AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresRechercherGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A l'heure du bain, les Termes s'agitent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   Dim 11 Avr 2010 - 21:34

Le repaire, tôt le matin.

La bataille du Château de Neiran était enfin terminée, et tout le monde profitait d’un repos bien mérité. L’ombre de Nelta et Elindwë purent enfin passer un peu de temps ensemble, après un passage obligé dans la cuisine histoire de prendre quelques pâtisseries, Sephire quant à lui dormi sous terre pour régénérer ses blessures. Hideki devait être épuisé, il avait encore voulut trop en faire, et en plus il avait détruit sans tarder le sort qui gênait la jeune fille qui les avait un peu aider.
Cette jeune fille qui n’inspirait pas confiance à Lethao. Son apparition inopinée ne faisait que confirmer ses craintes, Yuu avait commencé un programme pour infiltrer la rebellions et la détruire de l’intérieur. Ils devraient maintenant être encore plus strict au niveau du recrutement, et cela le gênait particulièrement, il faudrait réduire l’admission d’humain au sein de cette rébellion, car ceux-ci était plus corruptibles. Et faire preuve de discrimination envers ce peuple n’était pas dans ses principes. Alors qu’il se mordait la lèvre en réfléchissant, Elindwë lui donna une paire de claques assez forte pour le sortir de sa réflexion.


« Cela ne te ressemble pas, mon amour, de te torturer ainsi. Si tu ne te détend pas un peu, tu ne sera pas capable de mener tes plans à termes, et cela aurait des conséquence terrible sur le pays. Alors viens un peu t’amuser avec moi, comme lorsque nous étions jeunes et naïf, veux-tu ? »

L’elfe acquiesça, et se laissa enfin aller, oubliant un peu ses problèmes. Elle avait raison. Mon dieu ce qu’elle avait put lui manquer, elle avait toujours été la petite voix qui le guidait lorsqu’il manquai de faire un faux pas, et on absence avait eu trop de répercutions sur son moral et celui de ses alliés. Un leader déprimé ne motive pas bien ses troupes, c’est pourtant bien connu !

Vint l’heure du bain, ou il savait qu’il retrouverait Naa, pleine d’énergie, un Hideki à moitié endormit et une jeune fille qui risquai de crier a en rendant compte que les vêtements n’étaient pas autorisés dans les Termes. D’autant plus qu’elle ne s’attendait sans doute pas a passer sa nuit sans ses sens, dans une chambre certes agréable et plutôt spacieuse, mais bien gardée, et avec deux femmes pour la réveiller et l’emmener plus ou moins de force dans un lieu ou sa crasse devrait être retirée. L’ombre avait aussi fait le nécessaire pour que l’Archiviste de Netla soit présent a cette réunion. Ce vieil elfe, et sa jeune apprentie, formaient un pilier de la guilde des assassin, et il était la personne la plus importante après l’ombre dans leur hiérarchie. Son corps entier était recouvert de tatouages blanc ou colorés, certains lumineux, d’autre ternes. Il était grand, fin, mais semblait très âgé et faible, surtout pour un être immortel. Lorsque l’on le voyait pour la première fois, il semblait pouvoir s’effondrer au moindre coup de vent. Il était l’archétype inverse de ce que l’ont pouvait attendre d’un assassin.

Lorsque tout le monde fut la, et que Sephire sortit du milieu du bassin, arrivant en dernier, Lethao prit la parole. Il avait bien sur salué toute l’assemblée, et il avait attendu que Naa et Elindwë cessent de se battre, sa bien aimée tentant d’entartrer l’ombre de Swilwara, mais n’arrivant qu’à toucher tous les autres participants.


« Hum, en premier lieu, je vous remercie d’être tous ici. Pour la jeune demoiselle ici présente, je vous propose de rapidement vous présenter, puis je laisserait la parole à cet elfe qui se tien a ma droite, et à son apprentie.

Mademoiselle, tout d’abord, bienvenue dans notre humble repaire. Maintenant Hideki va défaire le sort qui vous prive de la plupart de vos sens, et m’oblige a faire traduire mes parole par Elindwë qui parle directement dans votre esprit.

Voilà, sachez que je suis Lethao, L’ombre de Nelta, et assassin en chef du repaire. Et que même avec votre façon de tracer, disons destructrice, vous n’êtes ici qu’une jeune fille qui n’est d’aucun danger pour nous. Pour vous donner une preuve évidente, sachez que pour attaquer le château hier soir, nous n’étions que 30 en tout et pour tout. Et que chacun de nous à assez de force pour vous maîtriser en un instant. J’ai pris la responsabilité de vous faire entrer ici, et tant que je n’aurais pas confiance en vous, votre vie ne tient qu’à un fil. Car je ne sais pas d’où vous venez, ni ce que vous cherchez vraiment. La seule information vérifiable que j’ai est que vous portez une grande haine à notre ennemie commune, Yuu.

Mais avant que tu ne t’explique, et après que tous se soient présenté, je laisserais la parole a notre Archiviste. »

Si jamais elle tentais de parler avant que tout ce qui devait être dit le soit, l’elfe avait demandé discrètement à Hideki de lui retirer la parole. Elle devait savoir qu’elle n’était pas entourée d’amis pour l’instant, mais de personnes qui devait juger si elle était digne de confiance ou non. Que son avis personnel ne comptait pas ici. Elle ne serait pas que spectatrice, bien sur, et ses actions déterminerons quel choix sera fait au final, mais se tenir a carreau serait ce qu’il y a de mieux à faire. Après un éclair au chocolat et quelques plaisanterie sur la taille de Naa et les bourrelets d’Elindwë, ainsi qu’un Hideki se retrouvant comme à son habitude, entre deux feux, l’Archiviste prit enfin la parole. Sa voix était rauque et profonde, comme si elle provenait d’une caverne profonde, et pourtant elle n’était pas désagréable à l’oreille, comme si une mélodie sortait de chacun de ses mots.

« Bonjour à vous, jeune gens. Je connais beaucoup de monde ici, mais pour les deux jeunes gens de Koory, je me présenterais. Je n’ai plus de nom depuis longtemps, alors comme tous ici, appelez moi l’Archiviste. Je suis un des premiers assassin de Nelta, et j’ai connu notre fondateur. Lors d’un de mes voyages, j’ai rencontré un peuple magique, maintenant disparut, qui avait la capacité de se priver de tous pouvoirs pour augmenter les capacités de leurs compatriotes. Après un siècle avec eux, j’ai compris comment faire de même, et alors que je rentrait chez moi, j’ai rencontré notre fondateur. J’ai été séduit par son idéal, et j’ai donc choisit d’apprendre ma technique à mes apprentis. Mais il s’est avéré que peu d’entre nous son compatibles avec cette technique, aussi j’ai pris un rôle important au sein des assassins. Si le jeune impertinent et empoté qui nous sert d’ombre aujourd’hui est aussi rapide, fort, agile et j’en passe, c’est grâce à mes capacités. Pourquoi je te raconte ça, jeune fille, tu te le demande n’est-ce pas ? Parce que, si tu n’es pas digne de confiance, tu mourras, et dans le cas contraire je pourrais être amené à t’aider un jour ou l’autre. Aujourd’hui, je suis là pour le blond, qui paraît-il manque un peu d’endurance à force de se surmener. Je sais pou ta résistance à la fatigue, et pour ton corps, mais magique ou non, tu as besoin de repos pour que ta magie se recharge. En ce jour, je vais doubler ta capacité de récupération, jeune homme. Dès que tu te reposeras, même en étant simplement assis ou couché, tu récupéreras de ta force.

Mais si un jour tu fais quelque chose qui va contre tes principes, ou contre la guilde, mon sort s’inversera et tu deviendras plus faible qu’un simple humain. Je te préviens, mais je ne te laisse pas le choix. Tu es un apprenti, et tous doivent passer par la. Et toi, jeune fille, je vais augmenter la dextérité de tes jambes, même si tu n’es pas apprentie, tu connais maintenant les conséquence que cela aurait de te trahir, ou de nous trahir. »


L’homme se leva alors, et ses paumes se mirent à luire d’une lumière bleutée. Les tatouages sur son corps se mirent a changer de forme, de taille et de couleur, s’agitant dans tous les sens. Une flamme bleue finit par sortir de ses mains, flottant sur celle-ci, alors qu’il les approchaient de la poitrine du magicien. Lorsque le corps de celui-ci entra en contact avec les paumes de l’elfes, il sembla s’enflammer, même sous l’eau. Le traceur devait avoir l’impression que son être changeait totalement, mais ces sensations n’étaient pas les même chez chaque personnes, personne ne pourrait savoir ce qu’il endurait.
Une fois que ce fut finit chez l’apprenti de Lethao, l’homme recommença à se concentrer, ses tatouages se mirent à nouveau a bouger dans tous les sens. Avant que Nebulis n’ai le temps de dire quoi que ce soit, elle fut saisie par Sephire, ce démon a la force naturellement immense, qui était apparut soudainement derrière elle. Alors, les flammes bleues plongèrent au contact des jambes de la Traceuse explosive…


[ J’aurais encore pas mal de chose a dire, mais si je le fais, je vais me faire engueuler :p… Donc j’attendrais les réponses de chacun pour passer a l’ordre du jour :p]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   Dim 11 Avr 2010 - 23:07

[Heeyyy t’aurais pu nous demander notre avis avant T___T et ensuite C’EST DEGUEULASSE HIDEKI IL EST 20 MILLIARDS DE FOIS MOINS FIABLE ET LUI ON LUI A PAS FAIT TOUT CE FLAN E___E et en plus c’est KOORI KOORI KOORI KOORI KOORI KOOORIIIIIIIIIIIIIIIIIIII AVEC UN I si tu continues jvais écrire Laitao tu vas voir u___u]


Décidément, ça commençait à vraiment lui taper sur les nerfs. Après l’avoir privée de ses sens, maintenant on la privait de libertés. Et ça, elle n’aimait pas, mais alors pas du tout. Mais vraiment pas. Elle avait tourné en rond dans sa chambre, ayant recouvré sa vision une fois à l’intérieur du repaire, et maudissait tous les noms qui lui venaient à l’esprit – Yuu étant celui qui revenaient le plus souvent. Elle n’était pas sûre de vouloir s’allier aux assassins. Elle préférait demeurer libre, sans allégeance, tout compte fait. Mais visiblement, personne ne lui demandait son avis, et en plus c’était bien trop tard. Rahhh. Elle n’avait rien demandé, en plus, elle n’avait jamais prononcé les mots « je veux faire partie de votre groupe » ni même quelque chose qui y ressemble, même de très loin. Tout ce qu’elle avait eu le malheur de dire, c’était qu’elle voulait éclater la tête de Yuu, et tout de suite tout le monde s’imaginait qu’elle voulait être une assassine à la solde de Lethao. Plutôt mourir, songea-t-elle avec véhémence, que de devenir asservie. Elle l’avait déjà été une fois, et elle ne voulait pas l’être une seconde.
Pendant quelques instants, elle songea à s’échapper. Mais sans ses sens, elle n’y arriverait jamais. De plus, elle était sous bonne garde, et bien enfermée. Elle n’avait pas de fenêtre, et elle était privée de l’ouïe et de l’odorat.
Elle eut un grondement de colère, et donna un violent coup de pied dans un oreiller qu’elle avait déjà lancé par terre, plus tôt dans la soirée. Il alla s’écraser contre la porte, faisant un effroyable boucan. Elle se sentait comme une bête en cage, comme un oiseau emprisonné, et ne le supportait pas DU TOUT, mais alors pas du tout. Elle s’assit rageusement en tailleur, à même le sol, avant de s’écrouler sur le dos. Elle respira profondément, appliquant ce que son maître lui avait appris, et tenta de se calmer. Ceci dit, si on lui apportait une bassine ou même un verre d’eau, elle se noyait. Sur cette agréable pensée, elle étendit les bras à terre et laissa glisser ses jambes jusqu’à être totalement allongée. Elle se pelotonna en chien de fusil, et enserra ses jambes de ses bras, avant de se tirer dans un coin sombre de la pièce, très loin de la porte d’entrée qui faisait face à ce lit. Elle attrapa l’oreiller maltraité, le posa contre le mur, s’appuya dessus et rumina ses sombres pensées pendant une bonne heure, avant de s’endormir, étranglée par la fatigue.
Lorsqu’on vint la réveiller, elle s’éveilla à peine avaient-ils débloqué la porte. Elle se redressa et se tapit plus profondément encore dans l’ombre, calculant ses chances de s’échapper et de sortir vivante de sa geôle.
Conclusion : aucune.

Elle soupira et se laissa entrainer lorsqu’ils la trouvèrent enfin, sale, mal coiffée et surtout cernée. Elle s’était fait entraîner par deux femmes malgré ses violents coups, ne supportant pas qu’on l’oblige à faire quoi que ce soit. Le pire fut quand on la traîna dans les bains malgré ses coups et ses cris de rage, seulement vêtue d’une serviette, ce qu’elle trouva particulièrement avilissant. Elle fut quasiment jetée à l’eau aux côtés d’Hideki, et elle jeta un regard noir à ses geôlières. Son corps sali, criblé de cicatrices dont une large qui lui transperçait le dos de façon très peu attirante, se pelotonna et s’enfonça dans l’eau. Putain, qu’est-ce qu’elle pouvait détester les bains forcés.

Lorsque Lethao prit la parole, elle savait qu’elle n’entendrait rien, mais pourtant elle l’entendait, chose étrange. Il lui expliqua enfin, et trop en colère, elle ne répliqua pas et ne tiqua même pas, ne disant rien du tout, étranglée de rage. Elle serrait les poings et la mâchoire, ayant hâte que le supplice s’achève. Sauf que visiblement, tout le monde prenait un malin plaisir à la torturer, de Yuu à Lethao en passant par Hideki et le Maître. Lorsque l’Archiviste lui dit qu’il allait lui faire elle ne savait quoi, elle se raidit et se recula instinctivement. Au moment où cette chose bleue s’empara d’Hideki, elle s’écarta brutalement, consciente d’être la suivante, mais aussi parce que la vision de ces flammes la terrifia, comme toujours. Mais avant qu’elle n’ait pu faire quoi que ce soit, il visa ses jambes. Elle battit dans l’eau, tentant d’éviter ce sortilège, malgré le fait qu’elle soit maîtrisée par le gorille. Lorsque les flammes effleurèrent sa jambe, ce sortilège qu’elle ne désirait pas du tout la brûla vive. C’était encore plus douloureux que le rituel d’extraction machin truc bidule d’Hideki. Elle se mit à hurler, bien qu’elle n’entende pas son cri, et toute sa magie se concentra immédiatement dans ses jambes, tentant de repousser le sortilège.


« MAIS CA VA PAS ?! » hurla-t-elle, avec l’impression qu’elle était écorchée vive, un muscle après l’autre.

Elle battit dans l’eau, ses jambes violacées, déjà parsemée de cicatrices et hématomes avant qu’elle ne vienne dans ce maudit bain. Mais les flammes bleues s’affrontaient avec les vagues rouges qui suintaient de ses jambes, totalement hors de contrôle de la pauvre Traceuse qui n’avait rien demandé – mais visiblement tout le monde avait envie de lui faire la peau. Plus le temps passait, et plus les vagues s’amenuisaient, et plus la douleur l’envahissait. Elle se sentait partir, aspirée, et ces maudites flammes lui donnaient l'impression de ne plus être qu'une ombre d'elle même, lui imposant des principes qu'elle ne voulait pas. Elle aurait préféré qu’on la tue plutôt que de subir cette torture une seconde de plus. Elle donna un autre coup de talon, et les vagues rouges déferlèrent une nouvelle fois, repoussant les bleues jusqu’aux extrémités de ses orteils, avant de les faire disparaître complètement. Ses jambes tombèrent dans l’eau, et elle se sentait exténuée mais en même temps soulagée que ça se soit terminé.


« J’m’appelle Nebulis et je DETESTE qu’on m’impose quoi que ce soit ! » cria-t-elle, se débattant pour se défaire de l’emprise de Sephire, en vain. « Rien qu’accepter ce maudit truc aurait rompu un de mes plus grands principes, qui est de rester libre ! Vous pouvez me briser tous les os, je refuse ce machin qui me fait encore plus mal que le truc d’Hideki d’hier ! »

Elle finit par arrêter de se débattre, soutenant le regard de Lethao mais surtout celui d’Hideki, voulant économiser ses forces. Car elle était sure qu’ils ne s’arrêteraient pas là. Quoi qu’ils en disent, elle refusait de rompre ses principes pour eux. Ils n’étaient rien pour elle, rien du tout. Elle ne les connaissait qu’à peine, et elle n’avait même pas de dette envers Hideki – il la sauvait, elle le sauvait, point barre. C’était déjà annulé. Elle n’avait rien demandé, elle ne voulait rien entendre, du moins pas par la force. Ce n’était pas comme ça qu’ils la feraient changer d’avis. Pas en lui imposant des idées qui n’étaient pas les siennes. Elle était Nebulis, elle était fière d’être ce qu’elle était, et elle ne deviendrait pas un esclave parce qu’ils étaient d’après lui bien supérieur à elle. Elle venait de prouver qu’elle n’était pas si malléable. Mais surtout ces flammes qui l’avaient électrisées, dont elle avait horreur, étaient le meilleur moyen pour la faire paniquer et réagir instinctivement.

Mais là, quoi qu’elle dise, elle était quand même en mauvaise posture, et elle en avait conscience. Mais elle ne détourna pas ses prunelles noires, animées d’une témérité qui lui avait permise de survivre jusqu’à présent.
Au diable les asservisseurs.


« La seule personne envers qui je serai fidèle jusqu'à la mort, c'est Maître Hatsuyuki. LUI, il ne m'a pas imposé le respect que j'ai pour lui. » ajouta-t-elle, regardant Lethao, puis Hideki.





[Fallait pas lui imposer é_è si on lui avait demandé poliment, elle aurait pas fait de scandale é_è]

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hideki
Traceur apprenti Assassin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3266
Age : 27
Rang : Ancien Traceur de Koori
Pouvoirs : Traceur
Espèce : Humain
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   Lun 12 Avr 2010 - 0:51

Hideki fit donc en sorte qu'un sort prive Nebulis de ses fonctions réceptrices, et finit par la porter jusqu'au repaire, où ses sens récupèreraient un par un, au fur et à mesure qu'il le voudrait bien, et regagna ses appartements, tenant à peine debout. Il prit le temps de se changer et de bander ses plaies correctement afin qu'il n'aie pas de problèmes après, avec grand peine. Il s'écroula sur son lit, en proie à une violente fatigue qui l'éteignit complètement. Son sommeil ne fut même pas influencé par ses habituels rêves, comme souvent ces derniers temps. Il se surmenait, et bien qu'il soit bon magicien et que son corps commençait à obtenir une endurance à la magie hors du commun, deux longs voyages à dos de cheval, une bataille qui ne fut pas de tout repos, et un sort qui l'avait vidé de toute son énergie restante… Il ne lui restait rien, et un long repos réparateur ne fut pas malvenu.

Il dormit donc comme une pierre jusqu'au lendemain matin, et contrairement aux habitudes, il fut obligé d'être violemment réveillé par ceux qui vinrent le chercher, tant il était comateux. Et à en voir sa tête, on ne pouvait pas dire qu'il était plein d'énergie, ses cernes lui mangeant le visage et son teint terreux creusant ses joues. L'humain n'était pas en état de mener croisade ce jour là, et il aurait probablement besoin d'une bonne semaine de repos pour qu'il récupère son énergie au potentiel maximum. Réputé pour sa faim d'oiseau, il réussit tout de même à avaler plus de deux fois la masse de nourriture qu'il ingurgitait habituellement, avant de passer aux bains. Connaissant Lethao, ce serait certainement l'endroit qu'il avait choisi pour tenir une petite réunion. Cela n'avait pas manqué, il y avait tout le monde, plus une personne qu'il ne connaissait absolument pas. Il avait bien sûr le chic pour trouver les endroits les plus improbables pour ses réunions… Hideki resserra la serviette contre lui, faisant attention à ce qu'elle soit bien calée. Cette nudité obligatoire ne le mettait pas du tout à l'aise, surtout devant des femmes, et encore plus si il s'agissait d'inconnues. Il attendit que Lethao prenne la parole pour expliquer ce qu'il pourrait leur apporter, ce qu'il ne manqua pas de faire.

Lorsque l'elfe lui donna le feu vert, et put enfin délier le sort qui lui pompait une partie de son énergie depuis la veille au soir. Ses facultés se retrouveraient restaurées progressivement, mais elle n'aurait pas l'impression d'un grand changement avant un moment. Tout relâcher d'un coup lui aurait demandé un peu d'énergie en plus, et il n'avait pas besoin de perdre l'énergie qu'il avait réussi à retrouver durant la nuit. L'aveugle attendit finalement tranquillement que l'archiviste prenne la parole, ne préférant pas élever la voix, ne sachant trop que dire, et se contentant de sourire poliment aux petites disputes de Naa et Elindwë. Il fallait dire qu'il avait à ses côtés une petite présence dont la hargne ne pouvait pas lui échapper, tant elle émanait de son aura. Hideki écouta d'une oreille attentive le discours du vieil elfe, notant que Lethao était entouré de toute l'élite que le continent Fabulyen pouvait apporter. Il ne put réprimer un léger sourire lorsque l'Archiviste traita Lethao d'empoté, parole dont Hideki n'avait pas vraiment l'habitude, voyant souvent les autres agir envers l'elfe avec une déférence due, et agissant lui-même avec sa politesse habituelle, bien que Lethao fasse partie de ses amis, et non pas uniquement de ses supérieurs.

Mais la perspective que lui donna son sort l'effraya plus qu'elle ne le assura. Il ne se jugeait pas encore très fiable, et ne savait pas vraiment où il en était avec ses principes, alors la possibilité de perdre tous ses pouvoirs en faisant le moindre pas en dehors de sa route ne lui plut absolument pas, et pour la première fois, il osa tourner un regard hostile envers l'Ombre. Comment osait-il lui faire ça ? Il ne lui faisait pas confiance ? Certes, il était encore peu fiable comparé aux amis de longue date de Lethao, mais il n'y avait aucune raison pour qu'il s'échappe de manière dangereuse du chemin qu'il se traçait à présent. Mais ce n'était pas vraiment le fait que Lethao lui fasse ou non confiance qui le terrifiait et le mettait en colère, mais l'optique de rester complètement enchaîné à une cause un peu floue pour l'éternité sous peine de perdre toute sa puissance. Il fallait dire qu'il avait toujours vécu, malgré la souffrance que cela avait pu lui procurer parfois, comme un humain aux capacités surnaturelles. Si elles lui étaient retirées, il n'était pas sans se douter qu'il serait incapable de faire quoi que ce soit. Il resterait inutile, étant donné que même ses capacités intellectuelles seraient bloqués par cette impuissance physique. Il ne pourrait rien faire. Et il serait à la merci de tous. Même si sa soif de pouvoir s'était tarie, ses capacités avaient tellement rendu les choses faciles, durant toute sa vie, qu'il ne s'imaginait pas une seule seconde vivre en étant privé de tout ce qu'il avait pu construire, régressant au statut de faible humain normal et infirme. Et les rares moments où il avait pu faire l'expérience de cette désagréable sensation étaient gravés en lui comme une humiliation ou un moment particulièrement pénible. Il n'avait certes aucune raison de trahir la guilde, mais la possibilité qu'il dévie sans se rendre compte de ses principes très flous, ne serait-ce qu'un peu, ne serait-ce qu'une minute, était très proche. C'était beaucoup trop risqué. Beaucoup trop incertain Le regard de l'aveugle se perdit dans le paysage, alors qu'il articula, d'une voix particulièrement glaciale


« Bien. J'ose espérer que ce n'est que temporaire. »

Il se plierait aux ordres de son supérieur, mais il faisait savoir à son ami qu'il n'appréciait pas cette alternative forcée. Il accepta donc le contact des paumes de l'Archiviste sur son torse, sentant au moment même où il les toucha que le sort ne lui ferait pas que du bien. En effet, ce ne fut pas une intense douleur physique qui l'étreignit, mais plutôt la désagréable impression de se flétrir. Comme une vision de ce qui pourrait lui arriver. Sans qu'il ne lui arrive rien, il eut l'impression écoeurante de sentir ses cheveux couler sur ses épaules, ses dents s'entrechoquer comme si elles pouvaient tomber n'importe quand, ses os devenir verre. Sa chair sembla se faner, et si il put garder de sa superbe, car touché par une violence qui n'était pas particulièrement douloureuse, il ferma les yeux doucement, se mettant à trembler légèrement, contenant la peur pure que le sort qu'il acceptait malgré lui, luttant pour ne pas se débattre.

Lorsque ce fut finit, Hideki souffla, libéré. Retrouvant tout ce à quoi il tenait. Tremblant encore un peu, il passa sa main sur son visage, dans ses cheveux blonds, comme pour vérifier que tout cela n'avait bien été qu'une illusion, constatant avec soulagement que ce n'avait été qu'une impression réaliste. Mais il se doutait bien que Nebulis ne se laisserait pas faire de la sorte… Et il eut raison de le penser,car elle-ci se débattit de toutes ses forces dans les bras de Sephire, qui n'avait certes pas beaucoup de mal pour l'immobiliser, mais qui ne pouvait pas aider l'Archiviste à gagner son combat. Le magicien sentit que celui-ci abandonna volontairement le combat contre les vagues d'énergie de la Traceuse. Comme si il attendait un moment plus opportun, ou une décision de Lethao… Qui pouvait vite se trouver funeste pour la jeune fille, car elle contestait, malgré tous les avertissements, l'autorité du maître assassin. Et il n'hésiterait pas à l'exécuter. Elle s'égosillait, ne se rendant pas encore complètement compte de la force de sa voix, et s'acharnait sur son principe de liberté… Mais elle n'avait pas totalement tort, et il ne pouvait pas donner raison à Lethao, trouvant lui même ce principe tout bonnement révoltant. c'est pourquoi il resta stoïque jusqu'au moment où elle s'adressa à lui personnellement. Elle en revenait au Maître. Elle avait raison. Mais elle apprendrait bien un jour qu'il valait mieux se taire une seconde pour faire entendre sa voix plus tard. Pour en avoir l'occasion, surtout. Elle apprendrait que pour sa survie, elle devrait briser des principes. Et si il ne lui assénait pas maintenant, elle mourrait. Vite. Peut-être immédiatement. C'est pourquoi il fit signe à Sephire de la lâcher, prenant l'affaire en main personnellement. Aussitôt fut-elle relâchée qu'il lui saisit le poignet, et malgré sa stature faible, fit faire une ronde au frêle corps de la jeune fille, la plaquant violemment au sol contre le carrelage froid de la pièce. En une seconde, c'était terminé. Il appuya ses bras sur elle de manière à ce qu'elle comprenne qu'il pouvait lui briser la nuque d'un mouvement, et que se débattre ne ferait qu'accélérer sa mort. Le fait qu'ils soient à présent tous deux nus comme des vers à cause de cette débauche d'action qui avait fait valdinguer leurs serviettes le gêna un peu, surtout vis à vis du public, mais il se ravisa en se disant qu'ils devaient avoir l'habitude, et que le moment n'était pas à la pudibonderie.

« Ecoute, Nebulis. » marmonna-t-il à l'oreille de la jeune fille, pressant son bras contre sa nuque. Leur étreinte n'avait pas grand chose de romantique, bien que cette proximité indécente le mette mal à l'aise. « C'est mon ultime avertissement. Chaque personne dans cette pièce saura te tuer en moins de temps qu'il m'en faut. Si tu veux pouvoir rester libre par la suite, autant accepter un lien temporaire. Nous ne pouvons pas te faire confiance, tu le sais bien, tu as été trop longtemps liée à Yuu pour que nous puissions te lasser partir. Dehors, tu ne tiendra pas vingt minutes avant qu'elle ne te retrouve… tu sais que tu n'as pas envie de ça, n'est-ce pas ? Tu es sous la protection de Lethao, et donc sous notre juridiction, compris ? Si tu veux rester en vie, et même si ça ne te plait pas, il va falloir t'abaisser à suivre des règles. Ce n'est pas une allégeance. Nous devons simplement neutraliser le moindre danger que tu pourrais représenter pour nous et ce, le temps que tu resteras avec nous. Réfléchis, Nebulis. Veux-tu tant que ça mourir ? Cela ferait très plaisir à Yuu, qui t'as envoyée ici dans l'espérance que tu te fasses abattre dès que nous aurions découvert ton petit sortilège… Ta mort ne desservira personne d'autre que toi seule. Je ne suis pas sûr que le maître t'aie enseigné le sacrifice purement inutile. Réfléchis. Et agis en conséquence. »

Hideki se détacha d'elle, non sans un certain soulagement lié à la quasi-obscénité de leur position. C'est pourquoi il se hâta de récupérer sa serviette d'une main, la nouant autour de sa taille, avant de récupérer pleine prise sur les poignets de Nebulis qu'il immobilisait de l'autre main, attendant une réponse de l'assemblée, ou de la petite elle-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/les-errants-f41/hideki-t686.h
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   Lun 12 Avr 2010 - 1:37

Comme il fallait s’y attendre, l’action téméraire ne resta pas impunie. Et comme elle s’y attendait, c’est Hideki qui réagit. Tant mieux. Elle ne tenta même pas de bouger, ses jambes ne la supportant plus. Elle s’écroula lorsque Sephire la relâcha, mais Hideki l’attrapa immédiatement. Elle se rendit compte à ce moment là, en entendant les remous de l’eau, qu’elle avait totalement recouvré son ouïe. Il lui fit une clef qu’elle connaissait bien, mais elle ne réagit pas pour plusieurs raisons. Une, ses jambes n’étaient plus qu’un fardeau, pour le moment. Deux, même si elle se débarrassait d’Hideki qui lui semblait moins habitué aux combats au corps à corps qu’elle, les autres lui tomberaient dessus. Et enfin, trois, elle n’avait pas envie de se débattre. Même si elle était téméraire, elle n’était pas suicidaire.
Il la plaqua contre le carrelage, et la fraîcheur soulagea immédiatement ses jambes. Elle remarqua d’ailleurs à ce moment là qu’elle était totalement nue, mais elle n’eut pas le temps de s’en ressentir gênée que Hideki raffermit sa prise, la força à le regarder. Ses mains froides la brulaient, mais elle ne dit rien, tant cela semblait être une caresse comparé au feu de ses jambes ressenti quelques secondes auparavant. Elle le regarda et ne put s’empêcher de se tortiller légèrement lorsqu’il se pencha sur elle, atrocement gênée de tant de proximité. Cette gêne s’évanouit vite. Les paroles du Traceur la transpercèrent, et elle n’entendait plus qu’elles et leurs respirations entremêlées. Il lui rappela qu’elle était faible, ce qu’elle ne tenta pas de nier. A vrai dire, elle ne tenta pas de parler, tant il la comprimait, elle pouvait à peine respirer. Lorsqu’il lui parla de Yuu, elle ne put empêcher un murmure de s’échapper.

« Il me semble que tu as été bien plus liée à elle que moi » souffla-t-elle à son oreille de façon à ce que les autres n'entendent pas, sans bouger, sans pour autant lui déclarer de l’animosité. C’était sa façon de lui rappeler qu’il n’était pas blanc comme neige. Bien qu’elle acceptât ses reproches, chose extraordinaire en soit.

Elle ne répliqua pas qu’elle avait su vivre 23 ans sans se faire attraper, car elle savait qu’à présent, ce n’était pas la même chose. Yuu la chercherait sans doute beaucoup plus qu’auparavant. Autrefois elle n’était qu’une chapardeuse parmi d’autres. A présent elle était une traîtresse. D’ailleurs, elle préférait ça. Ses jambes ne lui faisaient plus mal, et d’ailleurs elle ne les sentait plus du tout, comme un poids mort. Mais elle arrivait encore à bouger les orteils, elle en conclut donc que c’était juste un engourdissement très désagréable. Lorsqu’il lui parla du maître, elle fronça les sourcils, mais ne répondit pas.
Ce qu’Hideki n’avait peut-être pas conscience, c’est qu’en quelques phrases, il avait réussit plusieurs miracles. Ceux d’avoir fermé le clapet de Nebulis, de l’avoir à peu près convaincue de changer de position et surtout d’avoir réussir à gagner quelque peu de son respect. Elle le regarda, les lèvres closes, et profita qu’il la relâche pour attraper sa propre serviette, la nouant autour de sa poitrine. Elle se laissa attraper, mais s’écroula dans l’eau immédiatement, ses jambes refusant de la porter. Elle s’attrapa au rebord tant qu’elle pouvait, et s’y hissa, raide à cause d’Hideki qui la maintenait. Elle contempla ses jambes, rouges, et laissa passer un moment de silence.

Bon. Récapitulons. Elle n’avait plus trop le choix, là. Elle se mordit la lèvre, et réfléchissait intensément, chose qui n’arrivait pas souvent. Sauf que selon sa réponse, comme devant Yuu, elle pouvait bien faire arrêter sa vie, à présent. Et comme devant Yuu, elle allait être obligée de courber le dos. Ca ne l’enchantait guère. Pour couper ses réflexions, elle tourna la tête vers Hideki
.

« Tu peux m’aider à me stabiliser ? » marmonna-t-elle, manquant de tomber régulièrement. « Histoire que jboive pas la tasse une deuxième fois… »

Elle baissa la tête de nouveau sur ses jambes, et avait l’impression qu’elles n’étaient plus les siennes. Elles pendaient dans l’eau, lamentablement, et Nebulis prit une profonde inspiration. Bon. Il était temps de parler. Elle releva les yeux vers l’assemblée, et ouvrit la bouche.


« Bon. Tant que ce truc est temporaire, je veux bien »
, annonça-t-elle de façon beaucoup plus calme qu’avant, bien que pas très enthousiaste.

Elle tourna la tête vers Hideki.


« Et aussi si tu veux bien me tenir… Sinon je vais m’écrouler dans l’eau. Je sens plus mes jambes. »


Elle déglutit, et regarda le vieil elfe avec appréhension. Rien que de penser à ces flammes bleues… Elle fut parcourue de frissons, qu’ici personne ne pouvait comprendre. Elle avait presque autant peur de la douleur que de la vision de ce feu. Bien que bleu, il n’en était pas moins terrifiant pour elle. Mais elle ne voulait pas mourir. Elle avait encore pleins de choses à faire, en premier aller chercher son maître et le tirer des prises de la Reine. En second, détroncher cette dernière. Mais là, dans l’immédiat, elle songea avec amertume qu’Hideki avait raison, et que son maître ne lui avait pas du tout enseigné ça. D’ailleurs, il aurait sans doute honte d’elle s’il l’avait vu se comporter ainsi devant les autres. Elle eut une nouvelle vague de frisson, d’autant plus qu’elle ne ressentait presque plus la présence de la magie dans son corps. Ce qui signifiait qu’elle ne pourrait pas même contenir la douleur, et que ce serait pire que la première fois. Elle battit des cils, et prit une grande inspiration. Il avait raison. Il fallait qu’elle prenne sur elle, un jour ou l’autre. Et visiblement, ce jour était arrivé. Et dire que ce n’était pas même Yuu qui la confrontait à ce choix… quoi que si elle ne s’était pas fait attraper, elle n’aurait pas eu à supporter ce maléfice. Si elle s’était échappée… Si elle n’était pas revenue à Koori lors de ses 17 ans. Elle n’en serait pas là.

Elle releva la tête, et regarda l'Archiviste, décidée.


« Ok, c’est bon, je veux le faire »
répéta-t-elle, beaucoup plus décidée cette fois.

Tant qu’elle ne s’éloignait pas de ses principes, ça irait. Tant qu’elle respectait à peu près les leurs, aussi. De toute façon, elle n’était pas en position de les bafouer – et elle n’y gagnerait rien, pour le moment. La position la plus avantageuse pour elle, c’était ici – décidément, le blond avait beaucoup trop raison à son goût, ces derniers temps. Et ils ne semblaient pas si éloignés que ça, mise à part cette sale manie d'imposer des trucs aux autres. Gros point noir de l'histoire.




[A toi Letha ~ Je pense pas que Naa ait grand chose à dire '___' à part FIGHT HIDEKI FIGHT]
[Si tu abîmes trop Bubulle, je t'en voudrai 8D elle s'en prend déjà plein la gueule depuis le début, pas la peine d'en rajouter trop 8D (okay, ELLE CHERCHE, mais bon.)]

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   Lun 12 Avr 2010 - 3:16

Hideki fut le premier a subir le sortilège. Lethao se souvenait de la terreur et la douleur que celui-ci lui avait fait subir alors q’il était bien plus jeune que lui. Mais il avait apprit a passer par dessus ce souvenir, tant les bénéfices tirés de cette expérience furent grand. Il espérait que son apprenti arriverais a passer par dessus, un jour, pas forcement maintenant, mais dans le futur. Il semblait bien à l’elfe que la perspective de subir cet enchantement ne plaisait guère a son ami, surtout lorsque celui-ci parla de la temporalité de ce sort.
Aussi, il mit les choses au point :


« Je sais que la vision que l’on a des choses évolue, sache que ce sortilège le sais aussi, il est évolutif, tout comme ceux qui doivent l’endurer. La seule contrainte en vérité est que quelqu’un ayant un de ces enchantement ne peut combattre un autre en ayant un fait par notre archiviste. C’est simple, avec cet enchantement, tu ne peux nuire a la guilde sans te nuire a toi même. C’est une sécurité, cela n’empêche pas de quitter la guilde des assassins un jour. Certains assassins sont par la suite devenus mercenaire, avec l’accord de notre guilde. Ils ne nous doivent plus rien, et ils connaissent la seule règle à respecter. De même, tu ne peux parler de ce enchantement avec ceux qui n’en ont pas, c’est une clause « secrète » qui empêche que d’autres le découvrent. »

En espérant avoir calmé son ami, il regarda maintenant la jeune Nébulis avec insistance. Elle ne semblait pas prête a accepter que l’on lui jète a nouveau un sort, sans se rendre compte de la chance qu’elle avait de ne pas avoir été exécutée sur le champ. Lorsqu’elle se mit a lutter contre le sortilège, l’archiviste n’insista pas. Il était bien plus puissant qu’elle, mais il préférait attendre qu’elle comprenne que c’était ce qu’il y avait de mieux pour elle. Elle hurla son nom a l’assemblée, crachant qu’elle refusait la chance que l’assassin lui laissait. Après tant de colère, elle finit par défier l’elfe du regard, lui annonçant qu’elle ne le respectait pas. Mais, lui non plus pour l’instant n’avait aucun respect pour une jeune fille ignorant la valeur de la vie. Être un assassin, c’est connaître cette valeur. Tuer uniquement pour défendre la vie, et sauver d’autres personnes. Tuer n’est jamais bon, et il faut respecter les morts, qu’il l’aient mérité ou non.
Légèrement agacé par cette gamine, il s’apprêtait tout de même a lui parler quant son apprenti s’occupa lui même de ce cas. Celui-ci la remit en place rapidement, et plus violemment que ce qu’aurait fait notre Ombre. Après l’avoir maintenue a terre, il lui expliqua ou était son intérêt dans l’histoire. Elle s’était embarquée avec eux, et elle n’avait donc plus beaucoup de choix. Il lui expliqua avec brio la pensée qui lie tous les assassins entre eux, ce respect de la vie. Mourir aussi stupidement aurait été triste. Il entendit aussi la phrase de provocation envers le grand filandreux, tout en soupirant intérieurement.


* Bien sur que l’on sait a quel point il a put être proche de la reine, pourquoi croit-elle qu’il ait été admit parmi eux aussi facilement. Nous devons le protéger de celle-ci, et de l’esprit tordu de cette dame qui semble tant le bouleverser… *

Nebulis semblait plus calme désormais. Elle revint au bain, et avec l’aide du maître traceur elle se tint debout dans celui-ci. Elle sembla perdue dans ses pensées un instant, avant de se décider a accepter l’enchantement. Avant que l’Archiviste ne passe a l’action, l’elfe prit tout de même la parole.


« Jeune damoiselle Nebulis, j’aimerais que vous sachiez que je n’agis de la sorte avec aucun plaisir. Cet enchantement est un don a double tranchant, et il est vrai que ce peut être dur a accepter. Mais met toi dans notre position : tu es un danger probable pour nous tous. J’aurais put te faire exécuter dès que tu es apparu lors de notre attaque. J’ai préféré ne pas le faire, mais si tu tien tant que cela à ta mort, je te la donnerais moi même, et tu sera enterrée avec le respect qu’il se doit. Tu m’as, ainsi que tous ceux ici, mettre à mort de nombreux soldat de Koori. Tu pense peut être que nous avons prit du plaisir à, si je puis dire, repousser l’envahisseur. Alors permet moi de te le dire : je déteste tuer. Aucun des hommes protégeant ce château n’avait mérité de mourir hier soir. Pourtant, c’est ce qui est arrivé, et cela se reproduira autant de fois qu’il le faudra, jusqu'à ce que ce pays soit libre, et que tous, êtres magiques ou non, soient traités de manière égale. Tu es déterminée, je l’ai compris, je pense que tout le monde ici a put voir ta volonté de vie et de liberté. Alors, j’espère que tu comprendras que nous sommes tous aussi déterminés que toi quant il s’agit d’atteindre nos buts respectifs. »

Après cette tirade, il souffla, puis il jeta ses yeux dans ceux de cette jeune fille qui se prenait pour une tueuse. Puis, ce fut au tour du maître archiviste de s’approcher d’elle. Il lui posa ses deux mains bleutée sur les jambes, avec douceur. Il la regarda avec gentillesse, sans aucune pensée négative.


« Ca va aller. Tout ceci ne sera que passager, et une fois finit, tu auras de nouvelles jambes bien plus forte que les anciennes. Prend le comme un cadeau, pas comme une contrainte, je t’en prie. Et sache aussi que tu es la première non assassine qui a le droit à cet enchantement. »

A peu près au même moment, histoire de surcharger le cerveau de la pauvre gamine, Elindwë eu un brin de sympathie pour elle, et elle lui dit télépathiquement :


* Que tu le veuille ou non, je suis de tout cœur avec toi. Tous ici nous avons subit ce feu avant toi, et même plus jeunes que toi. *

Ils attendirent tous que le feu bleu ait le temps de disparaître, et que la traceuse puisse récuperer. Pendant 15 minutes, ils s’occupèrent d’autre chose. Lethao en profita pour se laver, Elindwë pour se goinfrer en essayant de repousser la lutine. Sephire se laissa porter par l’eau, dérivant au gré des mouvement des autres personnes présentes. Lethao avait autorisé Nebulis à aller se reposer dans la pièce voisine si elle le voulait. Puis, une fois ce petit quart d’heure détente passé, il alla chercher personnellement toutes les personnes concernée pour parler du vrai sujet qui les avait amenés à cette réunion. Il laissa à tout le monde le temps pour s’installer, puis il prit a nouveau la parole. Les personnes attentives remarquerons que L’archiviste était partit entre temps, ainsi que la jeune elfe qui l’accompagnait.

« Venons en au sujet qui nous amènes. L’entrevue avec les Drows, dont je vous ai déjà parlé. Elle se tiendra dans 2 jours dans un bosquet de la foret Bleue, encore épargné par la corruption des forces de Yuu et Omlid. Nous sommes autorisé a venir en force, mais je préfère limiter cette rencontre à notre petit groupe. Il ne faudra que peu compter sur mon lien familial avec leur chef pour que les négociations se passent bien. Aussi, voici quelques recommandations.
Premièrement, ne fixez pas leurs yeux trop longtemps. Leur couleur est un peu particulière, de même que leur éclat, mais ils pourraient prendre ça pour de la provocation. Ceci s’adresse en particulier à vous, Nebulis. Je vous ai dit qu’ici, n’importe qui peu vous tuer en un instant, là, nous serons tous dans cette situation. Si vous n’avez jamais entendus parler des Drows, je vous amènerait un livre sur eux.
Deuxièmement, déposez toutes vos armes à vos pieds, eux déposeront leurs armures. Sans cela, il sera difficile de négocier.
Troisièmement, un drow va s’entretenir avec chacun d’entre nous a part. Ils veulent pouvoir avoir une vue d’ensemble comme une vue individuelle sur le groupe. Nebulis, libre a toi de dire ce que tu veux, Hideki, ne cache pas tes origines ou ton passé s’ils t’interrogent dessus. En contrepartie, vous pouvez leur poser n’importe quelle question qui vous viendrait a l’esprit.
Suite à ces entretiens, nous partagerons un repas, puis chacun de nous participera à une épreuve de lutte, physique ou magique contre l’un d’entre eux. Les règles sont simples : pas d’armes, pas d’armures, pas de sorts pouvant blesser plus qu légèrement un adversaire.
Pour finir, si tout s’est bien passé et que l’alliance est formée, nous jouerons a un jeu de précision dans le repaire.

La journée risque d’être fatigante pour tous, aussi je vous demande de bien vous reposer. D’autant plus que nous partirons pour Swilwara le lendemain. Elindwë sera la seule à rester au repaire, ou elle prendra les rênes de ce qui s’y passera.

Dernière chose. Nebulis, tu es autorisée à aller et venir comme tu le souhaite dans la base, mais pas à en sortir. Tes vêtements son propres et raccommodés, avec une carte des lieux interdits. Ils le sont surtout à cause de leur instabilité, tu risquerais d’être prise dans des éboulements. Et même si tu as pu penser le contraire, aucun de nous ne souhaite ta mort. La carte brûlera si tu sort, et emmétra un signal d’alarme pour tous les magiciens de la base. »

Voilà, y-a-t-il des questions ? »

Enfin, l’elfe se tût. Il espérait ne pas avoir trop de question, histoire de profiter de sa journée. Lui et Elindwë n’avaient pas eu le temps de vraiment se retrouver, et ils avaient prévus une petit promenade en forêt. Il voulait un peu oublier toutes les tensions de cette guerre. Plus le temps passait, plus cette violence le dégoûtait. Il ne parvenait plus a comprendre toutes les raisons qui poussaient tant de gens a se battre pour le pouvoir. Tout ce qu’il souhaitait, c’était le rétablissement de la paix, pouvoir aider les gens a vivre bien, sans qu’ils aient peur du lendemain. Il était peut être devenu un peu trop idéaliste, le temps aidant. Il comprenait maintenant pourquoi, plus jeune, les anciens assassin critiquaient sa trop grande promptitude a se jeter dans l’action et à accepter toutes les missions dangereuses, qui n’étaient pas toujours les plus utiles…

[pfiou, dodo...]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   Lun 12 Avr 2010 - 21:36

Naa s'était bien reposée, avait bien bu, avait bien mangé. Elle n'était pas de ces personnes qui avaient besoin de beaucoup de choses, et elle était plus expérimentés que les jeunots qui l'accompagnaient, aussi arriva-t-elle à profiter de la nuit pour récupérer le principal de ses forces. La lutine s'était éveillée lorsqu'on l'appela, et passa une dizaine de minutes à se mettre les idées au clair en faisant une courte toilette rapide, ne faisant que se passer de l'eau sur le visage. Visiblement, ils étaient attendus aux bains. Naa aimait bien ces réunions en milieu liquide, ne serait-ce que parce que chacun n'y était pas forcément sous son meilleur jour. On ne pouvait pas se donner d'apparences, lorsque l'on n'était vêtu que d'une serviette ne cachant pas les vices de son corps. Même les plus pédants redevenaient humbles en ces lieux.

Elle rejoignit les autres, voyant que la petite perturbatrice de la veille avait aussi été conviée, sans doute pour décider de son sort. La lutine regarda la jeune humaine se débattre violemment, et observa tout aussi calmement, malgré les quelques coups de coude mesquins qu'elle adressa de temps à autre à Elindwë pour qu'on se rappelle de sa présence, et aussi pour l'embêter. Cette grognasse n'avait pas été là depuis longtemps, alors autant profiter de ce petit moment d'inaction pour commencer à combler le retard qui s'était accumulé. En plus, elle avait perdu du poids, elle ne pouvait plus pincer sa taille avec autant de facilité qu'avant. La lutine, oubliant un peu toute notion de pudeur, s'exhibait sans complexes devant les autres, une serviette autour de la taille. Y'avait des gens habitués à la nudité ici, et puis des gens qui savaient qu'elle était mariée, et enfin des gens qui savaient qu'elle était Ombre. Et puis il y avait un aveugle, et une autre fille. Aucun problème, donc.

La dispute sembla violente, au sujet de cette dernière fille, d'ailleurs. Elle ne voyait pas vraiment le problème. Elle avait recours au même genre de sortilèges, perpétué par l'un des apprentis, lui aussi maintenant en âge assez vénérable, de l'Archiviste, qui s'était installé parmi les assassins de Swilyara. Cela ne lui avait jamais posé aucun problème. Hideki s'était plié, non sans mauvaise grâce, au manège du vieil elfe, sans se départir de sa fierté, bien qu'elle sache que les effets du sort n'étaient pas les plus agréables qui soient. Elle observa, de nouveau sans rien dire, l'éclat de colère de la jeune fille. Quelle petite sauvageonne… C'était assez amusant à voir, parce que Lethao n'était pas habitué à beaucoup de résistance venant du peuple, qui s'agenouillait bien vite en voyant sa supériorité. Mais cette fille s'égosillait, malgré la présence de gens dix fois plus forts qu'elle, et sans trembler. Cela méritait un peu de considération, bien qu'elle soit profondément en désaccord avec son point de vue. Hideki se chargea de lui remettre les idées en place, plutôt violemment, ce qui étonna un peu la lutine, habituée au doux jeune homme qu'elle avait côtoyé depuis le départ des hantises de celui-ci. Néanmoins, l'affaire se régla finalement, sous son sourire. Elle n'avait rie à dire sur cela. Par contre, le sujet qui amenait Lethao ici arriva finalement sur le tapis, et elle écouta d'une oreille un peu plus méticuleuse la suite des évènements. Ils allaient voir des Drows. Elle en avait déjà rencontré, mais il fallait dire que le dialogue n'était pas particulièrement aisé avec eux. Elle était à peu près au courant du rite d'acceptation de ce peuple, mais les réécouter ne lui fit pas de mal. Ils avaient un peu de temps devant eux…


[ Pas de question particulière pour ma part, Lethao, tu sais bien. Je serai préparée à toutes éventualités, et t'aiderai du mieux que je peux pour ta quête, je vous dois bien ça, après ce que vous avez fait pour mon sort. En tous cas, je te remercie encore d'avoir accepté ma requête, ça me ferait presque oublier toutes les vengeances qu'il faudrait que je te fasse subir ! Enfin t'inquiètes pas, j'en ai beaucoup en stock ! Fais gaffe en rentrant dans ta chambre, conseil d'amie… ~ ]

Elle lui avait préparé quelques surprises en passant tout à l'heure à l'insu des autres, tandis qu'il était déjà parti au petit déjeuner. Rien de bien méchant. Même si il saura déjouer la plupart des surprises, il y en aura bien une ou deux qui lui tomberont sur la tête, et ce sera probablement les plus vicieuses, donc…

Naa tournoya sur elle-même, se demandant bien ce qu'elle allait faire de ces quelques jours de vacances, avant de se tourner vers Nebulis. Une fois qu'elle eut posé et reçu toutes les possibles questions qu'elle pourrait demander, elle s'accrocha comme une sangsue à son bras, et fit, en lien télépathique


* Toi ! Tu viens avec moi, dis dis dis ? Steuplésteuplésteuplé ! Allez, on va s'entraîner un peu, pitchounette ! Et puis comme ça on se connaîtra mieux, tout ça, tout ça, et puis tu seras un peu moins harcelée par le blondinet anorexique comme ça. *

Il lança un regard en coin a celui-ci, conscient qu'il savait probablement de qui elles étaient en train de parler. Bref, elle avait trouvé en la petite humaine un outil de distraction idéal, surtout qu'elle se devait de la tester un peu de son côté ! Elle avait été accaparée par le blond, fallait pas qu'elle rate sa place, ou ce serait Elindwë qui commencerait à la harceler. Il fallait la ranger de son côté avant la grognasse, c'était une question de vie ou de mort, et elles le savaient bien toutes les deux. Nebulis ne rejoindrait pas les fidèles de la grande dévoreuse. Naa lui tira d'ailleurs puérilement la langue, avant de s'en aller, son petit colis toujours collé contre elle, même si c'était plutôt elle qui était collé au colis, vu sa taille. Et puis, ça sera une occasion de laisser un peu Lethao seul avec son apprenti, ce qui ne s'était pas produit depuis un moment… Même si à présent, il fallait compter sur la jumelle de ses pensées, à savoir grognasse en chef. Elle l'emmena dans une des grandes places intérieures du repaire, après qu'elles se soient changées, et fit, toujours par pensées

* Alors, pitchounette ? Désolée pour le kidnapping, mais bon. Enfin bref, je te cause par télépathie parce que je suis muette, tu auras compris, et puis euuh c'est tout. Moi sinon c'est Naa, et je suis Ombre des assassins de Swilyara. Didididis, ça te dirais de t'entraîner un peu avec moi ? Faut dire qu'on sera mieux qu'avec tous ceux là qui ont un balai solidement coincé là où je pense, surtout le blondinet qui vouvoie tout le monde - quoique pas tout à l'heure on dirait - et puis l'elfounet timide qui te sert plus ou moins de chef. Beurèfeuh, on s'en fout d'eux, on commence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'heure du bain, les Termes s'agitent.   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'heure du bain, les Termes s'agitent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» reportage en image de weris les bain ...............
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?
» Dernier heure
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Févlia :: Dans le Monde Réel. . . :: Sujet terminé-
Sauter vers: