AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresRechercherGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Lun 12 Avr 2010 - 22:32

Lorsque l’elfe avait approché sa main enflammée, elle avait profondément inspiré, sans détourner les yeux. Il était hors de questions qu’ils pensent que c’était par autre peur que celle de la douleur qu’elle agissait comme ça. Quand les flammes étaient entrées en contact avec sa jambe, elle avait serré les dents, s’empêchant de hurler, maintenant par Hideki. Mais la douleur avait finalement refait surface. Elle se tortilla sur elle-même, bloquant ce cri dans son torse, avant qu’il ne se libère finalement. Elle avait l’impression que ses jambes bougeaient toutes seules, et qu’elles étaient effeuillés de leurs muscles, un par un. Elle claqua des dents et verrouilla sa mâchoire, tandis que des larmes de douleurs roulaient sur ses joues. Le feu termina finalement son abrasion, consumant ses jambes.
Durant ces 15 minutes de repos, elle s’allongea sur le carrelage, ignorant une nouvelle fois les installations, et le froid la reposa. Elle était allongée sur le dos, et respirait profondément, tandis qu’elle recouvrait, à sa grande surprise, l’usage de ses jambes petit à petit. Elle agita les orteils, et se redressa pour s’étirer. Elle tomba immédiatement sur le ventre, alors qu’elle voulait juste toucher ses orteils. Elle cligna des yeux, surprise, et se redressa. Bon. Elle se refusa à crier de joie, meurtrie par les conditions de ce sortilège, et attendit qu’on la rappelle, assise en tailleur, se détendant, la tête pleine de pensées.

Les Drows, hein. A peine si elle en avait déjà entendu parler – en fait, ça ne lui disait rien du tout, et elle devait avoir l’air encore plus perplexe qu’elle ne le pensait car Lethao lui proposa un livre. Elle acquiesça, et attendit la suite. Des questions personnelles. Elle grimaça et se raidit. Elle n’aimait pas du tout les questions personnelles, mais alors pas du tout. Surtout quand on devait dire la vérité. Quoi qu’en général, elle ne mentait pas, mais les ignorait. Puis, un combat, sans armes, sans armures. Elle n’en portait de toute façon pas. Bon, ben, ça allait être sympa, tiens. Elle préférerait aller chercher son maître à Koori ou n’importe quoi, mais Hideki lui ayant sérieusement tapé sur les doigts, elle ne dit rien. Amen.

Puis, une sangsue vint la coller. Seule personne plus petite qu’elle, car dépassée d’au moins 20 bons centimètres par toutes les autres personnes, Naa la lutine lui parlait… dans sa tête. Elle eut immédiatement un grand sourire, soulagée que quelqu’un abandonne enfin les protocoles ou elle ne savait quoi.


« Ouais, bien sur ! »

Elle rit même lorsqu’elle parla d’Hideki, et ne put s’empêcher de lui jeter un coup d’œil.

« C’est le moins qu’on puisse dire » persifla-t-elle.

Elle se laissa donc entraîner de bon cœur par la lutine, sentant qu’elle allait enfin s’entendre avec quelqu’un dans ce monde fous. Elles étaient passées aux vestiaires se changer, pendant que la naine déversait un flot de paroles impossible à arrêter. Elle souriait tandis qu’elle s’habillait avec la tenue de son maître, clapant sa broche. Elle suivit ensuite Naa dans la cour qui babillait encore
.

« Moi c’est Nebulis, voleuse paumée dans le tas. Et euh… c’est quoi une ombre, en fait ? » fit-elle à Naa avec une moue.

Elle rit lorsqu’elle parla d’Hideki et de Lethao.


« Et pourtant je lui ai répété 25 fois de me tutoyer, fallait voir sa tête quand je lui ai dit que ça me gavait qu’il s’excuse tout le temps, c’était à s’étouffer. »


Elle acquiesça lorsqu’elle lui demanda si elles commençaient. Elles s’étirèrent, et Nebulis, empotée avec cette nouvelle souplesse, tomba.


« J’ai des jambes guimauve ! »
se plaignit-elle.

Elle se redressa et étira ses épaules, puis ses bras, ses poignets et ses doigts, entendant ses os craquer à cause de sa nuit. Elle échauffa ensuite sa nuque, avant de passer au bassin, puis aux jambes – avec beaucoup de précautions, bien qu’elle avait l’impression que ça avait surtout contribué à son équilibre, étant de nature très souple et ayant passé la moitié de sa vie à escalader des murs pour entrer par effraction dans les maisons nobles.


« On commence ? » demanda-t-elle, se demandant ce que la petite allait lui faire faire. Bien que ça ne puisse pas être pire que son maître.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Lun 12 Avr 2010 - 23:12

Naa sautillait presque sur place, comme à son habitude. Disons qu'elle semblait être la seule en forme aujourd'hui, et ça la gonflait un peu, étant donné qu'elle débordait d'énergie, et qu'il fallait bien la déverser sur quelqu'un. Nebulis, à défaut d'être un punching ball, rôle amoureusement réservé à l'amour de Lethao, serait donc son apprentie provisoire, et donc elle devait jouer le mauvais rôle, le rôle du méchaaant entraîneur qui fait souffrir ses élèves, qui se fait haïr, puis aimer lorsque les progrès sont accomplis. En plus, elle semblait déjà avoir des bases en ce qui concernait la souplesse, du coup cela ne serait pas trop trop compliqué. La lutine ne prit même pas la peine d'emmener sa petite protégée dans une salle adjacente, la faisant souffrir devant tout le monde, c'était plus drôle, et puis plus convivial, on pouvait prendre des cobayes et tout si besoin, et frapper des gens "sans faire exprès" surtout si on les aimait pas.

Alors qu'elles s'échauffaient rapidement mais avec application, Naa remarqua qu'elle avait les bases et qu'elle n'y allait pas à froid, comme une bourrine, ce qu'elle avait par contre du faire la veille. L'Ombre finit de régler les questions de Nebulis avant d'attaquer autre chose, et répondit, entre deux exercices, évaluant son propre niveau de souplesse avec les courbatures qu'avait engendré le combat suivi d'une longue balade à cheval.


* Nebulis c'est trop long, je vais t'appeller Bulle, en plus c'est mignon, ça te rebute pas trop ? Bon, tfaçons, t'as pas le choix. Faut que je trouve un surnom au coincé aussi. *

Elle fit passer sa jambe derrière son cou, avec une certaine difficulté. Elle était très souple, sachant qu'elle ne pouvait absolument rien miser sur sa force pure, de part sa nature… Mais elle était un peu rouillée, depuis hier, quand même…

* Une Ombre, c'est le nom que l'on donne aux chefs de guildes d'assassins. Elles sont en général très secrètes, mais celle de Swilyara et celle de Nelta collaborent beaucoup. Il existe peut-être d'autres confréries, mais elles ne seraient certainement pas aussi étendues et impliquées que nous, ou nous en aurions eu vent. Bref. En gros c'est des chefs, et Letha et moi sommes au même rang quoi. Mais avant tout, nous sommes quand même amis, c'est pour ça que je me permet tant de familiarités avec lui…. Et puis, c'est un petit jeunot, il a quoi, a peine plus de quarante ans ? * Elle éclata de rire, donnant une tapette sur l'épaule de Nebulis, qui était guère plus qu'un nourrisson. Mais un nourrisson mignon. Et puis même elle, comparée à la longévité lutine, elle devait être au commencement de sa vie.

* T'inquiètes pour tes jambes, elles iront bien, elles sont en foooorme, même si on dirait pas. Ca doit etre la partie de ton anatomie qui doit être la moins brisée en fait. Attend, on va voir ça. *

Et sans prévenir, elle appuya d'un coup sec sur les épaules de Nebulis, l'obligeant à former un écart de plus en plus grand avec ses jambes. Elle stoppa dès que cela bloqua, mais constata qu'on n'était pas loin du grand écart du premier coup, à peine échauffée, et encore novice. Ca allait, ouais, il faisait quand même du bon boulot, le vioque…

* Bon, maintenant on passe aux choses sérieuses, okay ? *

Elle sourit, et lui fit subir une enfilade d'exercices de souplesse, l'obligeant d'abord à raffermir sa position sur l'écart, au sol, la faisant s'écraser sur le sol, les jambes écartées, cherchant le plus loin possible avec les jambes, alors que la lutine exerçait quelques pressions sur son dos pour l'aider. Elles attaquèrent divers exercices, comme la chaise, ou le pont, qu'elle obligeait à faire de plus en plus étroit, rapprochant de plus en plus les mains des pieds de Nebulis, affermissant aussi son équilibre en la faisant tenir de plus en plus longtemps, voire sa force en s'appuyant, voire en s'asseyant sur le pont qu'elle formait. Naa n'était pas très douce en apparence, mais s'arrêtait avant la douleur crue, qui n'était jamais bonne à l'apprentissage.

Naa attaqua ensuite des exercices plus longs et axés sur l'endurance, et l'équilibre, comme cela semblait être le plus difficile à maîtriser pour Nebulis, lui faisant porter des objets sur le bout de ses doigts ou sur sa tête en levant un pied, ou en focalisant sur un point précis, ou même en devant lui parler, lui chanter quelque chose, ou lui parler du dernier repas qu'elle avait mangé, Naa mettant du sien pour la déconcentrer le plus possible. Et ce jusqu'à ce qu'elles arrivèrent au moment où les ventres grognèrent.

* Oh non, je n'ai pas pu faire tout ce que je voulais ! Mais je crois que tu ne tiendras pas plus longtemps, petite bulle. Tu vas éclater, là, et puis m'éclater ensuite. Triste. *

La lutine l'attrapa par la manche, et l'emmena vers un endroit ou elles trouvèrent de quoi se sustenter. Pendant qu'elle saisit un fruit, elle fit à Nebulis, fort innocement

* Faut quand même que tu m'expliques, ce que tu trouves à ce blondinet. *


Dernière édition par Naa Kiotopú le Lun 12 Avr 2010 - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Lun 12 Avr 2010 - 23:44

Bulle. Wow, elle trainait pas. Bon, Naa, y’avait pas trop de diminutif débiles, donc elle allait réfléchir. Elles s’étirèrent et continuèrent à parler.

« Bulle, euh, ouais, d’accord. Vu le nom du coincé, ça va vite les surnoms. Deki, Dekinounet, Dekichoupinet, DekiDeki, Hidekinou, etc… Chuis sure que ça serait super marrant de voir sa tête si on l’appelait Dekichouchoupinetd’amour » remarqua-t-elle.

Elle écouta ensuite son explication sur les Ombre, haussant les sourcils. Alors donc, cette nabotte était du même rang que Lethao… Wow. Y’avait une sacrée différence. C’était beaucoup plus marrant de parler avec elle qu’avec les deux autres, songea-t-elle. Bien qu’entendre une voix dans sa tête, c’était plutôt bizarre. Elle se prit une tapette sur l’épaule lorsqu’elle aborda l’âge de Lethao
.

« Si lui c’est un jeunot, moi jsuis carrément une larve ! »

Elle appuya tout à coup sur ses épaules, l’obligeant à tomber en grand écart. Elle touchait quasiment le sol, ce qui l’estomaqua. Ensuite, elle enchaîna sur des entraînements qui lui paraissaient étrangement semblables à ceux de son maître dans leur diversité bizarre et dans leur nature plus ou moins sadique – genre, quand elle s’était assise sur elle alors qu’elle faisait un pont, les cheveux lui voilant le visage, ne voyant donc rien du tout. En revanche, évidemment, elles arrivèrent à l’équilibre, ce qui était loin d’être aussi aisé que la souplesse, qualité innée chez la Traceuse. Quant à la concentration, c’était comme une gamine qui tentait de se concentrer sur ses devoirs alors que sa série préférée passait à la télévision, juste devant son nez, et que ses parents n’étaient pas là pour la surveiller. Ce fut dur, et Bulle faillit tomber dans le panneau plusieurs fois, avant d’entendre son ventre crier à l’injustice. La naine se plaignit, mais Nebulis était plutôt soulagée, car se faire monter dessus par une naine surexcitée c’était pas super marrant.
Elle eut un grand sourire à la tirade qui suivait, et lui donna une petite tape dans l’épaule minuscle.


« Ca serait bête de t’abîmer »
fit-elle d’un ton faussement navré.

Elle fut tirée une nouvelle fois par la manche, avec l’impression d’être un sac de pommes de terres depuis tout à l’heure, mais se jeta sur la coupe de fruit, attrapant une belle pomme, fruit légèrement introuvable à Koori. Elle croqua et commença à mastiquer quand…


« HMPFF !! »


Elle s’étouffa à moitié avec sa pomme, avalant de travers, et elle tapa sur son torse, toussant. Lorsqu’elle eut avalé correctement, elle releva la tête et regarda Naa, complètement prise au dépourvu, des coquelicots fleurissant sur ses joues pâlottes.


« Qu-quoi ?! Mais… Mais n’importe quoi ! C’est juste… euh… que c’est un ancien apprenti de mon maître, et puis il est trop fort et que j’admire beaucoup comment il trace, et que… et que voilà, c’est quoi cette question, mais je lui trouve rien du tout ! »
balbutia-t-elle, choquée par la question.

Non mais y’avait pas idée, comment ça, qu’est-ce qu’elle trouvait au blondinet ?! Mais rien du tout, c’était juste un coéquipier pas très sympa, et en plus il lui faisait pas confiance, et elle lui faisait pas confiance du tout
.

« Et tfaçons, il est beaucoup trop grand pour moi »
conclut-elle, comme si c’était un détail totalement décisif sur sa décision.

Elle croisa les bras et mordit dans sa pomme, outrée.


« Et puis il est bête, et il arrête pas de me vouvoyer. »


Elle continua à grommeler dans sa barbe pendant encore presque une minute, trouvant pleins de défauts au blond.


« Et puis il est tout maigre. Et en plus il est coincé. Et il m’aime pas. Et moi je l’aime pas trop non plus. Et en plus, il change d’avis comme de chemise (euh comme moi en fait mais chut). Et en plus, il est trop chelou, je sais pas ce qu’il pense, ça m’énerve. Et puis, et puis, il est nul, c’est tout ! »

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Mer 14 Avr 2010 - 23:58

La petite lutine laissa échapper un rire en entendant les petites réponses bredouillées par une Nebulis déstabilisée, dont les arguments ne tenaient pas la route plus de deux secondes. Enfin, c'était assez divertissants, les petits émois des humains, ils étaient toujours si démonstratifs et si peu discrets que ça en devenait drôle de jouer les entremetteurs. Le problème, c'est que de l'autre côté, il y avait le grand bloc de glace blond, et que lui, ce ne serait pas de la tarte. Surtout qu'il avait une tête à être marié. Mais elle avait beau chercher dans ses souvenirs, il n'en avait pas parlé une seule fois, du coup autant partir de l'inverse, hein. C'était plus drôle, comme ça. Naa avait des passe temps bizarres, et elle assumait.

* C'est sûr, c'est pas du tout ton genre ! Je n'avais jamais fait attention à ces points majeurs de sa personnalité avant, heureusement que tu as le coup d'oeil. * fit-elle d'une voix faussement compatissante. Elle jeta un rapide coup d'oeil à la jeune fille par en dessous - ce qui n'est pas bien dur avec elle - et ajouta * Mais il fait un très bon accoudoir. Et au lieu de le mater comme tu le fais, il vaut mieux ne pas lui demander son avis, tu sais…… pour s'accouder, bien sûr. *

Elle se leva, finissant son fruit en ricanant toujours, ses traits enfantins de lutine se prêtant bien aux gloussements. La soirée allait être calme, par contre, elle en avait tout de même un peu besoin. La lutine tapota la tête de Nebulis, en se mettant sur la pointe de ses petits pieds, comme un professeur plutôt content de son élève. Elle n'avait pas souvent d'apprentis, et ne comptait pas vraiment en avoir, mais bon…

En tous cas, la réponse de Nebulis fut bien vive, et pour ne pas complètement la braquer, Naa répondit d'un ton joyeux

* Moi ? Ben moi j'ai un mari, du coup je mate personne d'autre ! C'est lui qui s'occupe de la guilde en mon absence, il est un peu plus grand que moi, étant donné qu'il est un ange - au sens propre plus qu'au figuré. *

Elle oublia de préciser qu'il était déchu, mais si elle le voyait un jour, elle le découvrirait par elle-même. En gros, si elle survivait aux Drows… C'était déjà si proche… La lutine fit une petite pirouette et continua

* C'est lui qui m'a formée, je peux donc témoigner de sa certaine expérience… J'ose espérer que son entraînement a fait de moi une bonne Ombre aux yeux des Archivistes. *

Naa sourit légèrement à la petite humaine, qui devait être bien perdue dans toutes ces choses. Elle tapota sur son épaule cette fois, lasse de faire des efforts difficiles.

* Bon, ben moi je vais y aller, on se retrouve demain petite Bubulle, je t'expliquerai un peu ce que tu as besoin de savoir a ton stage sur les Drows, et puis sur le fonctionnement de la guilde… Bonne nuit ! Rêve pas trop de moi ~ *

Elle s'eclipsa sur ces mots.

Et en effet, le lendemain, la traceuse et la lutine passèrent la matinée à discuter relativement sérieusement. Naa ne pouvait s'empêcher de débiter une quelconque stupidité pour réhausser son discours, et ne pas endormir complètement Bulle, rendant son récit un peu plus interactif, et simple. Elle ne dit pas non plus grand chose, mais elle serait moins étonnée lorsque Lethao parlerait de tout son bazar.

* Tu as compris pitchounette, ou faut que je rééxplique ? Tu as l'air illuminée… Pas assez dormi, ou trop rêvé de tes amis préférés de la guilde… * insinua-t-elle avec un grand sourire stupide sur la face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Jeu 15 Avr 2010 - 0:33

Nebulis se renfrogna. Non mais, n’importe quoi ! Elle était outrée, fit la moue, et croisa les bras. Naa s’amusait vraiment beaucoup à ses dépends, ce qui ne lui plaisait pas du tout – et surtout, elle ne voulait pas qu’elle aille raconter des bêtises à qui que ce soit, en encore moins à Hideki. Après, il s’imaginerait des trucs. Alors qu’en fait, c’était juste de l’admiratiiiiiion, fallait comprendre quoi – et d’ailleurs c’était hors de question qu’il le sache, sinon il allait être encore plus snob. D’abord.
Elle continua d’écouter vaguement ce qu’elle disait, jusqu’à ce qu’elle sursaute.


« MAIS QUE DALLES !!! s’exclama-t-elle. Jle mate trop paaaaaas. Et lui demander son avis pour QUOI ? et puis d’abord, et toi alors, hein… »

Elle aurait pu continuer longtemps mais elle fut interrompue par Naa, qui commença à parler sur son mari. Ah tiens. Elle était mariée, la naine ? Elle lui parla encore une fois de ces maudits archivistes. Elle frissonna, et fit la grimace à ce nom. Les Archivistes, hein. Elle n’avait pas confiance en eux du tout. Ou plutôt, elle était trop en colère pour avoir confiance.

« Les Archivistes, hein… » répéta-t-elle d’un ton méprisant.

Elle renifla. Elle allait poser une autre question, mais Naa la coupa, et lui tapota l’épaule, prenant congé.


« DANS TES REVES !!! » cria-t-elle tandis que la petite s’éloignait, levant le poing. Elle jeta un sale regard à un gars qui la regardait avec beaucoup de curiosité, lui faisant un petit mouvement de menton. « Ouais ?! »

Elle se détourna et, profitant de sa nouvelle liberté, prit la carte et se balada un peu, tout en ruminant les paroles de la Naine.


« N’importe quoi » marmonnait-elle, autant pour elle-même que pour Naa bien qu’elle ne soit pas là.

Elle alla finalement se coucher, alors que ses jambes tremblaient de façon bizarre. Elle se jeta sur le lit cette fois, et s’y endormie comme une masse, une fois dévêtue. Bon, côté rebelle de la vie mis à part, c’était quand même plus agréable de dormir sur ce lit. Plop. Sommeil.

Le lendemain, elle se réveilla en bien plus de douceur que la veille à l’affût de celles qui viendraient la chercher. Ses muscles étaient endoloris, mais elle s’étira lentement, avec précautions, et se tira du lit. Elle s’attacha la tignasse après avoir rapidement passé ses doigts à l’intérieur, la démêlant très superficiellement, et rejoignit avec gaité Naa, oubliant temporairement sa raison de bouderie d’hier, ses cheveux balançant dans son dos. Pour le moment, elle supportait bien le fait de rester dans ce même endroit sans l’avoir choisi.


« Heyyy ! »
salua-t-elle.

Elles passèrent la matinée à parler sur les Drows et compagnie, et entortillait des mèches de cheveux, perplexe.


« Non, ça va, tfaçons je suppose que Lethao me refera le topo, vu qu'il parait que je suis une abrutie finie. »


Son sourit s’évanouit lorsque Naa reprit cette expression débile, tandis que les phrases déferlaient dans sa tête.


« NAAAA !!! SALE NAINE TU VAS VOIR ! »


Elle prit les fruits et commença à les jeter sur Naa, et traça à l’intérieur de sa paume pour la bombarder avec d’autres fruits qui sortaient de sa main (amen).

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Lun 19 Avr 2010 - 1:21

Depuis 5 minutes, Elindwë observait les deux naines – bien que l’une d’elle ne soit pas vraiment si petite – en train de parler, ou plutôt, elle observait Naa en train de s’amuser de la jeune Nebulis. Celle-ci avait sauté sur la jeune fille avant elle, et notre assassine s’en trouvait outrée. Elle aussi, elle voulait s’amuser ! Cela faisait trop longtemps qu’elle n’avait pas pus le faire ! Elle ne pus s’empêcher de pouffer en voyant la réaction de la traceuse à la phrase de L’ombre de Swilwara. Ce qui suivit la fit bien moins rire : Bubulle s’était emparée de fruit et elle en gachait plein, lançant maladroitement ceux-ci sur la Lutine, qui non contente d’être une cible si petite qu’elle était déjà dure a toucher, était d’une souplesse a en faire pâlir un félin de jalousie. Elindwë n’y tint plus, aussi lorsque Naa esquiva un fruit – un peu trop mur – que lui avait lancé Nebulis, elle apparut derrière la lutine pour lui renvoyez celui-ci avec le plus de précisons possible, en prenant en compte les mouvements de la personne visée.

« Non mais, tu te rend compte qu’à cause de ton comportement, je vais avoir des pâtisseries en moins ! Tu n’as pas honte de la forcer a faire un tel gâchis ! Je sais que c’est la vérité, mais bon, tu pourrais au moins prendre des pincettes ! »

* Naa, la je crois qu’ont va rire toutes les deux ma chère. C’est injuste d’avoir commencé le jeu sans moi ! *


Après s’être rapprochée de la petite puce en colère, Elindwë lui attrapa les mains avec douceur, avant d’y déposer un croissant au beurre. Les pâtisseries, c’est bon, mais les viennoiseries aussi ! Alors pourquoi s’en priver. Elle en envoya un vers Naa, avant de se retourner à nouveau vers la pale brunette.

« Tu sais, la p’tite grand mère est taquine, il ne faut pas prendre la mouche comme ça. Elle sais bien ce qui peut exciter les jeunes filles, et elle ne s’en privera pas. »

* Sans compter qu’elle n’est pas toute blanche non plus. Elle aime son mec, mais elle s’amuse bien souvent à séduire de jeunes hommes. Remarque, je la comprend : c’est une vieille, il faut bien qu’elle essaye de prouver qu’elle reste charmante hein. *

« Non mais franchement, les filles, vous auriez put m’inviter a vos petites réunions! Moi aussi je veux m’amuser ! Dire du mal de mon fiancé, et chercher à caser la puce ! J’espère juste que ton mec sera aussi explosif que toi, sas ça tu vas vite le mettre en charpie ! Lethao est partit former des miliciens, ont est tranquille, mais si tu veux voir le grand blond en sueur, je peut te montrer le chemin ! »


Elindwë s’esquiva pour éviter la probable réaction primaire de Bubulle, avant de la prendre dans ses bras pour lui faire un câlin. Elle était de très bonne humeur ce matin, et rien au monde ne pourrait la miner ! Puis elle attrapa Naa, et se décida a les trainer toutes les deux jusqu'à la cantine, traversant à grand pas le couloir qui les en séparait. Elle les installa sur des chaises, avant d’enfourner son croissant d’une bouchée. La bouche encore pleine, elle se mit a parler :

« Bon, aujourd’hui, c’est une journée libre. Ont peut faire ce que l’on veut ! Je ne sais pas ce que vous voulez faire, mais j’étouffe un peu ici, aussi je me suis dit qu’une petite balade en forêt pourrait être agréable.
Oh oui, je sais que Lethao a interdit à la petiote de sortir, mais bon, berner les gardes c’est pas bien difficile hein ! Ou alors, j’ai piqué des vêtement à mon mec et au blondinet, ont peut s’amuser a mettre n’importe que dessus, ils seraient ridicules ! Décidez vous vite ! »


La voix d’Elindwë était enjouée. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de faire des farces, de jouer, de parler avec des copines ou avec Naa la loquace ! Elle avait beau être muette, des fois Elindwë se prêtait à la penser aussi bavarde que lui, mais pas sur les mêmes choses ! Et rien ne l’amuserait plus aujourd’hui que de convertir la jeunette aux jeux qu’elle appréciait tant, celui de jouer, justement, de tout !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naa Kiotopú
Ombre muette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 285
Age : 117
Rang : Ombre muette
Pouvoirs : Peut rechauffer ou refroidir l'air ou un objet // Apprentie Ecouteuse
Espèce : Lutin
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Jeu 22 Avr 2010 - 22:09

Naa s'amusait beaucoup aux dépens de la petite Traceuse, il fallait dire qu'elle était si réactive que la oindre de ses réactions valait le coup de passer du temps à concocter toutes sortes de phrases stupides, art dans lequel elle était passée reine, depuis qu'Elindwë était intervenue dans sa vie. Fallait dire qu'il fallait qu'elles se renouvellent sans cesse, afin de s'insulter le plus créativement possible, et de ne pas tomber dans la basse redondance ! Elle esquivait sans trop de mal les fruits trop mûrs, même le premier qui pourtant était parti bien vite, de la main d'une humaine, lorsque l'un de ceux qui venaient de lui siffler aux oreilles se retourna contre elle. Elle parvint à l'esquiver avec difficulté, mais c'est pour se prendre de plus belle le fruit que Nebulis venait de lancer à son encontre, bien plus gros que celui que l'elfe lui avait renvoyé. A deux, elles faisaient un duo involontairement efficace ! Et contre elle, en plus ! Rien n'allait plus… Naa fronça ses épais sourcils et fit en battant des bras, les joues toutes rouges de courroux

[ Ca va pas ?! Depuis quand tu me prends par derrière, traîtresse ?! ]

Bon, il ne fallait pas lui répliquer qu'elle même était plus ou moins une adepte des coups par en dessous et des farces bien cachées. Malgré sa petite irritation dûe au fait qu'elle s'était laissée surprendre, elle attrapa le croissant au beurre en vol, et fit comprendre d'un petit déhanchement qu'elle, au moins, ça ne lui retomberait pas sur les cuisses, et que c'était bien fait pour sa - jolie - poire. En tous cas, Nebulis put voir qu'à son tour, lorsqu'on la provoquait avec puérilité, Naa pouvait répondre avec autant de mauvaise fois et d'énervement vindicatif, c'est pourquoi elle tenta de frapper Elindwë lorsqu'elle perçut ses pensées et répondit avec une grande maturité

* Moi au moins je grossis pas ! Et puis, qu'est ce que je vois là, hein ? Des rides ? Oooh mais c'est que les elfes ça vieillit vite ces bestioles là ! Tu vas finir aussi fripée que ton croissant, et Bubullette va bien rigoler de toi ! *

Mais de manière plus privée, elle adressa ces simples pensées à Elindwë, doublées d'un petit clin d'oeil à Nebulis

* Rooh, t'as pas remarqué qu'il lui tapait dans l'oeil ? Ah non c'est vrai t'étais à fond dans les mamours avec Letha, mais quand même, si c'est pas mignon…. Par contre, lui, il est aussi aveugle physiquement qu'émotionnellement, ce petit. Presque aussi pataud que toi. *

Elle suivit finalement son amie en emportant Bulle avec elles, et s'installa pour manger son croissant, écoutant le petit programme de la journée. Il était vrai qu'elles avaient besoin de se détendre, et quoi de mieux qu'une petite journée entre filles ? Il y avait trop d'hommes, dans ce monde de brutes, et un peu de niaiserie féminine ne lui ferait pas de mal, avec tout le mal qu'elle s'était donné pour faire semblant d'être sérieuse, même sur son poney. Elle ajouta avec un petit sourire

* Raboule les vêtements, on va les décorer en chemin. Je suis sûre que l'air frais nous donnera des idées toutes trouvées… On dirait que tu te lâche, Eli, pour être aussi taquine, même avec Lethao, je suis sûre que vous vous êtes bien amusés ces derniers temps tous les deux !*

L'ambiance était à la légèreté, visiblement. En tous cas, elle eut tôt fait de se lever après avoir engouffré les croissants, et de les emmener toutes les deux d'un pas tranquille. En effet, il ne fut pas difficile pour l'Ombre et l'assassin de déjouer l'attention des gardes, et elles furent bientôt dehors, contre toutes les indications de Lethao, qui irait très certainement les réprimander après. Mais si elles ne pouvaient pas faire de shopping en ces temps de guerre, il fallait bien déjouer un peu l'attention des gradés de temps à autre, sinon…

* Bon, on va où maintenant ? Une envie particulière, Bulle ? Histoire qu'on arrête de te trimballer comme un sac à patates partout... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-fevlia.actifforum.com/t1174.htm
Nebulis
Traceuse sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Rang : VOLEUSE embarquée contre son gré dans pleins d'histoire louches.
Pouvoirs : Traceuse
Espèce : Humaine de Koori
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Dim 25 Avr 2010 - 14:19

Lorsqu’elle vit une ombre apparaître derrière Naa, elle se redressa brutalement, mais ce n’était qu’Elindwë. Elle envoya son dernier fruit dans la tête de Naa, et croisa les bras, faisant la moue. Puis, Elindwë prit la parole, et enfonça le clou.

« RHAAAA !!! Mais c’même pas vraiiiii ! »

Elle grommela et se renfrogna, pendant que l’elfe semblait parler à Naa de façon privée. Ensuite elle s’approcha d’elle, et lui prit les mains. Bubulle n’aimait pas du tout les contacts, encore moins voulus, et ses mains lui paraissaient gelées comparées aux siennes – rien par rapport à Hideki, mais tout de même. Elle lui mit un objet non identifié entre les mains, avant d’envoyer le même à Naa. Elle fronça les sourcils, et technique hautement humaine, elle renifla le truc, avant de voir que Naa le mangeait. Elle mordilla un bout, avant de continuer, à pleines dents.


« C’est quoi ? »
demanda-t-elle, perplexe.

Elle écouta ensuite la tirade de l’elfe, et elle tira la langue à Naa pour toute réponse, qui elle lui adressa un clin d’œil pendant qu’elle parlait sans doute avec Elindwë (et on se demandait tous sur quel sujet). La phrase suivante défila dans sa tête, et elle eut un sourire narquois, sans faire d’autres commentaires. L’elfe lui semblait un peu plus sympathique que Naa – elle, au moins, elle ne l’harcelait pas ave Hid…


« Hmpff !! »


Elle la frappa du plat de la main, et grommela dans son coin.


« Il peut être en sueur ou totalement propre, j’ai pas envie de voir sa sale tête »
siffla-t-elle, agacée.

Elle reprit ensuite son rôle de sac de patates et fut trainée jusqu’à une autre pièce, et on lui assigna le programme de la journée. Qui lui plaisait décidément beaucoup. Elle eut un grand sourire lorsqu’elle lui dit qu’elles allaient sortir, et était prête à leur pardonner toutes leurs vannes si elle pouvait se barrer d’ici, même juste pour une journée – elle serait avec Naa et Elindwë, alors personne ne pourra lui faire de reproches, HAHAHAHAHAHA !
Elle les suivit sans résistance et n’eut pas trop de mal à les suivre – déjouer l’attention des autres, c’était une de ses spécialités. Lorsqu’elle fut dehors, elle s’étira et prit une grande inspiration.


« Tant qu’on ne retourne pas là dedans avant suuper longtemps, tout me va. »


Elle sourit, et remarqua les arbres, devant elle. Elle entrouvrit les yeux, et attrapa la branche, s’hissant sur le haut facilement, gravissant les étages – elle n’avait plus eut le temps de grimper aux arbres depuis très, très longtemps. Il fallait dire qu’il n’y en avait pas du tout dans Koori, alors… A part durant son voyage, elle n’en avait presque jamais vu. Elle grimpa tout en haut et attrapa la cime, regardant autour d’elle, en reconnaissance.


« Vous montez ou vous savez pas faire ça ? (ou vous êtes trop ptite…) »


Elle se retourna et soupira. Elle ne connaissait rien de cet endroit. Elle avait l’impression d’être plongée, broyée dans un lieu inconnu contre sa volonté. Elle contempla son ruban et sa broche pendant quelques secondes, avant de redescendre rapidement, s’arrêtant à la branche la plus basse.


« Est-ce que je pourrai envoyer une lettre ? »
demanda-t-elle, indécise.

_________________

On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lethao
Ombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 757
Age : 28
Rang : Ombre
Pouvoirs : Destruction des champs de force ( contact avec necessaire, sauf si attaque a distance) Invisibilitée
Espèce : Elfe
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   Mer 5 Mai 2010 - 18:40

La bonne humeur était de mise, et toutes les trois étaient prêtent à tout pour s’amuser !
Après un excès – habituel – de mauvaise fois de la part de Naa, et une réaction de la part de Bubulle lorsque celle-ci comprit le sous entendu de l’elfe, ce qui fit naître une grand sourire franc sur le visage de l’assassine, elle allèrent planifier leurs mauvais coup, et leur journée au passage. La petite traceuse sembla méfiante quant à la nourriture qui lui avait été remise, et interrogea la fiancée de l’ombre, qui lui répondit en mimant de manière comique l’engloutissement d’une denrée comestible, pour finir par se masser le ventre avec délectation. Sans doute pas convaincue par la gesticulation d’Elindwë, elle finit par y goûter pour le plus grand plaisir de la gourmande N°1 du repaire. C’est ce moment que choisit Naa pour taquiner l’elfe sur son poids, et se rondeurs fortement inhabituelle pour ceux de sa race. Bien qu’elle sache très bien que sa masse n’avait pas changé depuis des année grasse à un bon contrôle métabolique, et le fait qu’elle ne soit pas vraiment complexée par sa particularité, le fait que ce soit cette adorable Lutine qui s’amuse encore dessus l’agaça et elle essaya de l’attraper sous le coup de la colère, les joue rouges :


« Tu vas voir, espèce de Naine anorexique, ce qu’il te dit mon grossissement ! »


Une fois calmé, Naa en profita pour lui faire passer un message discret, auquel elle répondit avec le sourire :

* Forcément, tu as vu son regard ? Il était presque toujours porté vers le blond ! Et OUI, je profitais de mon amour, et tu en ferais de même si tu retrouvais ton chéris après avoir disparue enlevé pendant un certain temps, et je dirais même plus, un temps certain. Pour le jeune homme, à sa décharge je sais que son âme a été réduite en morceau à plusieurs reprise. Et il a du mal à accepter qu’elle se reconstruise, il préférerait même ne plus ressentir d’émotions, car il souffre constamment de ses actes passés. Ce type est une plaie pour les télépathe, il laisse dériver ses pensées dans toute la pièce ou il se trouve, et c’est dur d’y échapper ! *

Enfin, avant de rejoindre n endroit plus approprié pour préparer leur journée, Elindwë ne put s’empecher de taquiner la jeune damoiselle Nebulis sur son cher et tendre blond au cœur presque de pierre, ce qui fit encore réagir cette dame de manière agacée, l’elfe se mit à nouveau à rire de bon cœur. Alors elle et Naa l’emmenèrent au lieu le plus sacré pour la bleuasse, à savoir, la cantine. Enfin, elle et Naa, ce n’est pas exact : elle ne leur laissa le choix ni à l’une, ni à l’autre. Une fois installées, elles décidèrent de leurs plans, Naa prit sans tarder les vêtements histoire de les rapiécer à sa manière, et elle put déceler une certaine motivation de la part de la petiote lorsqu’elle parla de sortir un peu.
Elle se dirigèrent vers la sortie, celle de la forêt, en évitant les nombreux gardes et les rondes. Elindwë donnait mentalement la position de ceux-ci à ses comparses pour les aider, et elle bloqua la sonde psi de l’entré de la caverne à l’aide de ses pouvoirs. Enfin, elle étaient dehors, et elles pouvaient apprécier la douce brise sur leur visage.
Bubulle escalada un arbre, un peu maladroitement du point de vue de l’assassine, mais elle y parvint tout de même. Lorsqu’elle tenta de les provoquer, la seule réponse de l’elfe fut de léviter à sa hauteur, avec un grand sourire narquois. Elle l’avait bien cherché, la petite puce.
La demande de Bulle fit par contre faire la moue : parmi tout ce quelle auraient put faire, elle demandait une des rares choses qu’elle ne pouvaient se permettre ainsi. Elindwë s’assit donc a coté d’elle, et elle lui dit :


« Je suis désolée, mais ça par contre ont ne peut pas ici. Mais, parce qu’il y a un mais, si c’est pour faire passer un message à ton maître de formation pour lequel tu t’inquiète, je peux embêter mon ombre de fiancé pour qu’il accepte, sous forme de message codé à un de ses espions se trouvant à Koori. A, et pupuce, il va falloir que je te forme un peu à garder tes pensées pour toi, je ne sais pas ce que vous avez, vous les humain de Koori, mais vous les laissez souvent filtrer c’est affreux. Enfin, j’imagine que c’est à cause de votre « liseuse », cette sal***. »

A cet instant, elle perdit son air sérieux, se mit en position de cochon pendu, et avec un grand sourire, elle dit :

« Je sais pas si ça vous dit, mais près d’ici il y à une aire de jeu cachée, avec tout un tas de lianes, balançoires et passage secret. C’était notre lieux de jeu préféré avec Lethao petit, le lieux ou les assassins laissent jouer leurs enfants, et ou les apprentis venaient se détendre, enfin, avant cette satané guerre. Elle doit toujours être en état. Ou si vous préférez, je sais qu’il y à une petit garnison de Soldats ennemis dans une tour de guet à à peine 2 kilomètres, ont peut trouver des jeux sympathiques avec eux, et surtout à leur dépend. Je peux par exemple leur faire oublier qu’ils nous voient et jouer aux fantômes ! »

Oui, Elindwë était un grande enfant, ou plutôt une sale gosse : pas encore 40 ans, un bébé du point de vue de sa race. Elle se laissa tomber, puis atterrit sur ses deux pieds en douceur, sans un bruit. Enfin, elle virevolta sur elle même puis attrapa la mains de Naa pour danser le tango avec elle l’espace de 10 secondes, avant de lancer un petit :

« Alors, ont se décide ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heureux soient les fêlés, qui laissent passer la lumière.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» loués soient les justes
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections
» BENIES SOIENT LES FEMMES
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Févlia :: Dans le Monde Réel. . . :: Sujet terminé-
Sauter vers: