans la salle adjacente. Le magicien grogna un juron. Lui qui voulait justement mettre a l'abri Nebulis... Mais il n'eut pas le temps d'aller la récupérer, étant donné que l'ange déchu lui tomba dessus. Il évita de justesse son attaque et fit tourner son épée, lui infligeant une entaille sur la cuisse au passage, avant de se remettre en position de garde. Contre un ange, mieux valait ne garder qu'une épée, et il rangea vite à sa taille celle qui ne lui servait pas. La magie serait certainement plus apte à l'atteindre, si il décidait de voler au dehors pour échapper à ses coups.

L'ange comme le magicien échangèrent plusieurs coups, n'arrivant pas à grand chose, chacun se défendant bien. Sachant qu'une créature magique serait certainement plus endurante que lui, tout magique fut-il, il lui fallait trouver un moyen de se débrouiller, et la manière qu'il eut de se dépetrer de cette situation ne fut pas vraiment l'objet d'un choix de sa part, étant donné que l'ange le cloua au sol après une feinte bien amenée. Il le tira par le pied afin de pouvoir embrocher son torse de son épée, et Hideki eut comme une sensation de déjà vu qui lui glaça le sang. Petrifié, il faillit mourir une deuxième fois, presque dans la même position inconfortable qui avait causé sa première mort, mais roula sur le côté juste à temps. En même temps, à sa mort, il était assez consentant à faire punir ses pêchés. Et Arielle était bien meilleure combattante que cet Ange. D'un coup dans le creux du genou de l'ange, il le fit trébucher juste assez pour qu'il aie le temps de se relever. Le magicien eut temps de lui entailler profondément la jambe. Comprenant qu'il n'était plus à l'aise au sol, l'ange s'en alla à tire d'aile dans le ciel surplombant la cour. Il faillit rire du ridicule de la scène, surtout que le général n'avait plus d'arme très valable sinon son javelot qu'il lança maladroiteemnt et que son adversaire évita aisément. Desarmé, l'ange prépara un piqué pour se saisir d'une arme en contrebas, mais il était un peu tard. Le traceur murmura, une main sur la rambarde

« Tu n'arrives pas à la cheville de Kuan, ni d'aucun autre Ange d'Omlid... »

Kuan était l'un de ses rivaux du temps de Xiao, et tous les Anges étaient si bien préparés au combat que les affronter était équivalent à un suicide, même de sa part, et il préférait bien en être allie. Une fois cet ordre dissous avec la perte d'Omlid et de Xiao.. Les soldats Déchus ne valaient plus grand choses, hormis les rares survivants d'elite de la chute du royaume. Les Traits qu'il avait tracé s'abattirent comme la foudre sur l'Ange, qui tomba en flèche, carbonisé, dans la Cour. Le magicien prit conscience que tout cela avait pu être vu d'à peu près tout le château et de ses alentours, la cible étant aérienne, et certains soldats survivants jetaient des regards affolés à la salle où ils étaient. Le magicien resta un instant près de cette rambarde, ne sachant pas bien comment reagir à cette attention soudaine. Il finit par se retirer, n'aimant pas cette sensation et ne tenant pas à être trop repérable. Néanmoins, chacun aura reconnu le rebelle de Koori, proche du chef des troupes de Nelta qui le rejoignit après s'être débarassé du magicien. L'attentat était signé, et la rumeur saurait colporter leurs exploits, ce dont le magicien se serait bien passé, étant donné sa célébrité déjà dérangeante. Mais alors qu'il se tourna vers la porte qui s'ouvrait, il découvrit Naa... Avec Elindwë. Il en était sûr. Il y avait cette part de familiarité... Et lorsqu'il murmura quelques mots pour l'apercevoir, il en fut certain, et tourna la tiete vers Lethao, mais n'eut pas le temps de poser quelle question que ce soit, il s'ecria, pplaquant ses mains contre sa bouche, se rapellant de la Traceuse

« N.. Nebulis ! Oh non ! »

Laissant Lethao et Elindwë à leur retrouvailles, il fit une brêche dans le mur pour trouver... non pas le cadavre de Nebulis, mais celui du vampire qui souillait le sol. Et l'aura de Nebulis, encore bien vivante, toute proche. Il balbutia, portant une main à son coeur emballé de tant de frayeur, soulagé

« Vivante... Mais... Comment ? Enfin c'etait.... et... »

C'était un vampire, quoi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 12 Aoû 2009 - 18:26

Nebulis évita au maximum de regarder qui que ce soit, préférant se concentrer sur Hideki. Elle se tenait d’ailleurs légèrement en retrait, de peur d’entrevoir quelque chose qui mettrait Yuu sur leur piste. Elle ne put néanmoins s’empêcher d’observer la petite pierre qui se volatilisa dans les airs, devenue gazeuse, entrouvrant la bouche sous le coup de la surprise. Il s’adressa ensuite en langage des signes, dont elle n’avait que des rudiments – elle avait fréquenté une sourde, autrefois. Elle comprit qu’il se présentait, mais ne comprit pas son nom. Elle répondit à haute voix, bien qu’elle ne l’entende pas.

« Nebulis. »

Elle vit l’elfe hocher la tête, aussi prit-elle ça comme un signe qu’il avait entendu. Elle fut rassurée, mais resta quand même derrière Hideki, lui accordant plus de confiance qu’aux deux autres. Puis elle vit l’homme se retourner, et les vit commencer à s’activer. Le signal était lancé, visiblement. Elle ne l’avait pas vu, et s’en félicita, empêchant ainsi Yuu de connaître la nature de leurs signaux, si jamais elle l’ignorait. Elle sentit Hideki qui la poussait, la mettant entre Naa et lui. Elle obéit sans se poser de questions, mais bien qu’elle ne saisit pas le fait que ce soit pour la surveiller, elle songea que ça l’arrangeait, il couvrirait du coup ses arrières, qu’elle aurait du mal à assurer sans son ouïe.
Ils entrèrent ensuite dans une salle, après être passés dans la cuisine. Elle ne prit pas part au simulacre de combat avec le noble, préférant observer. Il y avait plusieurs gardes, ainsi que quatre personnes qui semblaient un peu plus fortes qu’eux, et, à ce que Nebulis pouvait en juger, un vampire. Hideki lui prit le poignet, sans doute pour l’empêcher de se mêler aux combats. Elle eut une moue agacée ; regarder tranquillement les autres se battre n’était pas dans son tempérament, surtout lorsque c’était contre plusieurs adversaires. Il lui semblait même que l’un d’eux était un ange, et les deux restants des magiciens de son pays, mais elle n’en était pas sure. Il finit par se mêler au combat, le relâchant. Elle en profita immédiatement pour tracer, avant d’abattre ses mains sur le sol. Son attaque préférée, juste après les explosions, se déclencha, et des lianes jaillirent du sol pour aller étrangler deux des gardes qui se tenaient stupidement côte à côte. HIdeki lui adressa un geste de la main, lui faisant comprendre de s’occuper des gardes pendants qu’eux se battaient contre l’élite, ce à quoi elle répondit par un claquement de langue irrité. Il s’échappa à travers les fumigènes, allant vers le vampire. Elle retint sa mauvaise humeur, et se recourba, tentant de se calmer.
Si l’ouïe lui avait été enlevée, il fallait qu’elle fasse comme lui – son truc avec les auras. Bien que faibles, elle savait approximativement dans qu’elle direction ils étaient. Elle commença à se diriger vers la gauche, quand elle se retourna brusquement, retenant un cri de douleur. Elle tomba nez à nez avec un garde qui levait déjà son épée, l’abaissant sur elle. Elle se jeta par terre, roulant, avant de se relever et de dégainer une de ses dagues, la lui enfonçant d’un seul mouvement dans la nuque. Elle l’arracha d’un coup sec, essuyant le sang sur les vêtements de sa victime, et se retourna.
Là, elle hurla.
Le vampire la pris de court, et plaqua une lame sur sa gorge. Il recula, et elle vit Hideki tracer. Elle s’écarta le plus possible que l’étreinte lui permettait, et l’arche s’écroula sur le vampire. Elle et le vampire s’écartèrent puis se reculèrent d’un même mouvement, emprisonnés par les pierres dans une autre salle.

Tout se passa très vite.
Instinctivement, ils comprirent tous deux qu’il n’était plus question d’otage ; aussi Nebulis arracha sa dague d’argent de son fourreau de sa main droite, et de la gauche, elle prit le crayon gras, se plaçant en garde.
Il attaqua immédiatement, tentant de la mordre. Elle se dégagea brutalement, faisant une roulade arrière, se redressant. Dans la confusion, elle avait lâché son arme, qui gisait à présent de l’autre côté de la salle, emportée par l’élan. Elle grimaça, et se mit à tracer, tout en esquivant la seconde charge du vampire. Elle tournoya brutalement sur sa jambe d’appui, envoyant sa jambe dans les côtes de son adversaire, le projetant de son côté droit. Elle s’accroupit, posant les mains à terre, et le sol explosa sous les pieds du vampire. Il eut une exclamation de surprise, et sauta, battant en retraite.

Nebulis haleta, mais elle gardait le sourire ; ce vampire était largement inférieure à la reine de Koori, et pourtant, elle était toujours vivante. Elle prit sa craie, et traça sur le sol, ses gestes saccadés prouvant qu’elle avait l’habitude de tracer. Aussitôt, des arbres sortirent du sol de marbre, et s’enroulèrent autour de son ennemi, qui tenta de s’en dépêtrer. Elle profita des quelques secondes qui lui restait pour se mettre à courir, attrapant la lame d’argent au cour d’un dérapage quasiment incontrôlé, où elle du appuyer sa main sur le mur pour éviter de le rencontrer. Le vampire se dégagea d’un coup sec des lianes, qui se fanèrent, et il s’élança vers Nebulis, attrapant à son tour une épée qui avait du gicler de la pièce d’à côté, lors de l’explosion. Il semblait meilleur épéiste qu’elle, aussi son optimisme fut refroidi. Il s’élança, son arme fendant l’air, et elle ne put l’éviter que d’un pas sur le côté, se plaçant à l’intérieur, bêtement. Elle sentit ses joues s’embraser immédiatement, et elle se demanda ce que son maître aurait pensé d’elle s’il l’avait vue, alors qu’il avait passé tant de temps à lui répéter de ne JAMAIS, JAMAIS faire ça. Et le vampire saisit l’occasion pour la prendre par le cou, son épée remontant le long de la gorge de la jeune fille. Elle paniqua pendant une seconde, puis fit tournoyer la lame dans sa paume, avant de l’enfoncer dans le ventre de son adversaire, dont les dents effleurèrent son épaule, ouvrant une longue balafre. Elle s’empressa d’imiter Hideki, aspirant tout ce qu’elle pouvait, le recrachant ensuite.

Elle haleta, tandis que son ennemi s’écroula sur le sol, incapable de se redresser à cause de la blessure béante qui s’ouvrait dans son ventre.

Elle s’appuya contre le mur, la main sur son cœur qui s’affolait, puis avança vers le vampire, et arracha d’un coup sec l’arme avec une grimace de dégoût lorsqu’elle fut aspergée du sang du vampire.

Puis le mur s’ouvrit tout d’un coup en une brèche, qu’elle vit du coin de l’œil, et elle se tourna brusquement, le cœur battant. Mais c’était HIdeki. Elle eut un soupir de soulagement, et l’observa regarder le vampire d’un air ahuri, avant de se tourner vers elle, et de balbutier des choses qu’elle n’entendit pas. Néanmoins, son expression était assez éloquente.


« Hey, j’suis pas si nulle que ça ! » siffla-t-elle, pas peu fière d’avoir terrassé un des généraux à elle toute seule.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 19 Aoû 2009 - 1:02

Elindwë partit donc a la recherche de L’ombre dont elle ne se rappelait même pas le nom. Elle n’avait même pas pensé a le demander a son… Fils. Elle était encore bouleversée par le simple fait d’être mère. Depuis son amnésie, elle avait imaginé tout le passé qu’elle avait put avoir, mais avoir un fiancé et un enfant, ça, jamais elle n’aurait osé le croire. Elle ne s’apercevait même pas de l’agitation autour du château, tuant sans y faire attention 2 gardes qui avaient eu la mauvaise idée de la prendre pour cible, la voyant un peu a l’ouest. Une dague en travers de la gorge ne laisse que rarement une chance de survie.

Pendant ce temps, les assassins de Nelta faisaient des miracles, contenant un ennemi largement supérieur en nombre. Les divers pièges installés et toujours mortels leur facilitaient certes la tache, mais les soldats de Koori n’étaient pas non plus sans entraînement. Ils étaient simplement déroutés, paniqués d’être en position de faiblesse dans un lieu qu’ils étaient censés maîtriser et contrôler de manière complète, pris en tenaille par des ennemis qu’ils ne pouvaient dénombrer.
Mais ils se battaient malgré tout, la peur au ventre, pour leur pays, pour leur reine. Pour que les humains aient enfin ce qui leur était dû ! Et ce n’étaient pas ces bâtards magiques qui allaient empêcher l’ère des humains de commencer ! L’ombre qui s’abattait sur eux n’allait pas engloutir leur lumière. Ils en étaient persuadés, leur fin ne viendrait pas.
Mais si, elle arrivait. Les assassins de Nelta, qu’ils soient dans des trappes, sur les arbres, dans un buisson, cachés a coté de leurres, tuaient fatalement tous soldats de Koori passant a leur portée, usant d’arc, de dagues, de lances, même d’épées et de hache, sans oublier de fléchettes indolores, le tout étant empoisonné. Une simple éraflure signifiait la mort, et quelle ne fut pas l’horreur d’un groupe 4 de soldats, armés d’une torche pour mieux voir, de tomber sur un autre groupe, 3 fois plus grand que le leur, qui s’effondrât littéralement dans leurs bras, morts.

10 Minutes s’étaient écoulées, et les assassins ne comptaient que des blessés léger, les soldat de Koori, quant à eux, n’étaient plus que la moitié de la garnisons totale.

Les 4 généraux étaient la, devant eux.
L’ombre de Nelta n’eut pas le temps de vraiment agir avant de voir Naa charger un des magicien après quelques passes gracieuse. Il se sentait tellement mal qu’il faillit ne pas voir venir une sentinelle sur lui. Malheureusement pour celui-ci, c’était sans compter sur les réflexes de son adversaire, gagné par des années d’entraînement intensif. La sentinelle abattit sa lourde lance vers la tête de l’ombre, qui la repoussa sur le coté du plat de l’épée, puis, celle-ci restant collées le long du manche, il courut vers l’homme déséquilibré avant de lui trancher la carotide. La sentinelle s’effondra en silence, tandis que Lethao tentait de reprendre ses esprits. Il vit Hideki courir s’occuper du vampire, celui qui devait être sa cible. Leurs ennemis semblaient ne pas tenir compte de l’elfe, sauf le magicien, qui avait observé sa réaction face au garde, et qui, en soldat expérimenté, avait comprit a quel point il pouvait être dangereux.
Il envoya donc les 3 sentinelles restante attaquer le leader de la rébellion, pendant que lui préparait ses sorts. Il semblait bien décidé a tuer son adversaire d’un seul coup, quitte a tuer sa chair a canon avec…

Elindwë grimpait le long des couloirs, marchant sur les cadavre sans vie de garde tués par le groupe qu’elle devait rejoindre. Plus elle avançait, plus sa tête lui faisait mal. Il lui semblait revivre de vieux souvenirs, et elle ressentait un grand amour pour un elfe tout de noir vêtu, les cheveux longs et aussi noir que sa tenue. Elle savait que c’était cet homme qu’elle devait rejoindre, elle suivait avec impatience sa trace psychique, ayant hâte de le retrouver. Mais est-ce que lui la reconnaîtrait ? Elle vint a angoisser, ses habits étant différent sans doute qu’a l’époque ou elle vivait avec lui, ses oreilles d’elfes, cachées a cause du danger qu’elles représentaient au pays de Koori. Elle avait aussi coupé ses cheveux plus cour, et ils étaient désormais attachés avec ses antennes, pour que tout ceci paraisse moins étrange aux humains, passer inaperçu dans les lieux hostiles.
Ses vêtements, d’ordinaire noirs et vert, avaient été remplacés par d’amples tissus blanc et or, symbole du pays ou elle avait été retenue, et qui contrôlait désormais sa nation d’origine. Elle portait un long manteau ouvert sur le haut, laissant apparaître ses traits féminins, et fermées sur le bas. La manche droite de ce manteau était longue, jusqu’au milieux de sa main, et cachait une quinzaine de dagues habilement dissimulées. La gauche était courte, et lui laissait un bras libre, juste lesté d’un tissus quasi transparent doré dont la longueur descendait jusqu'en haut du coude. Elle portait aussi un long pantalon blanc, noble et brodé d’or fin, cachant ses fines bottes couleur neige. Pour dissimuler ses oreilles, elle disposait d’un simple bandeau blanc faisant le tour de sa tête et parfaitement attaché, calibré.

Cette tenue fut la première et dernière qu’elle vola juste après sa fuite. Car après sa capture, dans cette tour lumineuse et cette fenêtre glaciale ouverte, elle n’avait pour vêtement qu’un simple tissus presque transparent et des sous-vêtement semblables pour protection. Elle gardait par ailleurs un goût âpre de la visite des gardes, s’amusant alors qu’elle n’avait pas repris tout ses esprit a la regarder sous toutes les coutures. Elle les voyait sans pouvoir réagir, soumise a ce moment la par la volonté sans faille de la liseuse de Koori. Heureusement pour elle, les gardes ne pouvaient la souiller, cette même liseuse les aurait tués pour avoir abîmé son précieux matériel. Ils se contentaient de la déshabiller du regard, et ce malgré le fait qu’elle soit un être magique. Car ces mâles n’avaient cure de son origine, tant qu’ils pouvaient se rincer l’œil. C’est d’ailleurs ce qui les conduisirent a leur perte. Car de jour en jour, l’elfe reprenait des forces, et sa volonté reprenait le dessus sur le contrôle de la sorcière. Elle put donc leur suggérer, lorsqu’ils s’approchaient de trop près, de lui rapporter des pâtisserie pour reprendre des forces, les laissant s’imaginer qu’elle leur dévoilerait plus de ses atouts en échange. Et plus elle mangeait, plus elle devenait forte, jusqu'à un jour rejeter d’un coup le contrôle de notre chère liseuse, qui malgré sa migraine soudaine, envoya les gardes pour la tuer.
Mais Elindwë n’était plus là. Elle s’était enfuit, par l’endroit le plus improbable qu’il soit, la fenêtre. Ses ailes étaient attachées, bien sur, et aucun de ses liens ne traînaient par terre, ils ne pensèrent donc pas a cette possibilité. Mais ils ignoraient que les ailes de la fiancée de l’ombre n’étaient que des leurres, elle représentaient sa capacité à léviter, mais n’entrants en aucun cas dans l’action en elle même. Elle avait descendu, dans le froid et la neige, plus de 100 mètres, et était éreintée, mais Elindwë ne s’arrêtât pas, et elle suivit la trace psychique d’un village, jusqu'à y arriver a la tombée de la nuit, frigorifiée. Elle fut récupérée par chance, alors qu’elle venait de s’évanouir, par un noble déchu se cachant ici. Il avait été exilé – ou plutôt, ont avait tenté de l’exécuter – pour s’être montré peu enthousiaste à engager une nouvelle guerre, s’opposant ainsi a la volonté de Yuu. Depuis, il faisait office de gardiens secret du village, repoussant les pillages courant de la part des gardes de la liseuse. Celle-ci ayant toujours besoin de nouveau esprit relais, les prisonniers de guerre ne suffisant point, venait se servir dans les village de roturier voisin. Une petite vengeance envers Yuu pour cet ex-noble, mais qui ne gênait en rien la sorcière, les villages environnant ne manquant pas.
Aider cette femme en fugue représentait une plus grande vengeance envers celle qu’il haïssait depuis sa chute, aussi n’allait-il pas s’en priver. D’autant plus que sa femme, pour avoir commis le crime d’avoir un mari réactionnaire, fut exécutée en même temps que lui, et que sa magie ne fut pas suffisante pour la sauver. Elle mourut dans ses bras, et il jura de la venger, aussi faible soit-il pour un noble, il était plus puissant que quelques simple soldats de Koori et leur tenir tête était possible. Le village en « échange » lui laissa une maison vide, celle d’une des famille qui avait été enlevée, il n’avaient pas l’habitude de résister, et ils ne l’ont pas plus depuis, aussi déléguer ce travail a un parfait inconnu ne les gênait guère.

Elindwë se réveilla donc dans un lieu inconnu, un homme penché sur elle. En une fraction de seconde, elle s’aperçu qu’elle était nue sous ses drap, l’homme ayant retiré ses habits détrempés, et elle le saisit a la gorge, le soulevant presque d’un bras.


« Que m’as-tu fais ! » Dit-elle, excédée.

L’homme se débattait tant bien que mal, jusqu'à ce que l’elfe, de part son errance, fut prise d’une faiblesse, et qu’elle le lâche, le laissant enfin respirer. Il tomba sur le sol, se levant difficilement, puis, après avoir reprit son souffle, dit :


« Je n’ai rien fait si ce n’est vous ramasser dans la neige, vous sauver la vie et vous avoir mit dans un lit chaud après vous avoir débarrassé de vos vêtements qui auraient pu vous tuer, de part leur légèreté et le fait qu’ils soient trempés. »

*Quelle femme terrible. Je comprend qu’elle ait pus s’enfuir de la tour, a peine réveillée elle a faillit me tuer, je vais devoir être prudent. *

L’elfe, tout juste réveillée, entendit résonner les pensées de l’homme dans sa tête, mais elle n’en dit rien. Il ne semblait pas lui vouloir de mal, et elle baissa enfin sa garde. Elle ne lui répondit pas, mais il la vit se détendre, aussi, il lui apporta un repas, léger, mais c’est tout ce qu’il pouvait offrir, elle le savait, aussi elle le mangea lentement, se délectant de son premier repas en liberté. Après ce souper, l’homme s’assit a coté d’elle, puis, lui mit des vêtements féminins sur le lit, propres.

« Ce sont les vêtements de ma défunte femme. Je les ai gardés après sa mort, mais maintenant, je vous les offre. J’espère qu’ils seront à vôtre taille. Je me nomme Eli, du moins, ont m’appelle ainsi dans ce village. J’ai laissé mon vrai nom derrière moi, aussi, appelez moi ainsi vous aussi. »

L’assassine regarda les vêtements. Ils étaient, très beaux, très fin, et elle sentait que l’homme faisait un énorme sacrifice en les lui offrant. Elle ne pouvait refuser un tel cadeau, aussi elle fit signe a l’homme de sortir, il s’exécuta et elle les enfila. Elle alla se regarder dans un jolie miroir non loin, et elle apprécia la manière dont le vêtement épousait ses formes. Mais il restait le problème des oreilles, aussi, quand Eli revint, elle lui demanda un tissus pour les masquer. Ainsi habillée, elle commença à se rétablir, a reprendre des forces. Eli dû chasser a plusieurs reprises des gardes, et elle se cachait. Quelques jours passèrent et elle se mit a apprécier ce lieux. Mais l’ancien noble la mit en garde : elle devrait partir, et sous peu, car les gardes devenaient de plus en plus insistant.

Et, le jour vint ou elle dû partir.


« Elindwë, je te souhaite de retrouver la mémoire au plus vite. Tu connais maintenant nos traditions, et tu devrait pouvoir sortir de notre pays si tu cache bien tes origines. Ont ne se reverras sans doute jamais, adieux. »

Elindwë pris l’homme dans ses bras, et lui dit :

« Bien que le fait que je soit une elfe te dégoûte un peu, je le sais, tu m’as aidé, et pour cela, je t’en suis reconnaissante. Je vais aller a Nelta, je sen que là bas se trouvent les réponses que je cherche. Porte toi bien ! »

Et Elindwë partit sur la longue route de Nelta, a travers tout le pays de Koori. Chaque village lui permettant de se ravitailler un peu, souvent en volant, mais comportant aussi son lot de danger. Un jour, elle découvrit un avis de recherche a son effigie, et elle ne s’en cacha que plus ! Koory est un pays froid et dangereux, surtout lorsque l’ont est pas humain, ni habitué a son climat. Mais pour une raison qu’elle ignorait, l’assassine ne semblait pas en souffrir plus que ça. Elle eu aussi l’occasion de voir qu’elle avait de grande capacité de combat.

Un jour, dans un village proche de la frontière, elle croisa malencontreusement un patrouille, qui trouva étrange qu’une noble marche seule si loin de la capitale. Elle fut donc arrêté, et les garde la démasquèrent. S’en suivit une échauffourée, ou, après avoir paralysé mentalement un ennemi, elle se saisit de l’épées de celui-ci, pour la lancer avec une précision chirurgicale dans la tête de l’ennemi le plus proche. Puis elle se saisit d’une lance, avant de frapper l’un contre l’autre deux soldat, celui qui tenait la lance et son voisin. Elle les acheva en les embrochant d’un coup. Le dernier soldat qui s’attaqua a elle ne fit pas un plis. Trop lent et imprécis, elle esquiva sa dague avant de lui casser la nuque d’un simple mouvement. Il s’effondra, laissant Elindwë pleine de question : comment avait-elle pus tuer autant de garde avec une telle facilitée, alors Qu’Ely avait du mal a en repousser 2-3 ? Et quelle était cette sensation, quant elle avait projetée l’épée ? Quelque chose se cachait derrière, quelques uns de ses souvenirs… Elle saisit la dague d’un soldat mort, et elle l’envoya sur un poteau a plus de 10 mètres, avec une facilité déconcertante…
Elle ramassa toutes la dagues quelle put trouver, les dissimula dans ses habits, et se dis que désormais, si elle était découverte, elle se battrait. Et plus elle s’approchait de la frontière, plus ces situations devinrent courante, et plus les patrouille étaient importantes. Mais les combats lui semblaient de plus en plus facile, et elle finit par se rappeler qu’elle ne se battait pas seule avant, mais avec quelqu’un d’autre… Un elfe, qui comptait beaucoup pour elle. C’est la qu’elle eu un contact mental avec l’esprit de celui-ci, qu’elle sentit ou il était. Le lien était établit, elle devait le rejoindre, elle voulait retrouver sa mémoire !

Le poste frontière.

_________________


Dernière édition par Lethao le Mer 19 Aoû 2009 - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 19 Aoû 2009 - 1:05

Bien gardé. Même elle ne pourrait pas le passer facilement, et ses vivres étaient presque épuisés. Elindwë longea le village du poste frontière, tentant de ne pas se faire repérer. Chaque villageois ici était en réalité un soldat, et même au repos ils restaient vigilants. SE cachant derrière les tonneaux, et palissade et tout ce qu’elle pouvait trouver, elle atteint enfin la porte principale. La frontière du pays, la ou il n’y avait pas de garde, était encore plus dur a passer, lui avait dit Eli, et elle avait préféré le croire. Après avoir assommé un soldat gardant une porte, elle pris ses clef, et se mit a monter doucement les marches. Elle avait déposé le garde a l’intérieur des escaliers, et refermé la porte. Il ne devrait pas l’embêter avant quelques temps. Une fois arrivée en haut, elle observa le paysage mental : 2 soldats et un magicien… Qui venait de repérer quelque chose, il savait qu’un ennemi était la.
Il se leva, et il ouvrit la porte, découvrant Elindwë. Mais celle-ci avait compris qu’il viendrait en premier, grosse erreur, il n’eut pas le temps de réagir que le voici mort, les deux gardes sonnèrent l’alarme, et très vite tout les village fut armé et montait les escalier de la tour. Elindwë comprit qu’elle devait partir maintenant, elle tua d’un coup les deux gardes, passant derrière eux pour enfoncer une dague dans leur colonne vertébrale, juste entre les omoplates, puis elle sauta de cette tour qui était la plus haute. Une chute libre de prèsque 50 mètres, et 10 mètres avant de toucher le sol, elle se concentra pour léviter, et atterrit tout en douceur sur la pointe des pieds. La porte étant fermée, le temps qu’ils l’ouvrent et la course, elle serait déjà loin. Elle courut alors a ne perdre haleine, jusque dans la ville incendiée de Elaskia.
Elle s’y posa, s’y reposa, en pleurant pour une raison qu’elle ne se rappelait pas. Quelque chose d’important avait eu lieu ici, quelque chose qu’elle n’aurait pas dû oublier. Ici, tout lui semblait triste et mort, rien ne semblait plu joyeux. Koori était passé par la… Alors, comme possédée par une autre elle, elle pris la terre calcinée dans ses main, les leva vers le ciel, et, pendant que la poussière s’envolait au gré du vent, elle entonna un chant :


« A vous, qui êtes morts ici,
Vous, qui m’avez sauvé la vie,
Je vous rend votre liberté.

Vous pouvez de nouveau voler,
Dans notre ciel, si lumineux,
Votre chant sera si joyeux… »


Puis, reprenant ses esprit, l’assassine, après son hommage a ses amis morts, se releva, et partit. Elle abandonna cette ville morte a son sort, suivant de nouveau la piste qui devait la conduire vers celui qui aurait la réponse a ses questions. Cet elfe mystérieux qui connaissait tout d’elle. Même la foret aux abord semblait morte, et a la place de la joie qui s’en dégageait auparavant, une triste complainte s’élevait, et une aura sombre semblait tout précipiter dans les ténèbres. Koori avait laissé Omlid s’emparer de ce territoire, l’ex foret bleue ne tenait plus son nom des quelques reflets sur ses feuilles, révélés par la lune qui se levait.
La nuit étai la, et l’ambiance dans la forêt n’en était que plus morbide. Le silence régnait, juste bouleversée par la marche quasi inaudible d’Elindwë. Malgré la noirceur de ces bois, elle semblait se diriger ici comme en plein jour. Elle n’éprouvait aucun peine à avancer, mais celle qui étreignait son cœur ne faisait que grandir au fur et à mesure de ses pas. Elle avait vécu des moment agréables, inoubliable en ce lieu, elle connaissait cette forêt par cœur, jusqu'à l’emplacement de la moindre souche, et maintenant tout avait été pervertit affreusement. Elle effleura de la main un tronc d’arbre, et ce contact la dégoûtât. A la place de la rugosité qu’elle souhaitait trouver, elle tomba sur un liquide poisseux, couvert de poussière. Les arbres avaient été meurtrit a un tel point que c’était semblable a de la torture. D’autant plus que dans sa tête elle entendait leur plainte, longue et profonde, comme un cri d’angoisse terrifiant. L’être qui leur avait fait ceci était encore dans les environs.
Elle le sentait, elle le savait, et tant pis si les retrouvailles avec sa mémoire prenait plus de temps, elle se devait de faire un détour pour voir ce qui avait détruit ce lieu si plaisant. Aussi, elle s’assit en tailleur, fermant les yeux. Il viendrait à elle. Elle n’ira pas le chercher la ou il était le plus dangereux, dans son antre, mais le laisserait venir jusqu'à elle, l’attirant par la vie qui coulait en elle. Les temps passa, 1 heure, puis 2… Et au bout de 5 heures d’attente, le voilà. Son esprit affreux se délectait de la souffrance autour de lui. Elle avait attiré à elle un monstre horrible, que peu de gens pouvaient combattre : un Vampire Psychique. Une variante du Vampire, qui a la place de se nourrir de sang, préférait se repaître des pensées négatives, mauvaises ou douloureuses de ses victimes. Vivre dans cette forêt en souffrance devait lui sembler être un paradis, surtout par rapport à son ancien lieu de vie, une foret morte depuis des années d’Omlid.
Il s’approcha de l’elfe discrètement, pensant ne pas être repéré, et tenta de corrompre l’esprit de sa victimes avec des pensées négatives. Grand mal lui en prit, car, s’il passa sans problème la résistance de base, c’était pour tomber dans un piège qui lui avait été tendu. Son esprit s’enfonça dans des sables mouvants mentaux, remplit d’amour pour ce lieux qu’il avait dégradé. Il en poussa un cris d’horreur. De telles visions lui avaient coupé le souffle, mais a peine eu-t-il le temps de le reprendre, qu’il dû esquiver un assaut physique. Une dague lui entama légèrement le cuir de son bras droit. Elle visait son cœur, mais il avait su sentir cette pensée chez son adversaire. L’envie de meurtre, ça, il connaissait, et cela rendait Elindwë prévisible a ses yeux.
Les yeux injectés de sang, il bondit vers l’elfe, tentant en vain de la griffer. Elle avait pu fermer son esprit, ne pensant qu’a éviter son adversaire, qui ne pouvait alors plus deviner ses mouvements. Jusqu’au moment ou elle fut coincé par un arbre. Dans le noir, elle ne pu apercevoir le rictus de bonheur de son adversaire, mais elle pu par contre le sentir en rictus d’horreur. Il frappa, et plutôt que d’esquiver le coup, elle s’empara du bras de son adversaire, le tordant avant d’enfoncer une dague a la jointure entre le coude et le reste du coup, paralysant ainsi le monstre. Avec un bras en moins, il serait plus lent, il l’avait bien compris, et dans les yeux de la jeune femme, se lisait non plus une envie de meurtre, mais un plaisir total. Elle était juste heureuse, car elle savait que cette foret n’allait plus souffrir, et ce bonheur finit d’achever le Vampire, qui, privé de forces, reçut une quinzaines de lames en travers du corps, lancées avec une telle vitesse et précision qui n’eut le temps d’en écarter que 2 du revers de sa main valide. Il était vaincu, son esprit ayant été dans le même instant anéantit par celui de la Téléphate.
Elindwë était aussi, il faut l’avouer, a bout. Elle s’effondrât contre un arbre, et s’endormit sereinement. Elle fut alors réveillée par l’aube qui pointait, et par une jeune pousse sur un arbre de la forêt bleue. Une feuille qui lui sembla superbe, resplendissante dans ce lieux qui avait tant perdu de vie. Mais ce renouveau ne serait qu’un court répit, car elle ne pouvait rester la, et les Créatures d’Omlid ne laisseraient pas longtemps un territoire vaquant. Aussi, elle se relevât, et elle partit.
Ses réserves de nourriture étaient sur la fin, et elle grignotât la dernière galette de viande qui lui restait. Il lui fallait faire une halte pour se restaurer mieux, et continuer son voyage. Elle entreprit de pister les traces d’un groupe de soldats de Koori, passés ici un jour plus tôt. Ils semblaient bien approvisionnés, toute une garnison avec un groupe d’élite, elle pouvait le savoir car ils avaient établit un camp non loin de là. Parmi ce qu’elle put relever, un groupe de ces soldats avait mangé a part, avec de la nourriture en plus grosse quantité et de meilleur qualité, comme le disaient ces os de cervidés. Et qui disait élite, disait bon approvisionnement pour elle. Ils avaient de l’avance, et avançaient vite, sur ce chemin terreux, mais pas autant qu’elle, qui se déplaçait avec grâce sans jamais faire un mouvement superflu. A la fin, de la journée, ils n’étaient plus qu’à 1 kilomètre devant elle. La nuit tombait sur cette journée sans problèmes, et ils avaient établis un camp.
Avec l’habilitée de la professionnelle du vol qu’elle était devenue pour survivre, elle repéra de suite la ou étaient entreposés les vivres, et elle s’en approcha discrètement. Elle faillit se faire surprendre par un garde, qui vint piquer en douce une portion de nourriture en plus pendant sa ronde. Il ne faisait pas partit de l’élite, et elle aurait pu sans problème l’éliminer, mais elle ne souhaitait pas salir plus ses dagues. Ni faire trop de grabuge, car elle se dit que le chemin allant dans la même direction qu’elle aurait prise, elle pourrait continuer de suivre ce groupe et ainsi ne pas manquer de nourriture pour quelques jours. Aussi, elle pris juste le minimum en portion de voyage, une pâtisserie qui traînait avec, juste pour son plaisir, ainsi qu’un tissus et de l’eau pour nettoyer ses outils de travail. Ceci fait, elle s’éloigna du camps, s’installa dans un arbre a 200 mètres environ, pour avoir un œil sur ce camps, tout en étant trop loin pour que les gardes ne la repère.
Le lendemain matin, lorsque le jour se leva, le camp avait déjà été levé et Elindwë dû a nouveau les rattraper. Elle ne connaissait pas la raison qui les avait pousser à partir aussi vite, sans se reposer suffisamment, mais ce devait être important. Quant elle les aperçut enfin, le chemin s’agrandissait et la forêt bleue était loin derrière. Ce qui était boueux avait au fur et a mesure remplacé par un dallage au début imparfait, mais à présent bien lisse. Les arbres se faisaient moins nombreux, et il y avait de plus en plus de carrefour. Elindwë savait qu’ils arrivaient près d’un lieu plus important que les villages qu’elle avait pu croiser depuis sa fuite de la tour, à Koori. Des auberges commençaient à éclore sur le chemin, et elle dû éviter plusieurs petites patrouilles. Il était a peu près midi, et le chemin pénétra une forêt ayant gardé de sa superbe, celle de la Licorne, enfin, de la reine de Licornes. Ils ne l’avaient donc pas encore tuée ou capturée, et elle continuait a protéger ce lieu.

La nuit étaient bien avancée, et Elindwë s’était restaurée avec une des portions de nourriture volée, quant une certain agitation parvint a ses oreilles. Apparemment, le groupe d’éclaireur envoyés pour s’assurée de la sécurité du chemin, sans doute, n’était pas revenu. L’assassine vit aussi le groupe d’élite, le seul a disposer de chevaux, partir en vitesse, tandis que les hommes accéléraient le mouvement. Et dans son esprit, elle s’aperçut que la piste mentale vers l’homme qu’elle cherchait s’était fortement rapprochée. Elle n’y avait pas prêté attention, toute concentrée qu’elle était a ne pas se faire repérer, aussi décida-t-elle d’avancer plus vite. Sans se gêner, elle dit a l’arrière garde qu’elle était envoyée en renfort par la reine pour les aider, et a la vue de ses vêtements nobles, dans la panique, il n’osèrent la contredire. Elle prit donc le cheval le plus rapide qu’il leur restait, de la nourriture de luxe, dont deux pâtisserie, et elle partit dans la même direction que celle prise par les Elites, les seuls qui aurait en vérité pu avoir l’idée de lui demander des explications, car ils étaient les seuls à savoir vraiment l’objectif de ces soldats. Elle galopa aussi vite que sa monture le pouvait, jusqu'à apercevoir un château a 20 minutes de cheval. Elle sentit aussi que son objectif était a l’intérieur. Mais alors qu’elle descendit de sa monture, elle aperçut deux soldats de Koori mettre en joue un homme en train de se battre contre plusieurs d’entre eux, et elle s’empressa de le sauver. Après avoir projeté ses dagues, et les avoir récupérée, elle dit :


« Attention jeune homme, ces soldats de Koori ont failli vous trouer le dos… Heureusement que je passais par la. »

Elle venait de sauver Sephire…

Les gardes du château s’organisaient de mieux en mieux. La fatigue les avaient désorganisés, mais a présent, après de très lourdes pertes, tous s’étaient réunis a l’entrée, près du portail, et ils avaient disposés des bouclier de manière a bloquer les flèches sur les 200 gardes qu’ils étaient au départ, seul 97 étaient encore en vie, et une dizaine n’étaient plus en état de se battre. Mais ils devaient tenir ce lieu, contre tout ennemi, et ils avaient tenus un conseil de guerre. Les hommes avec le plus d’expérience étaient maintenant a leur tête. Les blessés étaient accompagnés de 2 hommes valides a l’intérieur du château, pour rejoindre la salle des généraux et se reposer, et tous étaient organisé en factions de 5 hommes, disposés de manière régulière de long du portail. Ils se pensaient assiégés, et cette idée était loin de déranger des assassins. Leur mission n’était pas de tous les tuer, mais de gagner du temps, aussi qu’ils se positionnent ainsi ne les dérangeaient pas. Les binômes de Nelta s’organisaient aussi pour les maintenir dans l’idée d’un siège. Un groupe d’assassin avait commencer a monter une baliste a l’aide des talent d’un des assassin : celui de tailler le bois selon ses envies ou besoins. Les autres s’étaient positionnés de manière visible a l’orée de la foret, en plus d’avoir remonté des leurres, pour que les archer ennemis les visent.

_________________


Dernière édition par Lethao le Mer 19 Aoû 2009 - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 19 Aoû 2009 - 1:11

Aucun ne semblaient prendre l’avantage, sauf que les soldat de Koori allaient encore goûter a l’amertume de la défaite. Car les assassin avaient remplacés leur flèches empoisonnées par des fléchettes explosives. Ils ne viseraient donc pas précisément les archer et les bouclier ennemis, mais juste a coté au départ, puis par la suite les hommes a éliminer. Car dans la mallette des assassins, il y a des armes, mais chaque assassin a aussi sur lui toujours un nécessaire d’alchimie, sauf pour les apprentis. Aussi, les plus expérimentés ont profités du replis de l’ennemi pour fabriquer des explosif léger, réagissant au feu. Une boule est attachée près de la pointe de la flèche, a cette boule en tissus imbibé d’alcool est attaché une mèche imbibée elle d’huile : le tout forme un petit feu d’artifice. Il suffit d’enflammer cette mèche, puis de tirer les flèches et 10 secondes plus tard, l’explosion retentit. Elle n’est pas suffisante pour tuer un homme, sauf si elle explose alors qu’il a la flèche sur lui, mais suffit a largement les déstabiliser pour rompre la formation, et en faire des cibles faciles. Une grosse de ces « bombes » a aussi été attachée au premier projectile de la baliste, celle-ci serait tirée en premier, et la quantité serait elle suffisante pour tuer ou blesser tout homme dans les 5 mètres alentour. La mèche est réglée pour exploser 15 secondes après le tir. Les fléchettes ( ou carreaux ) explosif des arbalètes seraient tirée après la grosse explosion, pour que l’effet soit plus efficace. En moins de 5 minutes, tous fut près. La baliste, cachée dans la foret, visait le groupe de soldat central, et les deux hommes tenant de grand bouclier contre les flèches devant eux. Et le signal d’attaque fut lancé…

Lethao était en plein combat avec les 3 sentinelles, et il évitait tant qu’il le pouvait les coups rapides qui lui étaient donnés. Les hommes avaient de l’expérience, ils étaient vraiment dangereux. L’ombre avait repéré le manège du magicien, et il ne comptait pas le laisser agir comme il le voulait. Le sort qu’il souhaitait lancer, Lethao le connaissait, il savait qu’une minutes supplémentaire était nécessaire avant de pouvoir le lancer. Il l’avait aussi vu lancer un sort de protection contre les projectiles devant lui avant de se concentrer sur son affaire, pensant ne pas être dérangé par son adversaire de cette manière. Alors qu’il venait d’esquiver la lance d’un sentinelle, après avoir éloigné les deux autres d’un coup d’épée, il sentit son mal de tête s’apaiser une seconde. Il ne lui e fit pas plus pour saisir la lance sous son bras gauche, la tirer vers lui et ouvrir les tripes de son adversaire. Celui-ci s’effondra sous la douleur, encore vivant pour quelques instant. L’elfe retourna la lance, fit encore reculer ses adversaires avec celle-ci, l’imprégna de son pouvoir avant de la lancer vers le général, qui se mit presque a rire en la voyant arriver. Il ne lui manquait plus que 8 secondes pour lancer son maléfice.
7…
6…
5…
4…
3…
Et la lance traversa son champ de force, le faisant exploser en morceau. Le général le vit, et il eu juste le temps de se décaler un peu, l’air horrifier. La lance se planta en plein dans son poumon droit, elle n’avait pas eu le cœur grâce a son réflexe, mais il n’était plus en état de se battre efficacement. Sa plaie commençait déjà a saigner de manière trop abondante a son goût, et la douleur était insupportable. Il cracha du sang, mais malgré ce désavantage de taille, il était un général de Koori. Aussi, il se releva, fier, et il recommença a préparer des sorts, plus courts cette fois-ci, de simples flèches de glaces ou boules de feu, malgré tout dangereuses. D’autant plus que les deux sentinelles étaient a nouveau sur lui, et que ses maux de tête avaient repris…

Elindwë se trouvait maintenant au cœur du château, et elle essayait de se diriger dans ce labyrinthe comme elle le pouvait, se dirigeant toujours vers celui qu’elle se devait de retrouver. Elle avait repéré quelques pièges au sol, qu’elle avait contourné, et qui l’empêchaient de progresser plus vite. Elle ne se prenait plus la tête avec ses doutes, ils ne l’avait que trop ralentie. Désormais, son seul objectif serait de le retrouver, la suite, elle la verrait plus tard. Les couloirs étaient silencieux, et la beauté du château, quoique légèrement dégradée, l’incitait a ralentir le pas alors qu’elle ne le devait pas. C’est alors, qu’au milieu de ce silence, retentit un vacarme incroyable. S’en suivit du bruit dans les couloirs, des hommes avançaient tant bien que mal, sans formation, et 3 d’entre eux étaient portés par leurs camarades. Les soldats de Koori semblaient mal en point, pour le plus grand plaisir de la fiancée de Lethao.
Elle se cacha alors qu’ils passaient devant elle, et elle les entendu parler :


« Tu a entendu ce bruit ? J’espère que les autres dehors vont bien ! »
« Arrête de penser a ça, nous devons rejoindre la salle des généraux et soigner nos blessures au plus vite. Dit-toi que nos compagnons vont bien, et que demain nous repartirons voir nos femmes et nos gosses ! »
« Je n’ai pas encore d’enfant, mais une superbe femme, j’ai si hâte de la retrouver oui ! »
« Oui, oui, bien. »
« Mais est-ce que tu as pus voir nos ennemis toi ? Toute mon équipe a été tuée sans en apercevoir un seul, et je n’ai pus survivre que parce qu’un de mes camarade m’est tombé dessus, me transperçant sans le vouloir le bras. Je n’ai même pas compris ce qui se passait ! »
« Aucun de nous n’a pu les voir ou presque. Ont dirait des démons, ils sont la, et l’instant d’après, plus personnes. Je n’ai jamais affronté d’ennemis pareils de ma vie ! »

« Hey, tout le deux, moi je sais qui sont nos ennemis. J’en ai affrontés des pareil lors de la grande bataille de Nelta, deux d’entre eux ont rués au moins 15-20 de nos hommes avant de se faire toucher. Ils portent des vêtements sombres, et d’après mon chef, ils feraient partit d’une grande élite secrète de Nelta. Il m’a dit qu’ils ne sortaient normalement jamais, même lors des batailles, et que c’était la première fois de sa vie qu’il en voyait. Et pourtant mon chef, c’était un vieux, il avait presque 70 ans ! »
« Oui, moi aussi j’en ai entendu parler ! Et ont dit même que ce sont eux la rébellion ici. Une rumeur dit que si tes amis ou tes chef disparaissent sans laisser de trace dans Nelta, c’est que ces démons sont venus pour les tuer ! Il paraît que notre reine veut leur tête ! »

« Allons, arrêtons de parler et rejoignons les généraux, ils doivent être tranquille eux, ils n’ont pas a sortir du château, ordre de la reine. Ils ont bien de la chance… Aller, c’est par ici ! »

L’homme montra alors un escalier au bout du couloir. Un escalier qui montait ! Exactement ce que cherchait l’elfe ! Aussi, elle décida qu’elle monterait ces escaliers, seule. Sans le savoir, ce pauvre soldat venait de signer son arrêt de mort. Elindwë ne pris même pas de gants pour leur annoncer. Ils étaient devant elle, dans ce couloir, et 50 mètres les séparaient des escaliers : aucun n’en rechaperait. Elle se mit en plein milieu du couloir, et envoya 2 dagues pour commencer, sur ceux qui semblaient en meilleure santé. Ils n’eurent pas le temps de tomber que deux autres hommes étaient déjà morts. Les 5 hommes encore debout se retournèrent, et ils laissèrent tomber leurs camarades évanouis pour essayer de tuer celle qui venait d’achever leurs amis. Deux dagues volèrent, puis deux autres, et un seul se trouva encore debout. Complètement paniqué, il lâcha son arme et commença a courir en pleurant vers le couloir, hurlant :

« Un démon ! Il y a un démon ici !! »

Puis, ils s’effondra, sans vie. Elindwë récupéra alors chacune de ses dagues, les nettoya, et partit, sans prendre la peine d’achever les quelques soldats encore en vie. Elle ne risquait rien avec eux, pourquoi les tuer dans ce cas ? Elle escalada alors les escalier, jusqu'à parvenir dans une cour intérieure, avec deux autres escaliers descendant dans deux directions. Lequel devait-elle prendre a présent ? La voilà bien embêtée, elle n’avait pas pensé qu’elle aurait deux choix, et ceux-ci descendant en plus ! Elle opta donc pour celui de droite, qui allait plus vers le lien qu’elle ressentait. Une fois bas de celui-ci, elle s’aperçut… Qu’elle était retournée dans la cour du château ! La grande cour ! Elle s’énervait elle même, et elle se prépara a faire demi-tour, quand elle entendit un hurlement dans sa tête :

* Grognasse ?! *

Une lutine surexcitée lui attrapa alors le bras, et commença a lui parler dans le langage des signes – langage qu’elle comprenait sans savoir pourquoi –. Celle-ci parlait tellement vite que la pauvre amnésique n’arrivait pas a répondre, et paraissait complètement paumée. Elle finit par se présenter, enfin, a dire ce qui pouvait ressembler a une présentation du point de vue d’Elindwë, puis avant qu’elle n’ai le temps de répondre, elle fut entraînée en courant vers l’endroit d’ou elle venait, puis la lutine l’emmena vers le chemin qu’elle comptait prendre, aussi ne se débattit-elle pas. Elle ne se rappelait pas de la lutine, mais elle sentait déjà qu’elle risquait de se battre avec elle, juste pour rire.

Le combat de Lethao semblait s’éterniser, la tête de celui-ci comme prête a exploser. Et les deux sentinelles ne semblaient pas prête à lui laisser un instant de repos, armés de leurs épées, l’elfe ne parvenait pas à contre attaquer, juste a esquiver les coups qui lui étaient portés, et les divers sorts d’attaques à son encontre. Il pu tout de même déterminé que ses adversaires étaient plus a l’aise avec les attaques d’estoc, il commença a établir un plan pour se débarrasser de ses ennemis avant d’être à bout. Il envoya donc dès que ses ennemis durent se recentrer sur leurs attaque une sort drow de flash lumineux, qui lui permis de disparaître. Il s’était fatigué, mais il n’avait pas le choix, ce mal de crâne l’obligeant a puiser dans ses dernières ressources. Ses adversaires ne comprirent pas ce qui se passa, jusqu'à ce qui envoya exprès une dague non loin du général. Celui-ci comprit alors que son adversaire était invisible, il commença a bombarder la pièce de boules de feu, en pleine panique. Il pensait encore pouvoir gagner, mais l’invisibilité de son adversaire venait de le démoraliser et il ne pensait plus qu’a défendre sa vie. Se protéger devint sa priorité, en dépit de ses alliers.
Chose sur laquelle comptait l’Ombre. Dès a présent, le feu de son ennemi ne pouvait plus l’atteindre. Les sentinelles évitaient au début tant bien que mal les sorts de leur général, mais ne purent tenir assez longtemps pour que celui-ci s’épuise. Ils finirent carbonisés, tandis que Lethao redevint visible a son adversaire. Celui-ci, toujours autant paniqué, envoya encore des sorts, de plus en plus vite, pour que son ennemi ne l’approche pas. Mais a chaque fois, l’elfe, qui avait ranger ses épées, les détournait d’un revers de la main. Il aurait put juste avancer, mais cela aurait été moins terrifiant pour le général : un simple elfe, un être inférieur, pouvait défaire ses sorts, a lui, Elu de Koori, d’un simple revers de la main ? Impossible ! Il se concentra, de plus en plus blanc, au fur et a mesure que son sang se vidait et que sa vie partait, pour lancer un ultime sort : un boulet de canon glacé, le sort qu’il maîtrisait le mieux et qui avait fait de lui un général.

_________________


Dernière édition par Lethao le Mer 19 Aoû 2009 - 2:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 19 Aoû 2009 - 1:17

« Meuuuuuuuurt ! » Dit-il, la voix tremblante.

Mais Lethao dévia son sort comme pour les autres, jusqu'à se trouver juste en face du général, a juste 2 centimètres de celui-ci. Et le général s’effondra, en sanglot, tenant les jambes du chef de la rébellion.


« Mais pourquoi… Pourquoi tu ne meurt pas… »

L’elfe se contentât de retirer la lance du poumon de l’homme, puis il cautérisa la plaie. Le général, preuve de son statut, était encore a peine conscient. Lethao lui tint alors ce discours :

« Je pensais te tuer, mais je vais te laisser en vie. Tu vas vivre avec la honte d’avoir échouer a ton devoir. Et surtout, tu dira a ta reine, si elle te reçoit, que jamais Nelta ne se rendra, tant que nous seront en vie, jamais nous ne nous rendrons. Est-ce clair ? »

Le général acquiesça, pis s’évanouit. L’elfe l’attrapa, et le jeta par la fenêtre, et il fut rattrapé par Sephire, qui avait reçut un signal de la part de son père. L’ombre regarda alors autour de lui, toujours dans le brouillard, quand la porte d’entrée de la pièce s’ouvrit avec fracas ! Et au centre, Naa, accompagnée par… Elindwë ?! Il lui sembla alors s’évanouir un instant, tombant, et Elindwë en faisant de même. En un instant, il sut tout ce qu’Elindwë avait vécu pour revenir jusqu’à lui, et elle se rappela enfin toute sa vie !
L’esprit de Lethao était redevenu clair, celui d’Elindwë aussi, et il se relevèrent, se regardèrent droit dans la yeux. Les siens comme ceux de sa fiancée étaient plein de larmes… Sans un mot, sans un signe, comme si plus rien n’existait autour, ils s’élancèrent l’un vers l’autre, tombant dans leurs bras ouverts ! Lethao passa sa main sur le visage de celle qu’il aimait, doucement, écartant ses cheveux et essayant une larme. Elindwë passa ses mains derrière la nuque de son bien aimé, et il se serrèrent l’un l’autre ainsi pendant un temps si court, mais si long en même temps. Il se dirent ensembles :


« Je t’aime »

Puis, Lethao reprit son rôle de Chef de la Rébellion, et il fit une liste mentale des dégâts et de ce qu’ils devaient faire. Leur rôle à tous dans cette attaque était finit et il lança le signal de replis. Ils devaient maintenant envoyer les sorts de téléportations sur leur objectif, puis faire sauter le château.

Les assassins de Nelta venaient de tirer le premier projectile de la baliste, et déjà les deux hommes tenant les bouclier étaient a terre, morts ou bien inconscient. Et avant même que tous n’aient comprit ce qu’il se passait, une énorme explosion projeta les hommes de la faction restante dans les air, et sur leurs camarades voisin, qui hurlèrent d’horreur. Le deuxième projectile était chargé et fut tiré sur la faction voisine, alors que les explosions faisaient un bruit assourdissant, et que les torches semblaient s’éteindre sous la lumière que celles-ci dégageaient. La panique reprit de plus belle chez les soldat de Koori, d’autant plus que dans la minute qui suivit, un des généraux sortit par le balcon de la pièce qu’ils gardaient. Il semblait mal en point, ce qui acheva le moral des troupes : alors même les généraux étaient en train de mourir ?
Comme d’un commun accord, et bientôt 30 morts de plus, ce fut la débandade. Tous se mirent a fuir vers l’intérieur du château, ils ne pensaient plus qu’a survivre et à partir de cet enfer, celui-ci représenté par la foret qui les entourait. Plusieurs furent embrochés par le tir suivant de la baliste, et de nombreux soldats tombèrent avant même d’avoir pus franchir le portail. Il n’en restait pas plus de 40 vivants lorsque l’ange déchu tomba carbonisé dans la cour. Les soldat s’immobilisèrent tous devant l’horreur de la scène. Ils étaient hors de portée des assassins maintenant, ceux-ci ne les pourchassant pas. Mais lorsqu’il relevèrent les yeux, ce fut pour voir, devant la porte du château, un démon, a la peau rouge, éclairé par les deux torches de l’entrée. Ce géant monstrueux portait dans ses bras un des généraux dans un horrible état. Il semblait pitoyable, et presque mort. L’espion s’exprima alors :


« Reprenez votre général, et fuyez maintenant. Le signal que vous allez voir signifie la fin des hostilités. Partez, nous ne vous tuerons plus, mais si vous restez, vous allez tous mourir, voilà le choix que nous vous donnons. »

Dès que ce fut dis, une flèche explosive bleue s’envola dans le ciel. Les gardes du château ne purent que regarder cette flèche, hébétés, puis quelques-uns virent Sephire s’enfoncer dans le sol et disparaître, tel un mirage. Ils étaient épuisés, au bord de la rupture, ils avaient vécus la pire nuit de leur vie. Même ceux qui avait étés a la grande bataille pour Nelta tombaient, dépressifs. Tel des zombis, ils prirent leur général, leur camarades n’arrivant plus a marcher seuls, ils allèrent a la rencontre de la relève. Quant ils furent à 200-300 mètres du château, il le virent s’effondrer sur lui même, ne laissant que des gravats. Les assassins quant a eux, étaient déjà partis, ils avaient rejoins le campement. La moitié d’entre eux étaient blessé, mais seulement légèrement, ils avaient déjà fait les premiers soins, le reste attendrait leur arrivée au repaire. Le mur de téléportation venait d’être levé.

Lethao s’occupa de soigner en premier lieu son apprenti, tel était son rôle, puis ils allèrent jusqu'à la salle de réserve. La, le leader des Assassin de Nelta utilisa les sorts de teleportation sur la nourriture et l’or, puis, il commença a utiliser les billes pour faire venir les sacs d’explosif. Avec les groupe, il en disposa tout le long du chemin menant jusqu'à l’entrée du château. Il déversa de la poudre des premiers qu’il teleporta le long du chemin, et une fois ceci fait, il alluma. Les explosions commencèrent, jusqu'à atteindre la salle des réserve, la ou le plus grand nombre d’explosif avait été disposé. La puissance fut telle que quelques pierres s’envolèrent, puis le château s’effondra dans un vacarme assourdissant. Le château de Nelta n’était plus.

Tout en imposant le silence à Nebulis, il guida la petite troupe jusqu’au lieu de ralliement.
C’est à ce moment qu’il prit enfin la parole :


« Nous l’avons fait. La mission est un succès. Maintenant le plus dur est à venir, vous le savez. Avant, nous n’étions qu’une rébellion, rien de plus. Désormais, vous tous ici, la jeune fille y compris, nous seront pourchassés de manière beaucoup plus violente. Nous allons rejoindre notre base d’opération, Hideki, pourras-tu faire quelque chose pour cette traceuse ? Donne moi ta réponse, en positif ou négatif.
Je tiens aussi a m’excuser auprès de vous tous, la présence d’Elindwë dans les environs m’a déstabilisé malgré elle. Aussi vous avez dût prendre plus de risque, j’en suis conscient. Je vous félicite aussi car vous avez étés prompte à agir dans cette situation.
Bravo Naa, combattre ce sonneur n’a pas dût être de tout repos, et tu t’en es superbement bien sortie, par la fenêtre soit, mais c’était une sortie digne de toi !
Hideki, j’ai pus voir que tu as encore voulus te surmener, n’oublie pas que tout être magique que tu es a présent, tu n’es pas indestructible, ne recommence pas s’il te plait. Mais bravo pour avoir éliminé ton adversaire tout de même.
[ Quant à vous, jeune fille, bravo pour votre victoire face à un vampire, il vous a fallut beaucoup de sang froid pour réussir ce petit miracle. Je comprend pourquoi Yuu a essayer de vous contrôler, nous réglerons ce problème au plus vite. ]
Quoi qu’il en soit, nous prendrons cette jeune fille en mission a Swilvara, je tiens à la surveiller.
Bravo aussi a toi, Sephire, malgré quelques problèmes tu t’en es bien tiré.
Et pour finir, je suis très heureux de revoir mon Elindwë parmi nous ! »

Lethao ayant tout juste finit son discours, il reçut un coup sur la tête de la part de sa fiancée :

« J’espère en tout cas que tu as prévu pas mal de pâtisserie pour moi, c’est que j’ai faim tu sais ! »
« Oui, bien sur ma chérie, mais tu veux bien éviter devant tout le monde »

Et il se prit un deuxième coup :

« Je te dis ça ou je veux et quand je veux non mais ! »

Dit-elle en le tirant contre elle tendrement.

*A, j’allais oublier, je vais parler mentalement pour que tout le monde m’entende : a vous deux, la, qui venez de Koori, comment me vont ces vêtements d’après vous ?
Prenez bien votre temps avant de répondre.*


Et ils avaient intérêt a répondre de manière positive, surtout le jeune blondinet, sans quoi les punitions de Naa envers Hideki allaient paraître gentille. Ce n’est pas pour rien que ces deux là s’entendaient aussi bien : elles ont toutes les deux autant de caractère.

Ils restèrent la encore 5 minutes, puis ils montèrent a cheveux, Nebulis avec Hideki, Elindwë avec Lethao, en direction du repère…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 18 Oct 2009 - 14:22

Quand elle entra dans la pièce abritant le reste de son organisation, elle put déjà voir que tout le monde était à peu près vivant. Enfin, elle n'apercevait pas l'insecte qui accompagnait Hideki, comment s'apellait-elle, déjà... En tous cas, le magicien ne semblait pas très affecté par sa disparition. Un rocher ou une sentinelle avait dû lui tomber dessus et cela s'était mal passé, quelque chose comme ça. Dommage, elle avait l'air marrante, et pas si faiiible que ça. Mais en même temps, elle était le mouchard de la reine, et l'éliminer n'était pas plus mal. Néanmoins, à peine eut-elle franchi la porte avec Elindwë que le magicien sembla s'en rapeller, et partit plus loin. Eh beh, c'était du rapide... Mais Naa était un peu plus préoccupée par le sort d'Elinwë et de Lethao que du leur, c'est pourquoi son attention se porta vite sur les elfes. Un simple coup d'oeil à leurs regards respectifs indiqua que l'un comme l'autre avait recouvré ses esprits. Le mal de tête de Lethao semblait s'être dissipé comme on dissipe la fumée d'un souffle, et Elindwë retrouva l'air imbécile qui lui allait bien, celui de l'amoureuse transie. Et se représentant mentalement le son de violons et de petits oiseaux piaillant autour des amants, Naa les observa, bras croisés, sourire aux lèvres. Ah, la jeunesse, c'était mignon. Enfin, si seulement Yoni était là, ils ne seraient pas en reste, niveau romantisme mielleux. La lutine déglutit un peu amèrement. Yoni lui manquait déjà un peu. Elle n'avait même pas eu le temps de s'excuser de tout le bazar qu'elle avait mis dans le refuge des assassins à cause de son sort, ni de le laisser seul temporairement à la tête de l'organisation. En tous cas, tout semblait aller pour le mieux, même si le temps n'était pas aux belles paroles, et Naa tapa vite dans ses mains pour les rapeller à l'ordre.

[ Allez les tourteraux, on arrête de roucouler, on n'est pas dans une forêt pleine de poneys et d'arc en ciel ! ]

Elle ne sut pas si ils lurent ses signes, tout occupés qu'ils semblaient être, mais Letaho se reprit. Au même moment, Hideki revenait, trainant la petit Nebulis qui ne semblait pas si mal en point que ça. Ah, ben elle était juste coincée autre part, c'était pas trop grave. Mais maintenant, le temps de la retraite avait sonné, et il ne fallait pas perdre plus de temps. La lutine basanée jeta un coup d'oeil à la fenêtre par laquelle elle était passée. Ouais, en bas, c'était la débandade la plus totale, ils n'auraient certainement aucun mal à se faufiler hors d'ici, se mêlant aux vainqueurs de cette épique journée. La lutine observa la lueur bleue eclater dans le ciel. Signe de leur victoire. Elle avait beau avoir vécu des dizaines d'années, cette lumière, porteuse de victoire et d'espoir pour tous les Nelteins, lui serrait le coeur, et elle aurait presque voulu chanter un hymne, si sa voix ne l'en empêchait pas, et si le temps ne pressait pas. Ils avaient beau avoir gagné, il ne fallait pas s'attarder trop longtemps par ici, ne serait-ce que parce que des renforts finiraient par arriver. En attendant, c'était tout de même bien amusant, de voir tous ces petits humains si fiers et si orgueilleux pietiner toute leur superbe en fuyant misérablement. Naa pouvait être assez meprisante envers ceux qu'elle considérait comme des vulgaires insectes en débandade, une colonie de fourmi fuyant leur câteau à moitié en ruines. Elle quitta la rambarde de la fenêtre. allez, la plaisanterie avait assez duré. Il était temps de rejoindre le campement.

Durant leur victorieuse retraite, Naa jeta des coups d'oeil au petit couple parfait que formaient les deux elfes, mimant parfois à l'egard d'Elindwë la moue dégoutée que les enfants de cinq ans expriment envers leurs parents qui ont le malheur de s'embrasser. Beeuuurk, regardez ces deux zigotos... C'est pourquoi elle préféra observer les deux autres rigolos. Mais pas bien longtemps, parce qu'on aurait dit un couple d'adolescents debiles et timides. Alors c'était pire. Pendant le trajet, la pauvre Ombre fut d'une humeur maussade, tapant du pied pour faire entrevoir sa frustration et tirant puérilement les cheveux de Hideki ou de Lethao dès qu'elle en avait l'occasion. Elindwë viendrait plus tard. Cela faisait loooooongtemps qu'elles ne s'étaient pas vues, il fallait savourer leurs retrouvailles, en bonnes amies qu'elles étaient, voyons... Hin hin hin. Penser à ce qu'elle lui ferait lui rendit le sourire la deuxième moitié de leur marche. Lunatique, elle ?

Arrivés au campement, Lethao s'occupa de son apprenti. Naa remarqua alors que Nebulis semblait blessée aussi, bien que cela ne soit pas dangereux pour sa vie, il valait mieux ne pas laisser cette plaie ouverte à tous les vents. Elle la fit s'asseoir et désinfecta sa blessure, ce qui fut sans doute assez douloureux. Ah, cette petite, elle ne semblait pas avoir l'habitude des champs de bataille ! Etant humaine, elle devait avoir aux alentours. Elle limita le saignement, avant de bander méticuleusement sa blessure. Elle n'avait pas le temps d'en faire plus, mais cela suffira. Cette attention était un petit compliment. Comme un « Bravo de t'en être tirée, malgré tout ». Une certaine reconnaissance.

Et boum. Des siècles de l'histoire de Nelta partaient en débris epars.

Lethao les guida bientot vers une autre salle, ou il prononça un de ses discours bien connus. Ah la la, Lethao sans ses dicours ne serait pas Lethao. Il aimait tant tout formaliser, c'en était souvent amusant, bien qu'il ne laisse pas souvent la parole à ses compatriotes ! Ce discours fut bien moins long que les autres, un remerciement des plus classiques. Naa prit un air victorieux lorsque vint son tour. Bien sûr qu'elle avait géré, qu'auraient-ils été sans elle, les pauvres hères ? Il fallait une Naa pour guider la situation, sans quoi cela aurait été la débandade, entre le Lethao migraineux, le hideki ahuri et la Nebulis inexpérimen...

Hein?


Des signes esquissés par Lethao retinrent son attention. Nebulis. Victoire. Vampire. QUUUUUUUUUUUUUUUUOIIIIIIIIII ?!?!?! Le regard que tourna Naa vers la nabote ( ... ) fut indescriptible, exprimant à peu près : quoi comment quand pourquoi c'est une blague personne me l'a dit j'ai pas vu pourquoi j'ai pas vu c'est pas possible allez c'est Hideki qui a dit ca pour rire ou le vampire a trebuché et s'est empalé mais pas ça non mais en fait ils ont l'air serieux alors c'est peut-être genre vraiment ça et Nebulis à l'air vraiment fière pourquoi on me dit rien à moi ? La lutine fronça ses épais sourcils, en une moue sceptique, avant d'attirer la petite contre elle et de la serrer à lui en décoller les vertebres

* Tu nous l'avais pas dit, hein, p'tit chou ? Enfin évite de reposer sur tes lauriers, je sais pas si ca se reproduira ! Bravo cocotte ~ *

Alors que Nebulis était en train d'agnosier dans ses bras, Elindwë faisait son petit numéro de femme battue et enlevée par les méchants qui retrouve son cher époux. Mais au lieu de dire des mots doux, la demoiselle reclamait sa nourriture. Si c'était pas triste, ça... Moqueuse, Naa fit

[ Avoue, tu ne fréquentes Lethao que parce qu'il est assez friqué pour t'acheter ta quantité de gâteaux ? Ah mais t'as maigri, en fait, voilà pourquoi je t'ai pas reconnue, t'es quand même moins grasse qu'avant, ahaha mais ca va se rattraper en deux semaines tes 30 kilos de retard, t'inquietes ! ]

La lutine esquiva le possible coup que l'elfe voudrait lui donner. Mais elle ne sembla pas en tenir compte de ses paroles, ou plutôt n'avait pas dû voir ses signes, et continua, l'ignorant superbement, en demandant aux Koorijins si ses vêtements lui seyaient. Ce à quoi Naa répondit télépathiquement

* Ca ne va qu'aux blondes, boudin, ca te grossit, là, ma pauvre, même affamée t'es toujours trop volumineuse, c'est dommage ! *

Après quoi elle prit Hideki comme bouclier humain pour éviter les représailles. Mais il fut bientôt temps de rentrer, après ces joyeuses retrouvailles pleines d'amour et d'amitié. Naa enfourcha son poney - quelle classe - et se rendit compte une nouvelle fois qu'elle était entre deux couples. Bien que Nebulis et Hideki ne soient pas ensemble, il émanait d'eux une sorte de nmenace de niaiserie qui faisait que c'était tout comme. Et un metre en contrebas des chevaux au port altier, Naa gambadait sur sa monture jusqu'au repaire. Lorsqu'elle descendit, tout ce qu'elle put dire en conclusion de cette périlleuse et épique expédition fut

[ Ouais, ben j'ai hâte qu'on aille à Swilyara, toute cette candeur à laquelle je ne peux pas participer me fait vous detester. ]

Elle tourna une ou deux fois sur elle même pour se délasser les jambes, avant de s'occuper de sa petite monture, la brossant et la rassurant comme elle le méritait après ce long voyage. Une fois ceci fait, elle s'épousseta les mains, avant de les camper sur ses hanches, enfin satisfaite.

[ Bon, et maintenant, messire Lethao, je suppose que tu as préparé un bon discours pour nous expliquer la suite ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 18 Oct 2009 - 22:17

Eh bien, oui. C'était bel et bien vrai, Nebulis avait terrassé le vampire. Mais par quel miracle ? Elle aurait dû être déchiquetée, coupée en morceaux, réduite en cendres par cette créature ! Ce n'était pas rien, et même lui aurait eu sans doute beaucoup de mal à s'en débarasser. Et il retrouvait Nebulis, fraîche et dispose, si ce n'était un écoulement de sang qu'il localisa au niveau de son épaule, lui sourire comme si elle venait de passer un coup de chiffon sur une armoire. L'aveugle héberlué cligna des yeux plusieurs fois, vieux reflexe de voyant, se passant une main sur le front, incapable de savoir comment elle avait fait. Elle avait vraiment une de ces chances, c'était tout bonnement impossible ! Il était tout de même soulagé qu'elle soit en vie. Si il n'avait pas pu assurer sa protection, qu'aurait-il dit en face de son maître ? Elle était peut-être un peu imprudente et semblait être une vraie tête brulée, mais cet épisode était entièrement de sa faute. Si seulement il n'avait pas laissé el vampire s'en empareer... Enfin, il prit la main de Nebulis, lui adressant un sourire respectueux

| Bravo |se contenta-t-il de dire de l'autre de ses mains, avant de la faire le suivre. Les évènements de l'autre côté semblaient bien émouvants, et Hideki se dit que finalement, bien qu'il y aie des morts, cet épisode resterait un tantinet heureux. Il y avait toujours un peu de tendresse, là où le sang et les cris faisaient loi. Et lui, y aurait-il de nouveau droit, ou devrait-il vivre avec les regrets tout le reste de sa misérable existence ? Pour le moment, vivre en savourant le bonheur des autres était amplement suffisant. Mais la pause ne dura pas longtemps. Il fallait fuir, bien entendu. Ils retrouvèrent vite le campement, où Lethao s'occupa de lui. Il n'était blessé que superficiellement, et il y avait eu plus de peur que de mal, bien qu'il n'aie dû son bon état qu'à ses reflèxes. Il lui fallait encore affiner son mode de combat, et il le savait. Il avait tout de même pu noter un progrès. Il n'était plus le magicien de l'attentat raté de Koori. Celui qui avait appris à se battre à même le champ de bataille et ne connaissait rien de la subtilité des armes. Celles qu'il portait à la ceinture entraient en phase avec lui. Mais il n'était pas encore digne de devenir l'égal des assassins de Nelta, et la fin de son entrainement devrait lui permettre d'atteindre ce niveau. Lethao lui fit en tous cas remarquer qu'il n'avait pas raté ce malheureux passage et lui reprocha d'être trop dur envers lui-même, se mettant toujours dans des situations fâcheuses, à cause de son manque de prudence. Hideki baissa la tête, un peu honteux, mais dût tout de même trouver une répoonse à la question qu'il lui avait posé.

« Je pense que cela est dans mes cordes, mais si je ne suis pas mauvais en magie, Yuu est tout de même la plus puissante magicienne de Koori. Je ferai de mon mieux. »

Il transmit ses paroles à Nebulis afin de la rassurer un peu. A ce moment là, Elindwë leur demanda leur avis sur sa robe. Il était vrai qu'elle avait un certain charme qui ne devait pas deplaire à Lethao.

« Je pense que cela vous met en val...»

Naa le coupa en pleine phrase, le faisant à moitié rire, à cause de l'impitoyable méchanceté dont elle faisait preuve, mais dont Lethao l'avait mis en garde. elles s'appréciaient malgré tout, disait-il... Mais si on regardait leur situation d'un oeil exterieur, on aurait surtout dit des chiffonières. Mais il était temps de se mettre en route, à présent, sans aucune transition.

Il installa Nebulis devant lui et se mirent en route derrière le poney de Naa et le cheval de Lethao et Elindwë. Encore un long voyage, et Hideki se mit à penser à quelque chose. Nebulis ne devait surtout pas voir le chemin qu'ils prenaient... Et il y avait deux ou trois détails qui le turlupinaient. Bon. Alors que son cheval suivait les autres, il fit un petit trait censé le réveiller un peu plus de deux heures plus tard, et fit apparaître une corde. Il prit les mains chaudes de Nebulis entre ses doigts gantés.

| Nebulis... Vous êtes arrivée de Koori à cheval, non, ca doit être plus rapide ? Voulez-vous bien prendre les rênes, un petit moment ?... J'ai besoin de repos. Si je dors un peu maintenant, je pourrai m'occuper de vous en arrivant... De plus, le sort qui vous rend sourde va bientôt s'effacer, l'avantage qui allait avec aussi...|

Il ouvrit les doigts de la jeune fille, lui confiant les rênes. Empoignant la corde, il la noua solidement entre leurs tailles respectives, afin de l'empêcher de tomber. Il commençait à faire un peu frais, tout de même. L'hiver commençait à tomber sur Nelta, la meilleure période pour Koori, très certainement... Il attrapa timidement la taille de la jeune fille, peu à l'aise avec toute créature féminine, lutine ou humaine, et cala sa tête dans le creux du cou de la Traceuse. Il murmura, sans savoir si elle allait l'entendre

« Je te fais confiance. »

Avant de glisser silencieusement dans un court sommeil réparateur. à la merdi de Nebulis, de Yuu, sans se soucier de la moindre de ces menaces. Il s'éveilla du fait de son sort deux petites heures plus tard. A ce qu'il voyait, ils étaient tout de même assez proches de leur point d'arrivée.

« Je crois que vous pouvez m'entendre, maintenant... Excusez moi, j'espère ne pas avoir pesé trop lourd sur votre épaule, j'ai essayé de faire attention... »

Il reprit les rênes, un peu gêné d'avoir dû imposer son court sommeil à la demoiselle. Mais il se sentait à peu près d'attaque pour l'examiner correctement.

« Je vous prie de m'excuser une nouvelle fois, mais par raison de sécurité, je vais vous empêcher de voir le chemin par lequel nous passons, désormais. »

Il noua le bandeau qu'il portait à sa ceinture pour se cacher les yeux lorsqu'il le souhaitait pour cacher ceux de Nebulis. Ils suivaient toujours à distance raisonnable le cheval de Lethao, Naa semblait fermer la marche, et son aura indiquait une fort méchante humeur. Une fois arrivés, il fit descendre la traceuse avant de la suivre, et Naa fit des signes qu'une nouvelle fois il dut comprendre par le biais de Lethao. Elle semblait leur reprocher quelque chose, qu'il ne comprit pas trop, mais qu'il mit sur le dos du couple que formait Lethao. Pour répondre à la question de Naa, il dit, timidement

« Si j'ai bien suivi... Nous devrons traiter avec les ... »

Mais il se reprit vite, ayant presque oublié que Nebulis était près d'elle, et avec elle, fatalement, Yuu. Il pressa ses mains contre les oreilles de Nebulis, et fit à Lethao, hochant légèrement de la tête pour lui signifier de continuer sans lui

« Je vais m'en occuper maintenant. Je crois que j'ai recouvré assez d'energie pour ne pas me mettre en danger. »

Il attrapa Nebulis par le bras, et demanda l'autorisation à Lethao de se retirer. Il remonta à cheval avec la magicienne novice, et la laissant aveugle, l'emmena bien plus loin, près de l'arbre magique à côté duquel il avait conversé, avec Yox, il y a fort longtemps. Ses vibrations magiques empêcheraient les magiciens des environs de capter leur présence, et son aura empêchait en général beaucoup de gens de s'approcher de trop près. Il caressa respectueusement l'ecorce rêche.

« Ca ne va certainement pas être une partie de plaisir... Bon, je vais essayer de faire en sorte de ne pas vous obliger à vous dévêtir, ce serait inconvenant. »

Il pinça les lèvres et retira le bandeau de Nebulis. Ses mains effleurèrent sa nuque, essayant de localiser précisément le sort. Il demanda, sans attendre réellement de réponse de la part de la jeune fille

« Prête ? »

De toutes manières, même si elle ne l'était pas, il le ferait quand même.

A l'aide d'une branche d'un arbre quelconque, il traça un cercle autour de Nebulis, avant de se consacrer aux détails. Le travail fut fastidieux, et il lui fallaut une bonne demi heure avant d'avoir terminé le pentacle qui lui servirait de base. Tracer directement sur le sol lui aurait demandé trop d'energie, et il n'était pas sûr de le réussir du premier coup. Et puis, Nebulis pouvait ainsi observer l'art éurdit de la pratique du Traceur, celui qui ne se pratique que dans le temps, la minutie et la patience, ce qui serait donc bien au dessus des forces de la petite traceuse, mais cela il ne le savait pas encore. Il finit par se lever, et passa encore cinq bonnes minutes à verifier le moindre de ses traits, au millimètre près. Il se bénit d'avoir au préalable jeté un sort autour d'eux afin que le vent ne perturbe pas son travail. Le magicien demanda à Nebulis si ça allait, avant de commencer à tracer pour de bon. Ses doigts glissaient sur l'air, bateau fendant des flots invisibles, tracant une raie bleutée, rejointe par des courbes méticuleusement étudiées. Son manège semblait presque être celui d'un Singeur, le magicien étant souvent obligé d'aller prestement de l'un ou de l'autre côté de son pentacle pour y ajouter des courbes. Il fut moins long à activer que le premier, et emprisonna bientot Nebulis dans une prison de froides arabesques.

« J'y vais. »

Il posa son doigt sur le sol, liant son précédant dessin à l'actuel, et les traits s'illuminèrent bientôt, irradiant d'un bleu glacial. Les courbes s'apposèrent sur le corps de Nebulis, passant par son visage pour tracer des dessins sur sa peau. Pour elle qui avait une température assez élevée aux mains et aux pieds, cela ne devait pas être une partie de plaisir. Puis il la plaignit. Les traits situés aux alentours de son cou semblèrent s'enfoncer à l'intérieur de sa peau, griffes acerées qui ne firent pas jaillir le sang, mais qui devait donner la sensation à la jeune fille qu'on était en train de lui arracher une vertèbres. De plus, la lutte avec le sort ne fut pas de tout repos. Yuu était forte, et luttait certainement au même moment que lui. Mais il finit par avoir le dessus, sans doute grâce à sa proximité avec la victime du sort, et reussit à extraire le sort, qui se présenta sous une bille orangée. Il ferma le poing. La bille eclata en mile morceaux.

« Ca... Ca y est... C'est fi... »

Et il mit un genou à terre, épuisé, reprenant son souffle.

[ Je propose que tu fasses un nouveau sujet Letha, avec Naa, ou l'on te rejoindra plus tard, le temps de regler ca \o/ ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Lun 19 Oct 2009 - 20:54

Nebulis envoya un grand sourire à Hideki, les yeux brillants d’excitation, de fierté d’avoir réussi. Elle le rejoignit, attrapant son bras lorsqu’il lui saisit la main, de peur des éboulements qu’elle n’entendrait pas, exliqua-t-elle à mi voix. Le fait de ne pas percevoir sa voix avait quelque chose de dérangeant, mais elle vit à l’expression d’Hideki qu’elle avait bien parlé.
La guidant au campement, elle croisa le regard de la petite lutine, perlexe. Elle semblait particulièrement énervée, et lui lançait des œillades agacées. La traceuse détourna le regard, pour changer immédiatement de direction, gênée par la vision des deux elfes. Le chef avait visiblement retrouvée sa tendre, songea-t-elle amèrement. Elle n’avait pas une grande estime des couples suite à ce qu’il était arrivé à sa mère, et avait toujours du mal à exprimer de tels sentiments – ou même à les ressentir. Sa mère était morte parce qu’elle avait suivi quelqu’un des bas quartiers, devenant une réprouvée à son tour. Si elle s’était mariée avec un respectable noble comme elle, rien de tout ça ne serait arrivé. Elle s’hâta de penser à autre chose, anticipant la douloureuse vision des flammes qui s’imposait toujours à elle dans ce genre de situation. Justement, ils arrivaient à leur destination.
Hideki s’éloigna d’elle, tandis que la lutine furibonde la pris, la faisant s’asseoir tandis qu’elle restait debout. Nebulis eut un sourire amusé, et se retint de tout commentaire, une fois n’était pas coutume. La femme lui banda soigneusement l’épaule, et Nebulis serra son sac contre elle, qui contenait l’onguent. Elle préférait éviter de l’utiliser pour le moment, de peur de se retrouver gravement blessée sans assez de cette crème pour se soigner. Elle frissonna à cette idée, ainsi qu’à celle que deux petites semaines avaient suffi à son maître pour la rendre à peu près responsable de ce côté-là. Effrayant.
Elle remercia la lutine d’un mouvement de tête, sans qu’un seul mot fut échangé.

BOUM.

Nebulis se tourna brusquement, voyant du coin de l’œil un mouvement brutal. Privée de son ouïe, elle n’avait pas identifié formellement l’explosion. Puis la vision du château s’écroulant sur ses bases. Cela ne lui fit ni chaud ni froid. Elle ne savait même pas qui habitait là avant que les soldats prennent le contrôle du château, petite ignorante qu’elle était, formatée dans l’ignorance de Koori.
Elle suivit le mouvement dans une autre salle sans bien comprendre ce qu’il se passait. Puis, l’elfe se mit à prononcer un discours, que Hideki lui traduisait immédiatement, si bien qu’elle était plus occupée à regarder les mains blafardes du traceur plutôt que l’orateur qu’elle ne pouvait entendre. Elle eut un mince sourire ironique lorsqu’il leur annonça qu’ils seraient recherchés activement, songeant qu’elle, elle ne le serait que pour retrouver les autres, pas pour elle-même. Pour le moment, du moins, se consola-t-elle… Son visage s’illumina néanmoins de nouveau lorsqu’il la félicita, tandis qu’elle lui adressa un sourire en coin d’un geste presque familier, ignorant complètement les règles de bonne conduite avec un supérieur – les personnes qui avaient gagné son respect n’étaient pas là, à part peut-être le blond à côté d’elle. Mais c’était plus de la jalousie et un sentiment de rivalité, de compétition qu’elle ressentait pour lui. Ce sourire se fana néanmoins lorsqu’il cita Yuu. Certes, songea-t-elle. Elle allait demander quelque chose à Hideki lorsqu’un boulet de canon lui fonça dedans, l’étouffant à moitié. Elle identifia cet objet comme la lutine qui la serrait à lui arracher les côtes, débordante d’affection. Son intrusion dans sa tête la surpris, n’ayant jamais communiqué de cette façon, tandis que ses félicitations lui parvenaient. Elle eut un sourire malgré son manque de souffle.


« Merci » articula-t-elle difficilement, la respiration presque coupée.

Lorsque la femme elfe prit la parole, la lutine se détacha et sembla communiquer avec elle par les signes. A la mine amusée d’Hideki, elle comprit que la lutine était vraiment une petite rigolotte. Lorsque la femme s’invita dans sa tête, manie qu’elle trouvait particulièrement agaçante, sans doute à cause de la présence hypothétique de Yuu qui planait au dessus de sa tête, elle sursauta de nouveau, se sentant parfaitement ridicule car la seule à le faire. Elle s’abstint de tout commentaire, trouvant ses habits particulièrement moches – mais après tout, elle détestait tout ce qui représentait l’opulence koorijine. Heureusement, la petite naine fit diversion et se cacha derrière Hideki, lui permettant de ne pas répondre ; elle eut un sourire moqueur devant l’attitude de la minuscule femme.

Ils prirent ensuite la route, de nouveau. Hideki la fit monter sur le cheval, avant de se placer derrière elle. Elle en bénit le ciel car si mauvaise cavalière qu’elle aurait pu tomber sans lui pour la maintenir, et elle aurait vraiment honte de le faire devant lui.
Il ne lui adressa la parole que pour lui confier les rênes de ses mains gantées, ce dont elle le remerciait sincèrement. Mais après tout, il devait souffrir autant qu’elle lorsqu’ils se touchaient. Il noua ensuite leurs tailles pour ne pas qu’il tombe, au plus grand malaise de Nebulis, qui détestait se sentir aussi proche de quelqu’un. Mais le pire fut lorsqu’il appuya sa tête contre nuque, encerclant ses hanches de ses bras. Elle ne dit rien, mais grimaça, gênée et perturbée par une proximité si soudaine avec quelqu’un qu’elle ne connaissait presque pas. Elle se consola en se disant que si c’était quelqu’un qu’elle connaissait bien, ce serait pire, et ne dit rien.
Comme il l’avait dit, son sort de surdité se dissipait déjà, et sa phrase lointaine parvint à ses oreilles. Je te fais confiance.

PRENDS CA DANS TA TETE, YUU !!! songea-telle avec euphorie, la narguant de toutes ses forces, espérant qu’elle l’observait dans cet instant précis.

Elle demeura néanmoins immobile, et se laissa guider et bercer par la cadence du cheval, qui suivait celui du couple. Elle ferma sa veste par le bouton d’or aux armoiries de son maître, qu’elle portait avec une certaine fierté. Le froid commençait à s’installer, et une brume blanche s’échappa de ses lèvres entrouvertes. Elle jeta un coup d’œil à Hideki, à l’arrière, avant de se concentrer sur le trajet, pensive.
Les deux heures défilèrent assez facilement, et lorsqu’il s’éveilla, elle eut un soupire de soulagement, débarrassée de son fardeau et de sa gêne.


« Non, non » marmonna-t-elle, heureuse néanmoins de pouvoir entendre de nouveau. Être privée d’un de ses sens avait été loin d’être d’une expérience agréable.

Il s’excusa de nouveau, ce que Nebulis trouva particulièrement agaçant.


« Tu sais, je ne m’attends pas à ce qu’on me traite comme une pauvre petite fille malheureuse » fit-elle, passant brutalement du vouvoiement au tutoiement, lassée de l’utiliser. « Et puis, t’excuser sans cesse est assez saoûlant, surtout sans raison. Et si tu ne me l’avais pas dit, je l’aurais fait, je n’ai as du tout l’intention de trahir les miens par une vision malheureuse. »

Elle le laissa lui nouer le bandeau autour de ses yeux. Elle tint le supplice presque une minute entière, mais les ténèbres oppressantes finir par avoir raison d’elle et de son peu de patience.

« Mais comment tu fais ? » souffla-t-elle, ahurie. « J’ai l’impression d’avoir perdu un membre. »


Elle se pelotonna sur le cheval, s’accrochant à tout ce qu’elle pouvait. Elle tâta l’encolure du cheval, s’assurant de son existence, tandis que sa gorge se serrait. Mais elle ne voulait pas craquer devant Hideki, elle était bien trop fière pour ça. Le pire fut quand le cheval stoppa et qu’Hideki la fit descende. Elle tremblait et du s’accrocher au traceur bien plus qu’elle ne l’aurait voulu, et se voulut d’être à ce point dépendante de quelqu’un privée d’un de ses sens. Elle serra la main gauche du traceur dans la sienne, le suivant de très près, affreusement gauche sans sa vue. Lorsqu’ils s’arrêtèrent dans un endroit plus chaud, elle en conclut qu’ils étaient arrivés au repaire. Il commença une phrase avant de lui boucher les oreilles, ce qu’elel trouva particulièrement désagréable, et elle garnissait Yuu de toutes les insultes de sa connaissance (et il y en avait beaucoup, et dans toutes les langues) en attendant qu’on lui permette d’écouter de nouveau. Lorsqu’Hideki lui saisit de nouveau le bras, elle sursauta et faillit porter sa main à sa ceinture, où étaient ses dagues, avant de reconnaître faiblement l’aura du traceur. Elle comprenait comment il s’en sortait si facilement. Privée de sa vue, elle triait bien mieux les informations et arrivait mieux à sentir les auras, alors à son niveau…
Elle ne comprit pas immédiatement ce qu’il faisait, mais elle se laissa guider. Lorsqu’elle comprit qu’il l’éloignait des autres, elle se concentra sur l’extérieur. Ils étaient de nouveau au froid, mais elle sentait une autre présence magique, qui n’était pas un humain… Il lui enleva ensuite le bandeau, et elle eut un soupir de soulagement. Elle le vit caresser l’arbre avec respect, et devina que les effusions de magie venait de ce tronc. Elle eut un sourire sardonique à sa phrase.


« Je mourrais surtout de froid. »

Il posa ses mains sur sa nuque, et lui adressa de nouveau la parole.

« Toujours » murmura-t-elle.

Durant une demi heure de pur supplice pour la jeune fille, il traça un cercle, un pentacle, bref des trucs qu’elle ne serait jamais en mesure de maîtriser à cause de sa terrible impatience. Lorsqu’il vérifia le tout, elle faillit s’étrangler, mais il ne prit que cinq minutes – qui parurent une éternité à Nebulis tout de même.


« Je suis décomposée d’ennui et une folle furieuse squatte ma tête, mais à part ça, tout baigne. »

Elle l’observa néanmoins bouche bée lorsqu’il se mit à tracer dans les airs, hypnotisée par les gestes fluides mais précis de l’homme. Elle le contempla sans bruit, sans impatience pour une fois, et son champ de vision fut bientôt obstrué totalement par cette prison de glace.
Elle hocha la tête à ses paroles, et se contracta.

Une lumière bleutée lui transperça la peau par sa froideur. Ses mains semblaient sur le point de tomber, ainsi que ses pieds. Elle se retint de hurler de douleur, la fraîcheur devenue brûlure. Ils se gravèrent ensuite sur la peau, et elle serra les dents, luttant contre le cri qui voulait jaillir de sa gorge.
Puis, ce fut le pire.
Cette fois, le hurlement s’échappa de sa cage entrouverte.

Elle n’avait jamais eu aussi mal de sa vie lorsque les griffes bleutées plongèrent dans sa gorge, lui donnant l’impression qu’on lui arrachait tout ce qui composait sa gorge avec violence. Son cri se perdait dans la cage, et pourtant il l’obsédait. Elle n’entendait plus que lui, et voulait que tout s’arrête. Sa vision se brouillait ; les images s’entrechoquaient, incompréhensibles, dans un ordre étrange, dans un tourbillon de couleurs. Elle se recroquevilla, serrant sa gorge entre ses mains, avant de mordre à pleine dents dans sa main droite, tentant de réduire la douleur. Elle ne sentit même pas le sang couler le long de sa main, abrutie par le martyr qu’on lui imposait.
Elle n’avait rien demandé, bon sang.

Puis, elle cru revivre. Revoir le ciel. Sentir le vent. La chaleur de son sang qui coulait le long de son poignet, souillant ses habits blancs.

Elle recracha avec haine la bille orangée, avant de tomber à terre, la joue droite appuyée sur le sol terreux, reprenant son souffle, tandis que le traceur réduisait son sceau à néant.

C’était fini. Elle pouvait penser tout ce qu’elle voulait. Voir n’importe quoi. Entendre tout. Elle n’était plus dans sa tête. Et elle ne le serait plus jamais, elle se le promettait. Jamais, jamais.

Elle releva la tête, et vit Hideki chanceler, l’air épuisé. Elle se redressa, tirant sur ses muscles terriblement endoloris – qu’importe, elle avait vécu bien pire durant ces quinze jours en enfer. Elle bénissait Hatsuyuki à ce moment là, comme une sœur priant son dieu. Ce qu’il était presque devenu pour elle, tandis qu’elle soutenait son salvateur en même temps qu’il la soutenait.


« Fini, hein ? Plus rien ? Du tout ? » murmura-t-elle d’une voix hachée, tandis que sa main palpait les gravures des arabesques sur son cou, comme un ras-de-cou éternel.


_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Jeu 5 Nov 2009 - 23:31

Elle était... têtue. Têtue, et impulsive. Et... assez... Directe. Ou rustre. Dépendait des points de vue. Dépendait aussi du politiquement correct qui etreignait ses pensées. Va pour ... "directe". L'interjection qu'elle lui avait adressé, couplée d'un tutoiement particulièrement incongru, et d'un sermon qu'il n'attendait absolument pas, le figea instantanément, tant il ne comprenait pas pourquoi on déversait autant de haine sur les manières profondément ancrées en lui que personne n'avait jamais remises en cause. C'é.. c'était normal non ?! Alors mais pourquoi ?! Mais si il y avait du mal à s'excuser, et puis si, il avait à s'excuser, parce que... Enfin, il n'avait pas rien fait, enfin il y avait certainement quelque chose qu'il avait fait, et qui méritait des excuses. Voilà.

Et puis de toutes manières, on ne tutoyait pas après deux heures.


« ............ » fut son seul commentaire, doublé d'une mine temporairement glaciale. Elle n'avait qu'à avoir été élevée à la Cour. Et puis... même dans sa famille adoptive, ils étaient plus polis que.. que... Aaaah !

« Certes. » conclut-il, effaçant l'évènement d'un revers de main, et l'oublaint toute la durée de leur voyage, jusqu'à l'arbre où il traça.

Le sort lia le magicien et l'apprentie, un instant, alors que les griffes acérés des traits qu'il avaient matérialisé dans les airs transperçaient virtuellement sa peau afin d'en extraire l'organisme parasite qu'était le mouchard de Yuu. Le sort deura assez longtemps, et entendre les cris inonder la gorge deployée de Nebulis n'avaient rien de plaisant, lui déchirant les entrailles par leur violence animale, ramenée par la douleur au stade du loup agonisant, hurlant à la mort, priant qu'on l'achève. Mais malgré ce qu'il aurait voulu faire pour soulager un peu Nebulis, comme partager sa douleur en manipulant un peu les flux de magie, il n'avait rien pu faire. La moindre déconcentration pouvait être fatale, et une fois la bille orangée en vue, il ne baissa pas les bras, usant encore d'un peu de sa magie afin de la briser, définitivement, concluant le sort, et lui faisant prendre soudain conscience de sa faiblesse physique. Il avait beaucoup puisé dans ses propres forces, et ne put longtemps tenir sur ses jambes. Il ne put rien articuler de rassurant, faisant obstacles à ses principes, et chuta, misérablement, sur ses genoux.

Nebulis s'était-elle relevée de ce couop dur ? Il savait que supporter pareille douleur était parfois impossible. Les humains n'étaient pas faits pour encaisser une telle décharge d'énergie dans leurs veines, dans leur être tout entier, surtout lorsque la magie qui les transpercent est de nature si opposée à la leur. Et il y a quelques temps, il ne se serait pas crû lancer ce sort sans commettre d'irréparables dégats, à sa personne comme au récéptacle. La seule fois où il l'avait utilisé, il avait crû mourir. A présent, il n'était qu'effroyablement fatigué. Il ne savait pas si c'était bon ou mauvais signe. Il se faisait un peu peur, parfois, peut-être pris par la peur qu'attiré par cette puissance, la Voix revienne, d'une façon ou d'une autre, s'inventant telle ou telle raison pour fouiller les tréfonds de son âme...

Mais il n'était plus temps de penser à autre chose qu'à elle. Elle devait être vivante. Elle le devait, ou il ne se pardonnerait jamais de l'avoir embarquée dans cette histoire, de l'avoir ramenée en lui promettant silencieusement qu'elle pourrait les aider, pour ensuite rater son sort. Et ses sens de magicien ne l'aidaient pas, pour une fois... La fatigue rendaient les auras vacillantes et trompeuses. Redevenant pour le coup l'aveugle que ses parents auraient toujours voulu qu'il soit. Désemparé, faible et inutile.

Alors que son seul soutien faiblissait, le faisant de nouveau chanceler, tombant de plus en plus bas, une épaule s'intercala entre lui et le sol, et le soutint, plus que l'inverse. Assez près pour sentir l'identité de la personne qui le faisait marcher, il remercia le ciel de ne pas lui avoir fait défaut, cette fois-ci. Ses doigts s'accrochèrent avec empressement autour des épaules de Nebulis, perdu dans le noir auquel il n'était pas habitué. Ouvrant grand les yeux, une fois n'est pas coutume, pour ne rien voir, tâtant timidement devant lui d'une main pour ne rencontrer que le néant. Ses sens magiques ne lui étaient plus d'aucune utilité, et seule son habitude lui permettait de rester debout.


« Ne... Nebulis, ça va ? » demanda-t-il avec inquiétude, avant de répondre à sa question, avec un sourire tremblant

« Oui, ne vous inquiètez pas, c'est fini. Vous ne vous sentirez pas très bien dans les prochaines heures mais... ah ! »

Il trébucha, avant de se raccrocher péniblement à la tunique de Nebulis, essayant de ne pas la faire tomber en même temps.

« Mais vous n'avez rien à craindre, maintenant. Mais il ne vaut mieux pas rentrer au repaire maintenant. Nous sommes plus en sécurité ici qu'en route pour la bas, surtout vu les rondes. Et puis... Il vaut mieux que je me repose un peu.»

Il se laissa guider jusqu'au tronc de l'arbre, où ils s'adossèrent. Instantanément il se sentit un peu plus en sécurité, bien qu'il préféra rester assez près de Nebulis pour sentir sa présence, ce qui était contraire à ses principes. Mais face à l'obscurité, rien n'était plus fort que l'angoisse de rester seul. Il serra ses jambes contre lui, luttant pour ne pas s'endormir de nouveau, et regarda Nebulis avec un petit sourire

« Je suis heureux que... Que vous n'ayiez pas eu de problèmes. A présent, nous pouvons enfin parler sans craindre Yuu. Je suis désolé de ne pas avoir pu canaliser votre souffrance, mais c'était nécessaire. Enfn, j'ai dû moi-même me retirer ce mouchard, auparavant. Les habitants de Koori nés avant la mort du roi avant Yuu, avaient tous ce dispositif implantés en eux. Ca n'a pas été simple, surtout seul... Mais il était beaucoup moins puissant que celui qu'elle a utilisé maintenant. Elle devait... vraiment tenir à la réussite de cette mission. Enfin ! Nous l'avons déjoué, et je l'imagine s'étouffant dans sa rage, c'est assez divertissant.»

Hideki posa son menton sur ses genoux, un peu plus enjoué, bien que ses yeux vides de vie trahissent son anéantissement physique. Il avait eu hâte de pouvoir lui parler librement, maintenant, c'était chose possible. Si l'action, la reine, les sorts étaient des obstacles à leurs discussions, ils avaient désormais un peu plus de temps pour se poser des questions. Il entama la discussion, en lui demandant, son ton aussi enjoué que celui d'un enfant

« Dites, racontez moi donc comment sire Hatsuyuki vous a pris sous son aile, c'est un exploit à part entière qu'il accepte un nouvel apprenti, après la catastrophe ambulante que je fus... Enfin, à en voir vos exploits de tout à l'heure, je ne puis nier qu'il n'a pas fait le mauvais choix en vous initiant aussi vite. Enfin, je sais bien qu'il fut certainement obligé mais... Si il vous a donné cette broche, c'est qu'il tient rééllement à votre réussite. »

Il toucha machinalement la petite broche dorée accrochée au manteau de Nebulis, souriant avec nostalgie. La sienne était brisée depuis longtemps. Il l'avait jetée dans une rivière, après son adoption par une charmante famille de fermiers, croyant à cette époque dur comme fer qu'il n'aurait plus jamais affaire à la magie.

« Racontez moi tout... » conclut-il, baillant, avant d'affaisser légèrement sa tête contre l'épqule de Nebulis, comme n enfant attendant son histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Mer 7 Avr 2010 - 14:03

Je reprends doucement 8DD

___________

Nebulis s’appuya sur l’arbre, et ne dit rien lorsqu’il osa avancer la main vers elle en saisissant la broche, mais n’en pensa pas moins. Elle avait vécu seule, et n’avait pas l’intention de s’attacher à lui autrement que par rivalité.
Elle connaissait une partie de son passé, même s’il substituait de larges pans d’ombre. Donnant-donnant ?


« Si je te raconte mon histoire, tu me racontes la tienne après. Et tutoie-moi, pitié » ajouta-t-elle, grimaçante.

Elle prit une grande inspiration, et rassembla ses esprits.


« Je suis née en 1357 dans un quartier pauvre de Koori – tout en bas. Ma mère était une noble déchue, et mon père un descendant elfique. Elle a été déchue pour s’être mariée avec lui, sans écouter ses parents. On vivait dans une maison délabrée avec d’autres familles – mais j’étais heureuse, remarque. Ma mère était instruite, et j’ai appris à lire en la regardant me raconter des histoires. Un jour, j’ai vu un livre sur les traits. Et tout à commencé à partir de là.
Mes parents sont morts dans un incendie. Alors je suis partie. J’avais 10 ans et j’ai erré de quartiers en quartiers, avant de m’établir dans une maison vide. Ou plutôt, la maison d’un assassin anarchiste dérangé qui était parti exécuter un contrat au loin. Lorsqu’il est rentré chez lui, j’ai d’abord été prise de panique, mais finalement il m’a dit de rester. Je sais pas pourquoi. J’avais quoi, onze ans, et un assassin m’a appris à me battre. »


Elle sourit à cette pensée.

« Je sais pas ce qu’il est devenu. Il m’a tout appris, je crois. C’est lui qui m’a appris à canaliser mes forces, à ne pas foncer dans le tas – quoi que je sais pas si de ce côté il a réussi, marmonna-t-elle. Puis il est parti exécuter un autre contrat, très loin. Et un soir quelqu’un est rentré. »

Nebulis se mordit la lèvre, et se recroquevilla.

« Je sais pas ce qu’il avait en tête, mais il s’approchait de moi. J’avais beau le menacer avec une des dagues, il continuait. Puis j’ai agi sans réfléchir, et je l’ai tué avec mes Traits. Lorsqu’Al est revenu, deux jours plus tard, il a tenté de me raisonner et de me consoler, mais je suis partie. J’ai vécu dans les rues des quartiers riches – je volais et lorsque les gardes s’approchaient un peu trop de moi, je leur tapais dessus. Faut croire que ça a pas plu à Yuu. Lorsque les Dragons sont venus foutre le boxon, je me suis taillée vite fait bien fait. J’ai fait exploser la barrière qui était fragilisée – j’avais 17 ans. Et lorsqu’on a appelé les Traceurs à venir reconstruire Koori, j’y suis allée. D’ailleurs, je t’ai vu là bas. Je sais pas pourquoi je suis retournée là bas. En fait, j’étais pas vraiment malheureuse. Comme vie, ça m’allait. Et un jour, j’ai fait bobo au garde de trop, faut croire, vu que Yuu m’a convoquée au palais. Et j’ai pas eu le choix. Cette abrutie m’a laissé le choix ; ou elle m’écartelait, ou je la servais. Tu parles d’un choix, ouais. Elle m’a forcée à combattre contre elle pour estimer ma valeur, puis elle m’a assignée le maître. D’ailleurs, j’ai beaucoup entendu parler de toi », fit-elle avec un sourire taquin.

Son Histoire, sa vie, résumée en une dizaine de minutes. Son existence, là, c’était ça. Fuir ou combattre, vivre ou mourir, être dans l’illégalité ou servir Yuu. Elle ne savait pas si le maître était ravi de l’avoir comme apprentie, mais elle, elle l’estimait beaucoup et était chanceuse de l’avoir. Elle tourna la tête vers Hideki, la main sur les gravures de son cou, et le regarda.

« A toi. Ton histoire. J’en ai marre d’être larguée. »

Elle voulait savoir. Elle s’était ouverte, elle lui avait donné sa vie, elle voulait qu’il lui donne la sienne aussi. Echange équivalent, hein. Je te donne, tu me donnes.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Sam 10 Avr 2010 - 23:05

Le magicien écouta avec application le récit de Nebulis. Il avait perdu assez de son âme pour avoir que beaucoup de son empathie envers les autres se soit éteinte, comme l'avait montré son comportement envers la femme qui lui avait maintes fois sauvé la vie et qu'il avait remercié en la poussant à se tuer. Mais si il doutait pouvoir ressentir de véritable pitié envers les évènements tragiques qui auraient pu se passer dans la vie de la jeune traceuse, comme le sous entendaient ses origines Koorijins, il ne pouvait pas nier être piqué d'un certain intérêt. Hatsuyuki ne devait pas avoir choisi son élève au hasard, a moins qu'on ne lui aie imposé. Et combien même on lui aurait confié l'enfant de force, il aurait refusé catégoriquement de faire quoi que ce soit si il ne l'avait pas jugé assez digne de recevoir un enseignement magique. Il était assez borné pour cela, même contre Yuu.

L'histoire de la jeune fille était semblable à beaucoup d'autres vagabonds des rues, la chance en plus. A dix ans, survivre plusieurs jours seule dans les tréfonds de la ville basse relevait de l'exploit, et tomber sur quelqu'un d'à peu près bien attentionné relevait du miracle. Il ne put néanmoins s'empêcher de retenir un petit rire lorsqu'elle évoqua sa terrible turbulence. On ne pouvait pas dire que l'enseignement de son maître eût été un franc succès ! L'aveugle ne la coupa néanmoins d'aucune parole, préférant entendre de bout en bout l'histoire de la petite Traceuse. Son chemin était sinueux, et fort incertain, jusqu'au moment où elle franchit les portes de Koori, grâce à un usage inespéré de la magie sur un coin de barrière ébranlé par la venue des dragons. Elle se souvenait de lui, on dirait. En même temps, il était une certaine célébrité, dans le temps… Enfin, il avait toujours beaucoup plus de notoriété que prévu, ce qui n'était pas dans ses points forts… Mais Nebulis semblait en savoir plus que tout le monde sur sa personne. Le magicien se redressa, tournant son visage sans regard vers l'apprentie Traceuse. Il ne savait pas trop si il devait tout dire. Il y avait encore des choses qui blessaient, là, au fond. Des choses oubliées, ou presque, et qui maintenant tendaient la main, suppliant de les rattraper, de se souvenir. Il resta silencieux un instant. Leurs respirations semblaient abandonnées près de l'arbre. Il n'y avait rien, ni personne qui puisse les déranger. Le vent soufflait par intermittence, balayant les cheveux des deux magiciens.


« Je ne sais pas si vous raconter ce que j'ai vécu amène plus de lumière à votre lanterne. »

Hideki fit signe à Nebulis de ne pas répliquer, sachant qu'en entendant cette phrase, elle chercherait forcément à en savoir plus, et insisterait probablement fortement. Il lui sourit.

« Mais je vous dois bien cela, je n'ai après tout rien pu faire pour votre douleur, tout à l'heure. »

Une inspiration. Il verrait sur le moment si il fallait rentrer dans les détails ou non. Mais toute la chronologie de sa vie s'étalait ici, bien visible. Il pouvait ressentir le moindre des évènement passé en y repensant. Ce qui n'était pas la meilleure des choses.

« Gageons que je suis né en 1354, bien que je ne connaisse pas la date exacte de ma venue au monde. Cette date doit vous paraître surprenante, mais vous comprendrez bientôt… Vous devez le savoir, je suis l'aîné de la dynastie des Miyena, qui est une des trois Grandes Familles de Koori, vouée depuis des centaines d'années à devenir conseiller du Roi. Mais la voyante de Koori avait placé de mauvaises augures sur ma naissance, prédisant que je tuerais mes géniteurs. C'est pourquoi je fus enfermé dans les Geôles éternelles, pour le bien du royaume comme de ma famille. Vous devez savoir ce que c'est. Maître Hatsuyuki m'en a sorti lorsque j'ai atteint sept ans, et m'a enseigné la magie des Traits, me donnant mes deux noms. Mais j'étais déjà turbulent, comme je vous l'ai dit… Je n'étais pas le meilleur des élèves. Les Geôles laissent des traces indélébiles, dont j'ai été le seul à survivre. Et ces empreintes me poussaient à ne montrer aucune pitié envers ceux qui me voulaient du mal, c'est pourquoi après deux ou trois incidents, mon maître m'a confié à la Cour, donc à mes parents légitimes, une fois qu'il eut trouvé leur identité sous les voiles de l'anonymat des dossiers des Geôles. Mais cela ne s'est pas passé comme prévu. Bien que j'aie tissé quelques liens amicaux avec la Reine Yuu, encore généreuse et attentionnée, mon père a découvert mes dangereux penchants, et a scellé ma vue, afin de brider ma magie. Et sous l'influence de mes mauvaises inclinations, je l'ai tué, ainsi que ma mère, et me suis enfui du château pour me réfugier chez messire Hatsuyuki. C'était stupide, mais j'avais à l'époque neuf ans, et il était la seule personne que je connaissais à Koori. On m'a aisément retrouvé, et accusé notre pauvre maître de trahison. Nous avons été condamnés à mort, mais mon maître avait encore assez d'énergie pour survivre au supplice de la jetée des vertiges, puis pour me réceptionner à mon tour, et me soigner longuement. Mais sitôt que je fus rétabli, je l'abandonnai à son sort. Quand je vous dis que je n'étais pas fréquentable… Quoique, à y réfléchir, je ne dois pas être mieux aujourd'hui, demoiselle Nebulis, alors n'accordez pas trop de confiance en moi, cela vous jouerait des tours. D'autres peuvent témoigner. »

Il reprit une petite pause. L'une des parties les plus pénibles était passée. Tout irait déjà un peu mieux, surtout qu'il n'insistait pas vraiment sur la dimension émotionnelle de son passé, ne relatant presque que des faits complètement matériels, laissant à Nebulis le loisir de décrypter ses sentiments et d'y voir ce qu'elle voulait y voir.

« J'ai erré un moment, survivant au voyage hors de Koori, puis au vagabondage à Nelta. Il fut même une période où j'ai totalement cessé l'usage de la magie, à peu près jusqu'à seize ans dira-t-on. J'avais été recueilli par une famille de braves paysans, mais un coup de folie de ma part les a malheureusement tués. J'ai pris alors la décision de reprendre la magie, et ai taillé mon bâton de magicien à partir d'un arbre comme celui auprès duquel nous sommes adossés, apprenant quelques sorts funestes au passage. Ce fut grâce à mon impertinence, comparable à l'époque à la tienne, et à beaucoup de chance, que j'ai pu survivre à une confrontation face à la Princesse Dragon Xiao, sur le territoire de laquelle j'ai un peu trop empiété, et je fus mis à son service à dix sept ans. Je l'amusais, sans doute… Enfin, trois ans plus tard, j'ai rencontré ce qui deviendrait la reine Arielle, et qui était alors amnésique, et l'ai soignée bien que la princesse m'ait ordonné de la tuer. Et plus tard, lorsque Xiao mourut, Arielle m'a accueilli à bras ouverts à Nascarian, sur le lointain continent que tu ne dois connaître que de nom, et peuplé de créatures très différentes de nous. J'y ai vécu dix ans… Vous devez vous dire que c'est complètement fou, et illogique vu les dates que je vous ai communiqué, mais là bas, le temps s'écoule très vite… Et si il s'est passé dix ans là bas, il ne s'est passé qu'une année à Fevlia, voilà pourquoi si je devrais n'avoir que trois ans de plus que vous, j'en ai treize. J'ai même recouvré la vue ces années là, grâce à un sort de la Reine. Mais j'étais stupide, et avide de pouvoir, alors en secret, je tuais plusieurs mages du royaume afin de récolter toujours plus de leur puissance. Arielle l'a découvert lorsque je m'en suis pris à une personne haut gradé. Et m'a exécuté. »

Hideki sourit, détournant le regard, avant de répéter

« Elle m'a exécuté. Je n'ai dû mon salut qu'à sa soeur jumelle maléfique, Warui, qui m'a ramené, me convainquant que je ne devais pas rester là où j'aurais dû purger mes peines. Mon contrat fut simple. J'ai hérité d'une forme magique bien plus puissante que mon enveloppe simplement humaine, contre un prix que je paierai au moment venu. Cela ne doit pas être facile à accepter, comme histoire. C'est pourtant ce qui m'est arrivé. » Il marqua une pause, sa voix prenant des tournures sinistres aux évocations de cet épisode de son passé.

« Bref. Je suis revenu, mais peu après, Yuu me retrouva et me força à travailler à la reconstruction de Koori, ce que je fis. Ce fut à ce moment que vous m'avez sans doute aperçu, mais comme vous le savez, j'ai vite trahi le pays, en profitant pour libérer mon maître du gouffre où il a survécu de longues années. J'ai longtemps voyagé, me suis marié avec Warui qui s'est adoucie à mes côtés, et me suis installé à Elaskia. Vous savez sans doute ce qui s'est passé à Elaskia aussi, et en quoi je suis impliqué dans sa destruction. Mon stupide attentat à déclenché la guerre entre Koori et Nelta. Ce fut à peu près à ce moment que j'ai rencontré Lethao, qui m'a pris sous son aile, pour m'apprendre la voie de l'assassin. Sa présence à mes côtés eut de grandes répercussions bénéfiques sur moi. J'ai perdu de nouveau la vue, le sort de la reine s'estompant. Je n'ai pas voulu le renouveler, m'accommodant de la cécité. La magie que mon père a scellé n'était de toutes manières pas revenue, et je m'exerce toujours avec une grande partie de ma force bridée. C'est tant mieux, d'autant plus que mes mauvais penchants se sont manifestés jusqu'à récemment, où j' ai mis un terme définitif. Mais à cause de mes frasques, beaucoup de mes amis les plus chers, jusqu'à ma femme, sont morts. Vous connaissez la suite. Je n'ai rien à rajouter, ni à cacher d'important à votre vue. »

Il s'interrompit, et tourna brusquement la tête vers Nebulis.

« Et ne vous prenez pas à croire que je vous ai dit tout cela par affection. C'est plutôt par commodité, étant donné que vous serez sans doute amenée à travailler avec moi, et que le doute n'amène rien de bon. Sachez juste tirer les bons enseignements de ce que je vous ai raconté… »

Il n'y avait pas besoin de grandes explications pour comprendre que la jeune humaine ne pouvait rivaliser avec son corps quasiment immortel et d'essence magique plus d'une seule seconde. Un sort, et il pourrait la tuer. Un geste mal placé, et il ne pourrait pas se permettre de la laisser s'échapper. Il oeuvrait certes pour la justice, mais son passé avait montré à quel point il avait pu se montrer impitoyable. La puissance magique de l'adolescente n'avait même pas la valeur de la force d'un cafard aux yeux d'un enfant, à son échelle. Sn impétuosité ne ferait pas tout, en ce bas monde, et il fallait qu'elle reste prudente. Même de son côté. Même si ils étaient unis contre un ennemi commun. Son regard mort resta planté dans les prunelles de Nebulis un instant, lui assénant ces quelques mises au point. Le magicien finit par recouvrer son petit sourire fatigué.

« J'espère ne pas vous avoir ennuyée avec tout cela. Mais avouez que notre maître n'a pas eu de chance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   Dim 11 Avr 2010 - 1:11

Nebulis grimaça lorsqu’il commença son récit en la vouvoyant, mais elle ne dit rien. Il n’avait pas coupé son récit, elle ne couperait pas le sien. La lumière, hein. Elle n’avait pas besoin de lui pour avoir de la lumière. C’est ce que ses parents avaient voulu, dès sa naissance. Qu’elle puise sa lumière partout. Elle n’était pas malheureuse, elle ne l’avait jamais vraiment été. Même perdue dans les quartiers délabrés de Koori, elle n’était pas pleinement consciente de ce qui lui arrivait. Elle avait toujours été insouciante, la tête et l’esprit ensoleillés.
Il continua, et elle ferma les yeux, les genoux contre sa poitrine. Elle respirait doucement, écoutant ses paroles sans rien dit, les laissant la transpercer doucement. C’était dur. C’était la réalité. Elle ne voulait pas faire abstraction, se voiler la face ; elle avait beau beaucoup l’admirer en tant que traceur, elle ne l’admirerait jamais en tant qu’homme.
Il lui parla de son enfance, de tout ce qu’elle avait tenté d’oublier, d’enfouir loin, très loin, très profondément dans la neige sale des bas quartiers. Elle serra les dents. La famille. Ils étaient tous deux orphelins, hein. Sauf qu’elle, elle n’avait pas fait ce choix, songea-t-elle amèrement, bien que ses parents n’aient pas été de bons parents.
S’ils ne l’avaient pas enfermé, il ne les aurait peut-être pas tués. Ironique.
Elle battit des cils lorsqu’il lui parla du Maître. Elle comprenait ses réticences à lui parler d’Hideki, ou plutôt ses nombreuses omissions. Elle ne dit rien, mais ne put s’empêcher un frisson lorsqu’il lui dit qu’il l’avait abandonné à son sort. Elle déglutit mais ne fit aucun commentaire, se recroquevillant de plus belle. Il lui parla de Nascarian, contrée dont elle était sure que le maitre avait fait allusion, et comprit alors la différence d’âge. Elle serra les poings lorsqu’il parla d’être avide de pouvoir, ainsi que lorsqu’il dit qu’Arielle l’avait « exécuté » ; elle se tut, une fois n’était pas coutume. Le moment le plus difficile fut lorsqu’il parla de la jumelle au nom étrange, Warui. Il lui dit ensuite que sa femme était morte à cause de lui, ce qui la conforta dans son idée que les couples n’étaient que des bateaux destinés au naufrage. Ses parents, lui et cette Warui, lui et Yuu…

Il tourna brusquement la tête vers elle, et elle affronta son regard vide. Elle inspira profondément, s’empêchant de réagir, se maîtrisant, les phrases titillant sa langue, son corps, son esprit. Elle eut un mince sourire amer lorsqu’il parla du maître.


« C’est le moins qu’on puisse dire » fit-elle.

Elle se redressa, dépoussiérant ses vêtements. Elle prenait de grandes inspirations, dénouant le nœud qui s’était formé dans son torse lors de son écoute. Elle sourit, et soupira.


« Quant aux enseignements que je dois tirer, je les ai déjà tirés depuis longtemps à l’école de la rue. Les gens dignes de confiances, on n’en rencontre que quelques uns dans sa vie. Et les seuls qui ont fait parti de la mienne sont Al et le maître. La confiance, c’est l’aveuglement
, ajouta-t-elle, un sourire aux lèvres. Comme le mur. C’est l’imbécile qui s’y fie. Le mur pourrait bien te tomber dessus. »

Elle s’étira, mais n’en avait pas fini pour autant. Son esprit bouillonnait, ses cordes vocales aussi. Elle n’avait pas pour habitude de confier son mode de pensée à tout le monde. Ce n’était même pas par confiance, car elle ne l’avait pas en lui, mais comme lui par… commodité. Sauf qu’elle ne se servait pas des gens.
Elle avait arraché de nombreuses vies de ses mains ensanglantées, et elle ne le regrettait pas. Règle numéro 7 : La mort d’une personne pour un tout est acceptable (voir règle 6). Règle numéro 6 : ne jamais tuer d’innocents. Sa conscience était tranquille de ce côté. Mais elle pensait que ça changerait quelque chose, mais ça n’avait changé que la valeur de sa tête. Et son asservissement déchu. Elle était une réprouvée, une fille rejetée par la vie qu’elle avait pourtant accueillie à bras ouverts. Elle s’était plongée si profondément qu’elle ne pouvait plus faire machine arrière. Elle n’était qu’une enfant stupide qui obéissait à ses instincts, mais qui avait su vivre vingt-trois années grâce à eux. Elle avait eu la belle vie. Puisse-t-elle ne jamais changer. Ou même la changer, elle.
Maintenant qu’elle était renversée, que la vie l’avait empoignée, autant qu’elle suive son cours sans rien altérer. Sans s’altérer. Sans devenir la pâle copie de ce qu’elle était en réalité. Et ce n’était pas lui qui allait se charger de la rendre amère. Ni même Yuu. Elle avait trouvé la parade pour se soustraire à la poigne de sa vie, se réfugiant dans une haine qu’elle ne contrôlait que peu, mais qui ne la consumait pas encore.
Et elle ne voulait pas se faire consumer comme l’homme qui était devant elle, rongé par la trahison et les sentiments néfastes, toxiques. Lorsque Yuu ne serait plus, elle ne le reverrait sans doute jamais. Elle resta silencieuse un moment, avant de reprendre la parole, chassant le silence.


« Ne jamais s’attacher aux gens. Ca n’attire que des ennuis. Je n’ai pas l’intention de m’attacher à toi,
ajouta-t-elle, le regardant. Et je ne pense pas que tu en aies envie aussi, vu que j’ai pas l’impression que tu me fasses tant confiance que ça. Et moi, je ne te fais pas confiance non plus, pas après ce que tu as fait au Maître. »

Ce qu’il lui avait dit lui était resté en travers de la gorge, mais elle n’avait rien dit. Elle ne pouvait pas lui faire confiance, car elle savait maintenant qu’il pourrait la trahir à tout moment.


« Seulement,
reprit-elle, tu aurais pu me tuer lorsque je t’ai parlé du sort. Je n’ai été qu’un poids. Sauf que tu l’as pas fait. Donc soit tu cherches à expier tes fautes… soit t’es encore plus tordu que je le croyais. Dans les deux cas, ça me va. En revanche, dit-elle après une pause, si tu le touches d’un doigt ou si un seul trait l’effleure… Crois-moi, je trouverai un moyen de pallier la différence magique. »

Elle n’était pas en position de le menacer, techniquement. Mais elle voulait que ce soit clair entre eux ; tant qu’il ne touchait pas au Maître, tout irait bien. Et Nebulis avait une faculté déconcertant à rompre tous ses principes pour se laisser envahir par son désir de vengeance. Elle pourrait même aller jusqu’à conclure un pacte avec n’importe qui, tant que ça lui permettrait de donner une leçon à celui qui toucherait au seul qui comptait pour elle, à présent.
Elle, au moins, elle était loyale, songea-t-elle avec amertume.


« Bon, bref, trêve de discours déprimants,
déclara-t-elle en se relevant. On rejoint les autres ? Tu peux marcher ou je dois t’aider ? »

Elle sourit, mettant ces idées sombres de côté. Elle écrirait une lettre à son maître dans la soirée, et profiterait des réseaux des rebelles pour l’envoyer – et ce sera le moment pour repenser à tout ça. Là, il valait mieux laisser ces rancunes de côté pour travailler en un semblant de symbiose.

« D'ailleurs, le mec bizarre avec sa nana cheloue et la naine surexcitée, c'est qui ? »

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours ! [ Hideki - Naa - Lethao ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Févlia :: Dans le Monde Réel. . . :: Sujet terminé-
Sauter vers: